Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ? •• Joshka & Levi

 :: † Se fier à ce mur, c'est comme pactiser avec le diable :: ✘ Sina's Districts :: ∟ Stohess ┐ Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 751
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Dim 21 Mai - 14:29
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ?All I see is, shattered pieces
I can't keep it, hidden like a secret
I can't look away
From all this pain, in the world we've made
Every day you need, a bulletproof vest
To save yourself, from what you could never guess
Am I safe today?
When I step outside, in the wars we wage
Our future's here and now
Here comes the countdown
( Skillet → Rise )
Le seul avantage à ne pas être envoyé sur le terrain est que tu peux évidemment faire autre chose. Alors pour une fois qu’on te laissait relativement tranquille, tu voulais en profiter pour te poser, et être vraiment loin pour ne pas qu’on vienne te casser les pieds. C’est sans compter cette rumeur qui circulait depuis quelques temps. Que la Brigade a recommencé à faire des excès de zèles avec leurs trafics de merde. Tu levas les yeux au ciel en écoutant néanmoins tes camarades qui parlaient. En quoi ça les étonnait ? La Brigade était louche par nature, alors pourquoi faire un speech sur quelque chose que tout le monde sait ? Enfin ça ne semblait pas si évident que ça pour certain cela dit. Enfin, tu pouvais t’occuper de ça, il te faudrait juste voyager bien tranquillement jusqu’à Sina, ce n’était pas la mer à boire, loin de là.

« J’irai voir ce que fout ce con de Nile, c’est sûrement lui qui est constipé et qui fait chier tout le monde encore une fois avec ses affaires douteuses. »

Tes camarades se tournèrent vers toi, avant que certains n’acquiescent en souriant. Visiblement ce que tu avais dit les amusaient. Tu ne savais pas en quoi, puisque tu n’étais pas le genre à rire, et être plutôt cash dans tes paroles. Grand bien leur fasse à ces simples d’esprit. D’autres soldats t’accompagneraient, histoire de ne pas te laisser partir seul en territoire ennemi, bien que tu n’aies pas spécialement besoin d’eux, bien au contraire, ils ne feraient que te gêner. Au pire tu les enverrais ailleurs s’ils voulaient eux aussi faire leur excès de zèle. Ce sont tous de jeunes soldats qui sortent à peine des jupons de leurs mamans, ils sont plutôt contents de partir vers Sina, et pas vers l’extérieur des murs. Bah au pire, si vous vouliez rester peinard loin des titans, fallait choisir la Garnison bande de crétins. A les entendre, c’est ce qu’ils auraient dû faire. Alors pourquoi ? Pour être un héros ? La plupart crevait dès leur première sortie. Soit ils ne sont pas encore sortis, soit ils ont survécu à leur première expédition.

Le groupe quitta Karanese le lendemain matin tôt sur leurs chevaux pour se diriger vers Stohess. Tandis que les soldats discutaient tranquillement, tu restas silencieux à regarder le paysage désert, en réfléchissant. Heureusement que le mur Rose n’a pas cédé, sinon les titans seraient toujours en train d’étendre leur effroyable territoire, pour éradiquer l’Humanité. Quand est-ce que ces histoires allaient enfin se terminer ? Cela te fatiguait, parce que tu ne savais pas. Pire, c’est comme si vous étiez encore au point mort, même avec la capture du Titan Féminin. A croire que vous n’avez pas avancé d’un iota, que toutes ces sorties, tous ces sacrifices ont été vain, et que tout sera encore vain dans le futur. Comme si tout ce que le Bataillon faisait ne servait strictement à rien, si ce n’est diminuer toujours plus la population et bouffer les fonds qu’on vous donnait pour les expéditions à l’extérieur. Bientôt, la population ne ferait plus du tout confiance à Erwin, déjà que c’était limite avec les dernières sorties… Tu poussas un soupir en gardant tes craintes pour toi, et tu écoutas les jeunes soldats en silence.


« Il me tarde qu’on arrive à tuer tous ces titans, qu’on puisse enfin explorer le monde extérieur sans crainte ! »

« T’as raison, et voir ce qu’il se cache derrière ces murs ! J’ai vraiment hâte qu’on en finisse ! »

« Ouais carrément ! Et vous Caporal, vous en pensez quoi ? »

Les quatre soldats qui t’accompagnaient avaient les yeux tournés vers toi en galopant à ta hauteur et tu restas un instant silencieux. Heureusement que tu avais écouté, sinon tu étais bon pour leur demander de répéter. Avec toutes tes craintes, tout ce que tu avais vu, toutes les pertes, tous ces facteurs pris en compte… C’est un cercle vicieux qui se répète et qui n’en fini jamais. Tu les regardas tour à tour avec cet air grave, sévère, voire même distant.

« Ce que je pense de quoi ? »

« Ben de tout ça quoi ! Quand est-ce que vous pensez que tout ça va se terminer ? »

Très bonne question. Tu levas les yeux vers le ciel un instant, rêvant toujours de pouvoir aller au-delà des murs.. Ou même voler comme un oiseau, libre comme l’air, sans contrainte et surtout sans aucune frontière.

« J’en ai strictement aucune idée. Je sais même pas si ça se terminera un jour. »

A quoi bon mentir sur tes véritables pensées ? Est-ce que tout allait s’arrêter un jour ou l’autre ? Pour toi, le seul moment où tout pourra enfin prendre fin, c’est quand tu seras mort, pas avant. La mort quant à elle, ne voulait pas de toi, vu toutes les fois où tu as pu t’en tirer contrairement à tes camarades. Ils te regardèrent en silence en galopant, puis détournèrent la tête pour regarder au sol, devant eux, ou alors tout simplement ailleurs, comme si tu les avais démoralisé, et tu retins un soupir.

« Mais ça nous empêche pas de massacrer tous ces connards qui ont tué nos amis et nous battre pour notre liberté. On finira bien par en voir le bout un jour. »

Ils retrouvèrent un peu le sourire, et tu hochas légèrement la tête en reportant ton attention sur le paysage en silence pour réfléchir à ce que tu avais dit. Etait-ce aussi de l’auto-motivation, pour te convaincre toi-même que ça allait un jour finir ? Tu faisais confiance à Erwin, tu le suivrais en Enfer s’il le fallait, mais est-ce que lui-même savait où il allait ? Tu n’en doutais pas, mais tu ne pouvais pas t’empêcher de penser à ça. Tu voulais savoir ce qu’il avait prévu pour la suite, s’il avait encore des idées pour avancer, et non pas régresser presque comme à chaque fois. Certes le Féminin était maintenant entre vos mains, Hanji pourrait l’étudier, mais vous ne pourrez pas vous en tenir uniquement à ça, il fallait que vous avanciez même si ce n’est pas vraiment une partie de plaisir. Enfin, tu laissais ça à Erwin, et tu attendrais simplement qu’il t’en parle.

C’est en passant la porte de Stohess que tu fus tiré de tes pensées, par les soldats qui commençaient à s’impatienter à force d’avoir le cul vissé sur leur selle. Une fois pied à terre, tu te tournas vers eux en allant mettre ton cheval plus loin avec les leurs.


« On se sépare. Au moindre soucis, jouez pas aux cons et venez me prévenir. J’ai pas envie de retrouver votre carcasse dans les égouts, vu ? »

Ils hochèrent tous la tête, avant de se disperser deux par deux pour aller plus vite. Au moins ils n’étaient pas seuls, tandis que toi tu allas dans une autre direction pour trouver une de ces foutues licornes et l’interroger. Tu n’allais pas y aller par quatre chemins, parce que ça te gonflait déjà d’avance de te dire que ces têtes de glands ont encore fait je ne sais quoi, je ne sais où, et qu’il fallait que tu le découvres. Après tout, s’il y avait un quelconque souci et que tu avais une preuve, alors tu pourrais les faire plonger et ça, c’était plutôt motivant. Tu es vraiment doué pour chercher la merde faut dire, et trouver la petite bête, c’est aussi de ton ressort.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 21
Mar 6 Juin - 1:48
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier?Levi & Joshka
Motiver les troupes à Sina... Disons que c'était un combat de tout les jours. Quand on était travailleur, quelqu'un qui ne souhaitait que remonter l'estime de sa faction et surtout, que l'on était l'un des rares à vouloir une telle chose sur une centaine d'hommes, c'était très difficile d'arriver à quelque chose. Néanmoins, Joshka ne perdait pas espoir, et ce malgré le fait qu'en encastrer plus d'un dans le mur le démangeait fortement. Comme c'était le cas aujourd'hui en fait. Il était assigné à la surveillance des rues de Stohess avec un petit groupe d'hommes sous ses ordres, une tâche limite quotidienne quoi. Depuis les derniers funestes événements dans le coin, la ville continuait de se reconstruire et il était de son devoir ainsi que des autres soldats des Brigades de veiller à ce que tout se passe correctement, sans débordements. Enfin, même si certains ne semblaient pas plus affectés que cela par les récentes destructions qui avaient coûté la vie à de nombreux innocents. Disons que c'était ce qui agaçait au plus haut point notre homme aux cheveux blancs comme neige; l'égoïsme des soldats de sa faction.

Seulement, se retrouver sous ses ordres c'était également remplir correctement ses devoirs. Pas de place pour les flemmards et les douillets qui pensaient se la couler douce en étant stationné à Sina, et quelque chose de d'encore plus valable également pour les nouvelles recrues des Brigades. Joshka en avait vu défiler des gamins qui pensaient pouvoir ne rien faire en rejoignant la police militaire du roi et il avait vite fait de leur rappeler pourquoi ils étaient ici. Et puis il n'allait pas le cacher, mais voir tout ces jeunes rejoindre les rangs de la Brigade dans l'unique but d'être en sécurité et de vivre dans le plus grand confort l'agaçait. Ne pas le prendre au sérieux était une erreur que beaucoup commettaient mais que beaucoup ne refaisaient plus une fois qu'ils avaient compris à quoi ils avaient affaire.

Joshka attendait donc les quelques jeunes soldats, qu'il avait désigné pour l'accompagner, devant leur caserne. Il avait bien insisté sur le fait qu'il s'occuperait personnellement de ceux qui arrivaient en retard, aussi son groupe se retrouva fort rapidement au point de rendez-vous. Un léger sourire, fait aussi rare qu'un peu effrayant, se dessina sur les lèvres du caporal tandis qu'il donnait les instructions de la journée. Surveillance majoritairement, et s'assurer que certains travaux en ville se déroulaient pour le mieux. Une journée normale en somme.

Très vite, le petit groupe s'éloigna dans les rues pavées de Stohess. Les hommes discutaient entre eux et rigolaient un peu tandis que Joshka lui ouvrait la marche seul, quelques pas devant eux. Il faisait attention mine de rien que personne ne se fasse distraire de son but. Il acceptait certes qu'ils s'amusent un peu et discutent tant que ça ne bouffait pas complètement leur objectif premier. Ces jeunes étaient trop insouciants et ne prenaient pas leur rôle au sérieux. L'albinos savait bien que la Brigade avait mauvaise réputation et que la corruption y était monnaie courante, seulement il aurait aimé pouvoir changer ça. Et ça commençait par éclater dès le début la petite bulle de confort dans laquelle les jeunes soldats pensaient pouvoir vivre. Joshka savait certes que ces efforts étaient vains pour la plupart, mais il continuait, et comptait bien lui même ne pas s'écarter du droit chemin et de la raison pour laquelle il avait rejoint la Brigade Spéciale.

A un croisement, le caporal ordonna d'une voix forte à sa petite escouade de se disperser en ville par petits groupes et leur donna rendez-vous à ce même carrefour en milieu d'après-midi pour qu'ils puissent lui faire un rapport. De son côté, Joshka demanda à l'un des soldats de l'accompagner. Au moins celui-là il serait sûr à 100% qu'il n'irait pas picoler ou tirer au flanc au lieu de travailler, chose qui était un peu moins sûre pour les autres. Si ça ne tenait qu'à lui, ces imbéciles là auraient déjà leurs têtes encastrées dans des murs. Mais il lui fallait contenir certaines de ses pulsions violentes au risque d'en prendre pour son grade, même si certains gradés plus haut que lui ne valaient guère mieux que certains soldats.

Après quelques minutes à parcourir les rues de la ville, Joshka remarqua un groupe qui l'interpella. Non pas tant par leur attitude ou leur accoutrement, mais par le fait que ce petit groupe se scinda en plusieurs équipes qui partirent chacune dans une direction différente. L'albinos fronça les sourcils et s'arrêta quelques instants, suivant du regard le dernier homme du groupe qui s'en alla seul de son côté, visiblement à la recherche de quelque chose... Ou quelqu'un. Il avait une impression de déjà-vu à vrai dire, ce quelqu'un ne lui étant pas tout à fait inconnu, de vue tout du moins. Josh' soupira légèrement avant de faire signe au soldat qui l'accompagnait de le suivre, même si ce dernier semblait quelque peu confus vis à vis de la situation. Il se décida à aborder le petit brun afin de le questionner, étant plutôt téméraire avec ces choses là. Joshka approcha donc de façon à lui couper la route, tout en le fixant d'un air légèrement hautain, même si tout dans son attitude disait qu'il était ouvert à la conversation.

"Vous avez l'air de chercher quelque chose monsieur, on peut vous aider?"

Sa voix était quelque peu mielleuse. A vrai dire Joshka se méfiait un peu, puisque tout et n'importe quoi pouvait arriver ici avec la corruption qui collait aux pavés de Stohess comme la peste. Il gardait également une main sur la sangle du fusil qu'il portait sur son épaule, juste au cas où.
© 2981 12289 0

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 751
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Ven 9 Juin - 18:12
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ?All I see is, shattered pieces
I can't keep it, hidden like a secret
I can't look away
From all this pain, in the world we've made
Every day you need, a bulletproof vest
To save yourself, from what you could never guess
Am I safe today?
When I step outside, in the wars we wage
Our future's here and now
Here comes the countdown
( Skillet → Rise )
Tu ne fis pas quelques pas que quelqu’un te barra la route. Un type, plus grand que toi, m’enfin ça c’est pas très dur cela dit, aux cheveux très clairs, presque délavés. Tu haussas un sourcil. Il avait l’air hautain. Pour qui il se prend ce blanc bec ? Les jeunes de nos jours ne respectent plus rien, c’en devient déplorable. Néanmoins tu notas quelque chose dans sa tenue. Il avait la main sur sa sangle. Un rapide coup d’oeil te l’indiqua. Tu l’écoutas te demander si lui et son collègue pouvaient t’aider, et tu repris la même attitude que d’habitude, à savoir un visage fermé et sévère.

« J’ai pas envie de me faire aider quand le type a l’air de péter plus haut que son cul. »

Le ton que tu employais était clairement ironique, et contrastait avec le ton presque mielleux de ton interlocuteur. Ce n’était peut-être pas la meilleure façon d’engager une conversation, cela t’importait peu néanmoins. Ca aussi tu l’avais noté, ce côté mielleux à souhait, comme s’il voulait te caresser dans le sens du poil. Rien qu’en deux minutes, tu avais déjà envie de fracasser la tête de cette licorne. Ce n’était pas une nouveauté cela dit. Tu avais envie de savoir s’il était important, que tu saches si ça poserait problème si l’albinos venait « mystérieusement » à disparaître. De même que son collègue d’ailleurs. Tu lui jetas un œil à lui aussi. Il était clairement plus paumé que le type qui venait de t’aborder. Décidément, tu te demandais comment ils ont pu intégrer la Brigade en ayant l’air si con. Shadis se ramollissait avec l’âge ou comment ça se passe ? Tu jetas un regard à ton interlocuteur.

« A qui ai-je l’honneur de parler ? »

Parce qu’il fallait bien que tu mettes un nom sur la tête de ce type. Le sous-fifre derrière lui, tu n’en avais rien à cirer. En plus, cet albinos, tu as eu du mal à savoir si c’était une fille ou un garçon. Tu as eu ta réponse cela dit. Un garçon… Quoique très efféminé. Tu te demandais même s’il n’avait pas eu des problèmes à cause de ça, car après tout, dès que quelqu’un sort de l’ordinaire, tout le monde est prêt à l’attaquer limite. Tu croisas simplement les bras sans aucune intention hostile, même si tu étais prêt à fracasser la tête du soldat si jamais tu te sentais menacé. Bon, ne pas attirer d’ennuis à Erwin était le maître mot de la situation, mais quand même, il y avait des limites à ne pas dépasser. Tu penchas légèrement la tête, avant de jeter un rapide coup d’oeil aux autres rues derrière l’albinos. Personne. Parfait. Il ne semblait pas y avoir d’agitation pour le moment, signe que tes jeunes soldats ont joué la carte de la discrétion. Bizarrement, cette situation t’en rappelait une autre, quand tu devais échapper à la Brigade et qu’au final c’est le Bataillon qui t’était tombé dessus. Tu reposas les yeux sur ton interlocuteur, haussant de nouveau un sourcil.

« D’ailleurs vous pouvez vous détendre, j’ai pas envie de me prendre une balle dans la tête. »

Tu allais faire comprendre à ce type qu’il n’allait pas devoir jouer bien longtemps avec toi, ça risquait de très mal se finir pour lui. Ils étaient deux, tu étais tout seul, cela ne t’empêcherait pas d’avoir l’avantage. Tu as confiance en tes capacités, cela ne datait pas d’aujourd’hui. Tu gardais un air froid, impassible et peu aimable. Comme si tu avais envie de te montrer sympathique ou aimable avec un connard de la Brigade ? Pour toi, même le plus honnête était corrompu, uniquement parce que c’est une licorne. A chaque corps d’armée son préjugé. La Brigade tous corrompus, la Garnison tous des pochtrons, le Bataillon repaire aux suicidaires. Tu n’allais pas te détendre pour autant, mais  tu le contournas pour marcher un peu, ne voulant pas spécialement rester statique. Libre à lui de te suivre ou non. Au final, tu avais bien envie de voir ce que ce type allait faire si tu commençais simplement à partir. T’étais pas encore assez taré pour te barrer en courant, au risque de finir réellement avec une balle logée quelque part dans le corps, à défaut de la tête, et aucune envie de terminer dans la prison de la Brigade. Ce serait quand même un comble pour toi, voilà pourquoi tu étais tout de même prudent. Quoique, une course-poursuite pourrait clairement les changer de leur quotidien de feignasses. Alors tu continuas à marcher, fourrant tes mains dans tes poches, toujours sans aucune intention hostile.

Tu jetas un regard par-dessus ton épaule pour voir s’ils te suivaient, et tu les observas un moment en silence, ne sachant pas vraiment quoi faire pour les provoquer, excepté partir en courant. Enfin, tu avais eu vent de ce qu’il se passait ici, encore une histoire de corruption. S’il fallait, ils étaient tous les deux dans le complot, ils l’avaient senti venir et les voilà en train de te retenir. Ils font simplement leur boulot, mais tu te demandais pourquoi ils venaient te voir. Tient ça c’était une bonne question. Alors tu t’arrêtas pour te tourner de nouveau vers eux.


« J’ai l’air tant suspect que ça pour que vous veniez me voir directement ? Ou vous arrêtez tous les civils du coin pour leur demander s’ils ont besoin d’aide ? »

Si l’albinos te sortait l’excuse du « mais je ne vous ai jamais vu ici », tu savais déjà comment lui répondre, parce que normalement tu ne connais pas tout le monde, puis t’es pas forcément basé ici en permanence. Enfin la Brigade eux sont trop flemmards pour bouger des districts où ils sont basés, donc s’il fallait le soldat connaissait vraiment tout le monde ici, ce qui serait une première. Une licorne qui travaille . Bin voyons. Tu verrais bien après tout, mais tu étais curieux de connaître toutes les choses que tu avais demandé, comment il allait réagir, s’il allait continuer de te barrer la route ou si au contraire il ferait autre chose. Bref, pour une fois que tu étais en contact avec un de ces soldats que tu détestais tant pour leur caractère hautain, tu allais en profiter pour glaner des informations. Tu te demandais quand est-ce qu’il allait te reconnaître, s’il allait te reconnaître justement, car dans ce cas, ce serait un peu plus délicat. Enfin, tu tenterais quand même, car qui ne tente rien n’a rien
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 21
Sam 24 Juin - 22:32
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier?Levi & Joshka
Joshka avait tendance à juger vite et à se montrer bien chiant quand quelqu'un ne lui plaisait pas, de par son attitude notamment. Pour le coup, cet homme semblait ne pas avoir froid aux yeux et la façon dont il lui avait répondu fit hausser un sourcil à l'albinos, tandis que le soldat qui l'accompagnait lui semblait avoir peur des dommages collatéraux qui risquaient d'arriver si l'échange continuait de se dérouler de cette façon. Quand on jouait avec Joshka on perdait. Il n'aimait pas se laisser faire, ni qu'on touche à son amour propre de cette façon. Pour l'heure il ne faisait que son boulot en patrouillant à Stohess et en arrêtant ceux qui lui semblaient un peu suspect dans le coin, surtout en ces temps chaotiques où on accusait la Brigade de tout les maux. Lâches, corrompus, malotrus... La faction en prenait pour son grade. Il y avait certes des pourris parmi eux, mais tous n'étaient pas comme ça. Fort heureusement. Mais pour l'heure il avait surtout un souci à régler avec un certain nabot.

"Vous aurais-je offensé pour que vous répondiez de la sorte?"

Joshka ne souriait pas, ne bronchait pas. Il demeurait d'un calme olympien mais laissait sous-entendre une agressivité passive dans ses paroles. Il n'avait pas envie de s'énerver tant qu'il n'aurait pas une bonne raison de le faire et c'était là que ça risquait de saigner. Il avait peut-être l'air délicat mais en faire son ennemi était une très mauvaise idée. L'exigence dont il faisait preuve envers les soldats de son escouade et la façon dont il réprimait ceux qui tiraient au flanc était déjà une preuve qu'il ne rigolait pas sur certaines choses. En fait, il ne rigolait jamais. Il était toujours sérieux, surtout quand ça touchait aux devoirs d'un soldat.

Le nain brun demanda ensuite à qui il avait affaire. Juste pour l'emmerder tiens, Joshka ne se défit pas de son petit air hautain et reprit même encore un peu plus de contenance. Il savait jouer à ce petit jeu après tout, même s'il n'aimait pas se la péter, contrairement à ce que laissait transparaître les apparences.

"Je suis le caporal Joshka Everhart, des Brigades Spéciales de Stohess."

Il ne prit pas la peine de lui demander tout de suite son identité en retour. Ca viendrait plus tard cela dit, il ne le laisserait pas partir sans savoir à qui il avait affaire. Comme ça, Joshka retiendrait et son visage et son nom. De toute façon difficile d'oublier un nabot aussi grincheux que ça et qui réagissait de façon assez sèche quand on venait lui demander poliment quelque chose. Pour l'albinos c'était simple: si on ne lui en faisait pas voir de toutes les couleurs il restait assez sympathique. Au contraire si on l'emmerdait dès le début comme c'était le cas actuellement, il rendait la monnaie de sa pièce au gêneur.

La remarque concernant le fusil l'amusa. En le voyant s'éloigner, Joshka se décida à le suivre et ordonna en silence au soldat qui l'accompagnait de s'éclipser. Le regard azuré de l'albinos sous entendait également qu'il aille prévenir le reste des soldats sous son commandement aujourd'hui et qu'ils cherchent tous ensembles les types qui accompagnaient le petit brun plus tôt. Bon, il doutait qu'un abruti pareil réussisse à accomplir quelque chose d'aussi simple, d'autant plus que même s'il comprenait ce que Joshka avait en tête, il risquait fort d'avoir du mal à faire quoi que ce soit avec l'équipe de bras cassés qu'il avait réuni ce matin. Une fois le soldat parti, l'albinos entreprit donc de suivre le nabot et resta quelques pas derrière lui.

"Ne vous inquiétez pas je ne compte pas m'en servir, sauf si on m'oblige à le faire."

Cette phrase à elle seule sous-entendait qu'il ne fallait pas emmerder le caporal. En fait même sans arme à feu il n'était pas un adversaire facile. Encore une fois, n'importe qui ici pourrait témoigner de sa pugnacité et de son sale caractère quand on le provoquait ou qu'on le prenait pour le dernier des imbéciles. C'était souvent le cas des jeunes d'ailleurs, ceux qui se prenaient pour des princes parce qu'ils avaient pu intégrer les Brigades Spéciales. Eux, l'albinos les faisait vite redescendre de leur petit nuage, que ça leur plaise ou non. Et c'était le cas d'ailleurs avec les soldats qu'il avait rassemblé pour les patrouilles du jour ce matin.

Finalement le brun lui demanda pourquoi l'avoir abordé. Joshka fronça légèrement les sourcils, mais demeura néanmoins le plus impassible possible. Maintenant ils arrivaient sur un terrain délicat. Mais avait-il seulement envie de faire dans la délicatesse? Pas vraiment en fait, parce que la tête de ce type ne lui revenait pas depuis tout à l'heure. Il avait également cette mauvaise impression qu'il avait affaire à quelqu'un qu'il ne fallait pas emmerder, un peu dans le même genre que l'albinos en fait mais en plus... Intense. Malgré tout, Joshka décida d'être relativement direct, histoire qu'il comprenne bien qu'il ne rigolait pas.

"A vrai dire, nous sommes tous extrêmement méfiants envers les gens seulement de passage à Stohess vu la situation chaotique de la ville et les rumeurs qui courent au sujet des Brigades. Vous êtes bien un visiteur si je puis dire, n'est-ce pas? Je ne vous ai jamais vu dans le coin."

Autant ne pas mentir, c'était bel et bien le cas. Joshka passa néanmoins sous silence le fait qu'il l'avait aperçu avec un groupe de personnes qui s'étaient dispersées dans le district. Ca il ne l'évoquerait que bien plus tard, selon la tournure que prendrait leur conversation. Pour le moment, il ne ferait que jouer la carte de la prudence et de la méfiance. L'albinos garda le silence un moment avant de fixer l'un des bâtiments en pleine rénovation de Stohess. Et dire que c'était une bien belle ville avant que ces maudits titans ne se battent dans ses rues...

"D'ailleurs puis-je vous demander qui vous êtes? J'aime bien savoir à qui j'ai affaire, mine de rien."
© 2981 12289 0

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 751
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Lun 3 Juil - 1:28
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ?All I see is, shattered pieces
I can't keep it, hidden like a secret
I can't look away
From all this pain, in the world we've made
Every day you need, a bulletproof vest
To save yourself, from what you could never guess
Am I safe today?
When I step outside, in the wars we wage
Our future's here and now
Here comes the countdown
( Skillet → Rise )
L’autre te posa une simple question. S’il t’avait offensé ? Non, mais ça n’allait pas tarder sûrement. Jamais tu n’avais vu un soldat de la Brigade honnête, alors ça t’étonnerait de voir celui-ci différent des autres. Stigmatiser ? Complètement. Peut-être bien qu’il ne fallait pas mettre tout le monde dans le même sac, mais les gens honnêtes sont tellement rares que c’est difficile à croire quand quelqu’un l’est réellement, donc tu n’es certainement pas le seul à penser de la sorte. Néanmoins, beaucoup sont au courant de ton aversion pour la Brigade, eux les premiers d’ailleurs. Cela ne te dérangeait pas, ce ne sont pas eux qui t’empêcheront de dormir bien au contraire. Alors tu le toisas en haussant un sourcil, l’observant de haut en bas. T’allais le raboter de quelques centimètres cet albinos, il fera certainement moins le malin. Puis il se présenta à toi. Caporal Joshka Everhart, hein ? Très bien, tu te souviendrais de son nom sans trop de difficultés. Quelque part, lui et toi aviez le même grade, même si ici ça ne vous servirait sans doute à rien. Maintenant, c’est celui qui attaquera l’autre en premier qui va être mis en avant. Cela n’allait pas être toi, et tu étais capable de le faire sortir de ses gongs uniquement pour l’accuser d’avoir lancé les hostilités.

« Ouais j’ai des yeux aussi, pour constater que vous êtes de la Brigade et qu’on est à Stohess. »

Tu t’es retenu de ponctuer ta phrase par un « Connard. » du plus bel effet. Son air suffisant t’énervait. Très franchement. Tu n’avais qu’une envie, lui mettre un violent coup dans les genoux pour qu’il fasse vraiment moins le malin. Ne pas céder à la violence, tu n’en étais plus à ça maintenant… Sauf quand la personne face à toi t’énervait allègrement. Pourtant tu ne te départis pas de ton air neutre, comme si la situation ne te faisait ni chaud ni froid, ce qui était le cas par ailleurs. L’albinos te suivit alors que tu t’éloignais, et un coup d’oeil t’indiqua que son pote s’était barré, sans doute à la recherche de tes camarades. Cela ne te fit ni chaud ni froid, après tout ces gamins sont plutôt débrouillards. Il sembla néanmoins amusé par ta question sur le fusil, et cela te laissa complètement indifférent d’ailleurs, tu continuais à marcher pour te rendre dans une des rues, sans aucune pression, te foutant du fait que l’autre continuait à te suivre. Donc il ne comptait pas s’en servir, sauf si la situation l’exigeait. Restant devant lui, tu fixais droit devant toi, ne prenant même pas la peine de te retourner pour le surveiller. Après tout, il n’allait pas tirer tant que tu ne ferais rien. Cela dit, il pouvait bien te tirer dans le dos comme une raclure qui ne respecte rien.

« C’est pour ça que vous restez derrière moi ? A attendre que je relâche ma garde pour me tirer dans le dos ? »

Joshka était très mal tombé. S’il avait son air suffisant, et une certaine répartie, tu n’étais pas mieux, voire pire sur le deuxième point. Le concours de piques entre vous deux s’annonçait intéressant, surtout que jamais tu n’allais courber l’échine face à un mec de la Brigade. Plutôt crever. Tu regardas à droite et à gauche une fois sortie de la ruelle. La rue était vide. C’est vraiment désert ici, quoique normal vu les évènements qui se sont passés ici. Pas de traces de tes soldats, ni ceux de l’autre Caporal. Parfait, ça allait être un jeu de cache-cache géant dans tout le district. Le seul problème est que tu ignores combien de soldat possède Joshka sous son pied, surtout que vous étiez sur son terrain et non pas sur le tien, chose un peu plus délicate d’ailleurs. Peu importe, c’est juste une mission de vérification, et peut-être que tu en parlerais à Joshka si tu te rendais vraiment compte qu’il n’était pas aussi con que ses collègues. Pour l’instant c’est plutôt mal barré. Enfin, l’albinos balança une réponse directe. Tu n’étais pas tant en désaccord que ça sur ses paroles, et il n’avait pas totalement tord dans le fond. Pour que tu le reconnaisses, c’est vraiment parce que tu penses pareil. Cela dit, l’entendre parler de rumeurs qui circulent au sujet des Brigades… Sérieux, est-ce que ça l’étonne vraiment ? Tu ne savais pas si tu pouvais néanmoins t’accrocher à ces paroles et lui lancer la raison de ta visite ou s’il te menait en bateau. Finalement cet interrogatoire improvisé se passe en se baladant bien tranquillement dans Stohess, comme si la situation était entièrement normale. Enfin il te demanda ton identité, et c’est seulement là que tu te retournas partiellement pour le regarder.

« Un de ceux qui a participé à vous sauver les miches fasse aux titans ici. »

Tu soulignais bien le côté incapable des Brigades qui n’ont même pas vu ça, qui ont laissé faire par pure négligence. Enfin, vous seriez bien con au Bataillon si une situation pareille se produisait également, et là tu n’auras plus qu’à fermer ta gueule. Maintenant il fallait se méfier de tout le monde. Celui qu’on considérait autrefois comme un ami devient maintenant une personne suspecte. On ne peut savoir qui est un Shifter ou non sans que celui-ci nous dise ou nous montre surtout ce qu’il est réellement, un peu comme Eren en l’occurence. C’est vraiment casse-burne comme situation, un stress quasi-constant pour tout le monde, une méfiance presque démesurée dans les différentes factions. Tout le monde est soupçonné, et c’est bien triste. Laissant ton ironie de côté pour le moment, tu finis par répondre simplement.

« Levi. »

Tu ne t’excusas pas pour tes précédents mots. Puis quoi encore ? Ce Joshka devra faire avec, et s’il veut répliquer, ça n’en finira jamais puisque tu n’es pas du genre à t’écraser en temps normal. Tu réfléchis, à savoir si tu devais lui en parler ou non de ces rumeurs. Déjà, décliner ton identité lui mettrait un sérieux doute. Pourquoi tu viendrais ici en temps normal ? Tu exècres cette branche de l’armée, tu n’allais certainement pas t’amuser à venir ici de ton plein gré, pour faire dieu sait quoi. Tu attends d’abord la réaction du Caporal des licornes avant de prendre une décision. Vous allez vous renvoyer la balle jusqu’à ce que l’un et l’autre soit convaincu des motivations de l’autre, et ça pouvait attendre un moment cela dit, surtout si vous continuez à vous battre l’un et l’autre. Tu t’arrêtas face à la rivière qui sépare Stohess dans le sens de la largeur du district, pour la regarder pensivement, en silence.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 21
Ven 14 Juil - 13:48
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier?Levi & Joshka
Rester calme, surtout. Même s'il n'aimait pas se faire adresser la parole d'une telle façon, Joshka devait rester calme. ç'aurait été quelqu'un d'autre, il l'aurait probablement foutu au sol pour le calmer. Mais il ne savait pas encore exactement ce à quoi il avait affaire même s'il se méfiait un peu, alors il préférait ne pas faire quelque chose qui risquerait de lui porter préjudice s'il s'agissait d'un simple civil. Mais ce ne serait pas pour autant qu'il se laisserait faire. Il n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et ce n'est pas aujourd'hui que ça changerait, pour sûr. Pour l'instant l'albinos se contentait de suivre, en restant sur ses gardes même s'il n'en avait pas l'air.

Le nabot demanda ensuite si Joshka restait dans son dos pour pouvoir mieux le descendre à la moindre occasion. A vrai dire, oui et non. S'il faisait le con alors l'albinos n'hésiterait pas à lui tirer dans une jambe. Il n'irait pas jusqu'à le tuer puisqu'il n'était pas non plus sans scrupules, pas comme certains ici qui n'hésiteraient pas à buter le moindre suspect, surtout depuis les derniers événements qui avaient eu lieu dans la ville. Tout le monde était assez à cran et méfiant, les nobles vivaient mal le fait de devoir vivre comme des réfugiés et il n'était pas rare de vivre des jours où la tension était palpable pendant que la reconstruction du district battait son plein. Les gens réclamaient la tête du commandant du Bataillon pour tout les dégâts et les morts dont il était responsable à leurs yeux. Alors autant dire que la moindre personne suspecte était un bon prétexte de se défouler aux yeux de la population.

"Je vous l'ai dit, je tire pas sans raison. Je ne suis pas comme certaines raclures de mon corps d'armée mais libre à vous de me croire ou non. "

Des enfoirés il y en avait. Comme partout quoi. Joshka en connaissait certains de vue, en général ils étaient assez bien gradés puisque après tout plus on était puissant et plus on se permettait de dévier du droit chemin en utilisant le simple prétexte de pouvoir pour se justifier. L'albinos n'était pas de cette trempe là, lui qui préférait juger des intentions des gens en utilisant des méthodes plus conventionnelles que la violence ou la torture. Après il ne fallait pas jouer avec ses nerfs, mais ça c'était une autre affaire. Si on le poussait à bout il y avait toujours des chances qu'il finisse par distribuer des mandales. Mais pour ça, il fallait vraiment le chercher à fond. Le petit brun n'était pas loin de cette limite d'ailleurs, mais Joshka ne lui ferait pas le plaisir de s'énerver aussi vite.

Finalement, son interlocuteur se retourna pour répondre à la dernière question du caporal. La réponse l'avait un peu surpris même s'il n'en montra rien. Un de ceux qui avait participé à les "sauver" devant la menace des Titans... Il était donc du Bataillon, de ceux qui étaient intervenus à Stohess? Pas étonnant alors qu'il soit aussi médisant et provoquant à l'encontre des Brigades. Après tout, les deux corps d'armée étaient comme chien et chat, même si Joshka respectait l'unité à l'emblème ailé. C'était en partie parce que sa défunte soeur en avait fait partie, mais parce qu'il reconnaissait également que grâce à ces soldats la menace des Titans était contenue. Joshka garda le même calme effrayant qu'au début, relevant à peine les provocations et l'ironie du gars en face de lui.

" Ah très bien. Vous attendez peut être que je vous baise les pieds pour ce que vous avez fait alors? "

Au final, l'albinos répliquait par tout autant d'ironie et de provocation que le brun. Après tout il n'aimait pas fermer sa gueule trop longtemps et se laisser faire, chose que beaucoup apprenaient à leurs dépends. On avait trop tendance à le juger à son apparence délicate alors que c'était bien la dernière personne de son régiment à emmerder trop longtemps au risque de finir avec des dents en moins. Finalement le nabot se présenta à l'albinos comme s'appelant Levi. Il fronça les sourcils cette fois. Bien que n'ayant jamais rencontré cette personne avant, son nom était sur les lèvres de tout ses supérieurs avec celui d'Erwin Smith. Et puis il avait également une sacrée réputation au sein des murs, en tant que soldat le plus fort de l'Humanité. Bref maintenant Joshka n'avait plus aucun doute à propos de qui il avait affaire et sa prise sur la crosse de son fusil se resserra un peu.

"Levi hein..."

Joshka garda le silence un moment avant de transpercer le petit homme de son regard bleu glacial.

"C'est étrange de vous trouver ici, caporal. Il s'est passé quelque chose pour que vous veniez à Stohess incognito? "

Oui, plus cette discussion avançait, plus Joshka comprenait qu'il y avait anguille sous roche, d'autant plus qu'il avait vu Levi accompagné de quelques hommes lorsqu'il l'avait abordé. Il se méfiait un peu plus maintenant, restait juste à savoir si le petit homme serait enclin à lui faire part des raisons de sa venue à Stohess.
© 2981 12289 0

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 751
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Sam 15 Juil - 13:49
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ?All I see is, shattered pieces
I can't keep it, hidden like a secret
I can't look away
From all this pain, in the world we've made
Every day you need, a bulletproof vest
To save yourself, from what you could never guess
Am I safe today?
When I step outside, in the wars we wage
Our future's here and now
Here comes the countdown
( Skillet → Rise )
Ce qui est assez amusant en fin de compte – tout du moins ce qui ‘semble’ amusant – c’est de savoir qui de la licorne ou du piaf s’énervera en premier, du coup voir qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier. Alors l’entendre dire qu’il ne tire pas sans raison et qu’il n’est pas comme les autres raclures.

« Bien sûr, et vous êtes une délicate fleur des montagnes aussi ? »

C’est bon, ton sale caractère, celui que personne ne pouvait blairer dans les souterrains, a repris presque totalement le dessus. Insolent, ironique, limite insultant. Pourtant ta voix ne dégouline pas de puissance ou d’agressivité. Tu parles calmement. C’est de la manière dont tu parles qui peut être mal perçue. C’est pour ça que… Tu t’en branles, non-littéralement néanmoins. Ce qui est assez amusant, c’est que l’albinos a autant de répondant que toi. Alors ça fait comme un match de ping-pong où les insultes fusent dans les deux sens jusqu’à que celui qui frappera le plus fort aie le point. Tu te contentas de pencher la tête à sa remarque.

« Pourquoi faire ? Vous tenez tant que ça à perdre vos dents ? »

Ce n’est pas dans ta nature de sourire facilement ou de ricaner, alors tu gardes un air impassible, à la limite de l’indifférence. Voilà ton objectif. Faire péter les plombs de l’albinos. Si jamais il te frappe en premier, eh bien c’est condamnable puisque tu ne lui as rien fait. Physiquement du moins. Donc il serait accusé. Enfin, ça ne vaut pas le coup de se prendre une balle dans la jambe pour ça, tu le sais très bien et ce serait stupide. Tu n’es pas stupide. Enfin si, car chaque être humain porte en soi une part de stupidité plus ou moins prononcée en fonction des individus. Donc disons que ce côté-là chez toi n’est pas vraiment énormément prononcé. Lorsqu’il répéta ton nom, tu fronças les sourcils – plus que d’habitude disons. Il a resserré sa prise sur son fusil. Tiens donc, il percevait enfin la menace ?

« Vous êtes prêts à tirer sur quelqu’un qui n’est même pas armé ? »

Ni une, ni deux, tu dégainas ton cran d’arrêt, qui est toujours avec toi, de ta main gauche en te propulsant en avant dans un même mouvement pour mettre la lame sous la gorge de Joshka. La lame n’entaille pas sa peau. Tu n’as pas envie de le blesser. Néanmoins tu le menaces clairement, ta main droite ayant attrapé un de ses poignets qui tient le fusil, braquant ton regard clair dans le sien, on ne peut plus sérieux, toute trace d’ironie envolée. Tu t’es assuré d’un bref coup d’oeil que personne n’est dans le coin. Sinon tu es bon pour la prison, puisque là c’est toi qui est clairement en tord.

« A votre avis, ma lame contre votre fusil actuellement, qui gagne ? »

Tu resserras ta prise sur le manche de ton couteau, mais également sur le poignet de Joshka sans le quitter des yeux. C’est clairement une menace. Si tu tends un peu le bras, tu peux lui trancher la gorge. Pourtant ce n’est pas ton intention, loin de là. Pas envie d’être accusé de meurtre ou même petite blessure sur la délicate fleur des montagnes. Enfin délicate. D’apparence uniquement, parce que sinon… Sinon il te ressemble un peu en fait, niveau caractère. Dommage qu’il soit dans la Brigade dans ce cas, si cette ressemblance s’avère vraie. Tu as besoin de t’assurer que tu peux lui faire confiance, mais aussi lui montrer qu’au moindre faux pas, c’est pas son fusil qui te fait peur, et que tu es capable de vitesse et de précision pour abattre une cible. Tu n’es pas uniquement bon qu’avec les lames, pour tuer les titans. Parce qu’avant de tuer les titans, c’est sur des humains que tu t’es entraîné, alors tu sais comment te battre, comment te placer, comment agir, même si les armes ne sont pas égales.

« Est-ce que je peux suffisamment vous faire confiance pour vous en parler ? Si c’est le cas, alors faites comme si vous vouliez m’arrêter, ça paraîtra plus crédible à tous ces connards qui regardent par les fenêtres. », lui murmures-tu.

Sous-entendu : Est-ce que t’es un connard comme les autres ou toi ça peut passer encore, t’es le plus honnête des malhonnêtes ? Puis finalement tu reculas de ton propre chef en rangeant ton arme dans la poche arrière de ton pantalon, bien à l’abri des regards, et tu fis un léger signe à l’albinos de te suivre. Qu’il aime ou non tes méthodes, tu culpabiliserais quand t’auras cinq minutes. Tu l’invites à le suivre pour aller dans une ruelle bien tranquillement. Dis comme ça, c’est quelque chose de calme, où il te suit gentiment sans discuter. Ce qui n’est pas le cas. Ce qu’il s’est vraiment passé ? Quand tu as reculé, tu as bel et bien rangé ton arme. Tu lui colles ton poing dans le ventre, pas de la manière la plus délicate qui soit. Puis tu es parti en courant jusqu’à la ruelle. Tu sais qu’il y a des yeux partout, des oreilles partout, alors autant donner l’impression que tu l’as menacé, pour qu’il te poursuive et qu’il te fasse passer un sale quart d’heure à coup de balles de fusils dans les jambes pour t’empêcher de bouger.

Si jamais il tire.

Si jamais il tire, et qu’il te touche, t’es clairement dans la merde. Pourtant ça paraîtra vraiment crédible. Au pire tu lui expliquerais la situation si c’est le cas. C’est toi qui lui as dit d’être crédible après tout. Tu l’auras bien mérité, mais si tu peux l’éviter, c’est tout aussi bien. Tu sais que tu lui as coupé le souffle avec ton coup de poing surprise. Le temps de se remettre de ses émotions, et de te poursuivre… Tu as déjà atteint la ruelle et tu tournes les yeux vers l’entrée – ou la sortie, où tu es arrivé en silence, attendant, sur tes gardes, un quelconque mouvement.
© 2981 12289 0

Petite précision:
 

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 21
Mer 2 Aoû - 17:59
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier?Levi & Joshka
Joshka sentait que cette situation allait finir par dégénérer. Après tout ils ne cessaient de se répondre avec tout le sarcasme du monde et de se renvoyer la balle, il allait vraiment finir par se passer un truc. D'autant plus que l'albinos se méfiait maintenant qu'il savait à qui il avait affaire. Ce n'était pas n'importe qui et il le savait, s'il était là, c'était pour une bonne raison également. Que le Bataillon vienne fureter à Sina était une chose, mais que ce soit Levi qui le fasse en était une autre. Ca cachait quelque chose. Malgré son répondant qui l'énervait de plus en plus, Joshka restait calme. Il n'allait pas lui faire le plaisir de sortir de ses gonds, pas tout de suite du moins. Ce serait trop facile et une victoire qu'il ne voulait pas accorder au brun.

Joshka allait répondre à sa question quant au fait de tirer sur quelqu'un qui n'est pas armé, quand un mouvement de la part de Levi lui fit comprendre qu'il allait être très vite dans la merde. Cependant, il n'eut pas le temps de braquer le canon de son fusil sur le nabot que celui-ci lui avait placé une lame sous la gorge et retenait son poignet qui tenait le fusil de sa main libre. L'albinos jura entre ses dents et décocha un regard meurtrier au petit caporal. Il n'avait pas peur, loin de là. Il avait juste d'un coup énormément la haine envers ce type et réfléchissait à un moyen de se sortir de ce pétrin.

Contre-attaquer? Non c'était trop risqué avec ce couteau menaçant sa carotide. Attirer l'attention dans le coin? Il risquait d'être mort avant même que quelqu'un n'arrive.

"Enfoiré... "

L'albinos hésitait à lui mettre un coup dans les tibias pour le déstabiliser et pouvoir prendre ses distances. Cependant il n'eut pas le temps d'y réfléchir davantage puisque Levi lui demanda s'il pouvait lui faire confiance pour parler de la raison de sa présence à Stohess. Et le moyen pour le caporal du Bataillon pour en être sûr, c'était de faire croire que Joshka allait l'arrêter. Oh, il allait se faire un plaisir de jouer le jeu, ça c'est sûr. Il était bien remonté maintenant et en général quand il était énervé, ce n'était pas beau à voir. Avant qu'il ne puisse réagir cependant, Joshka sentit une douleur aigüe lui nouer les tripes alors que le nabot venait de ranger son arme et de lui coller un coup de poing dans le ventre.

Cependant il ne se laissa pas déstabiliser bien longtemps. Malgré la douleur il se redressa dans les secondes qui suivirent et mit en joue le brun qui disparaissait au coin d'une ruelle. Ah ça oui, il allait jouer le jeu de le poursuivre pour l'arrêter et pas qu'un peu. Cependant, comme il n'était pas non plus un connard fini, Joshka n'allait pas le blesser pour de vrai. Après tout, Levi aurait eu l'occasion de lui faire réellement du mal mais ne l'avait pas fait, une sorte de démonstration de force pour montrer que lui non plus en se laisserait pas faire.

L'albinos tira donc bien en direction du caporal. Deux plombs même. Cependant il ne visa pas directement ses jambes et s'arrangea pour que les balles ne fassent que frôler sa cible. Une erreur volontaire donc mais qui serait suffisante pour faire croire aux habitants du coin qu'il procédait à l'arrestation de quelqu'un qui l'avait menacé. Joshka était loin d'être un mauvais tireur en vrai et s'il l'avait vraiment voulu, il aurait pu lui coller une balle entre les deux yeux sans souci et il espérait que ces balles perdues volontairement seraient suffisantes à faire comprendre à Levi que lui non plus ne déconnait pas et qu'il savait se défendre.

Après avoir tiré, l'albinos se mit à courir après le brun, tout en restant en joue pour paraître le plus crédible possible. Il y avait également des chances que d'autres soldats aient entendu les coups de feu alors il espérait que le caporal du Bataillon soit clair et bref dans ses explications s'il ne voulait pas se retrouver davantage dans la merde. Il avait la chance de tomber sur le moins connard des brigadiers alors autant qu'il en profite.

Une fois hors de vue, Joshka ralentit le pas et s'approcha de Levi, sans pour autant le lâcher de son viseur. Il restait un peu méfiant, puisqu'il savait de quoi cet homme était capable. Son regard était glacial et plein de rancoeur, puisqu'il n'aimait pas qu'on se joue de lui de cette façon.

"Maintenant vous allez m'expliquer ce qui se passe. Et je serais vous je me dépêcherais avant que quelqu'un d'autre ne débarque. "

Joshka demeurait alerte. Selon la tournure que prendrait la situation et les informations qu'il apprendrait, il aviserait de quoi faire. Si la venue de Levi ici était louable, il chercherait probablement un moyen de pouvoir discuter plus au calme et peut être de l'aider, même s'il ne pouvait actuellement pas blairer ce personnage qui avait le même répondant que lui. Tout en demeurant à distance respectable, l'albinos garda le canon de son arme pointé vers la tête du brun.

"Et au moindre mouvement suspect ce sera entre les deux yeux la balle cette fois. Le Bataillon, malgré tout le respect que j'ai pour lui, n'est pas en odeur de sainteté dans le coin en ce moment et je pense que vous canarder ne me portera pas préjudice si vous me cherchez la merde."
© 2981 12289 0

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 751
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Jeu 17 Aoû - 10:59
Qui du piaf ou de la licorne gagnera en premier ?All I see is, shattered pieces
I can't keep it, hidden like a secret
I can't look away
From all this pain, in the world we've made
Every day you need, a bulletproof vest
To save yourself, from what you could never guess
Am I safe today?
When I step outside, in the wars we wage
Our future's here and now
Here comes the countdown
( Skillet → Rise )
Provoquer un brigadier ? Une chose que tu appréciais tout particulièrement. Tu en aurais sans doute souris, si la situation n’était pas si grave en ce moment. Alors après ta petite démonstration et ta fuite dans une des ruelles, tu ne tardas pas à entendre un coup de feu. Puis un autre. Minute. L’enfoiré te tirait dessus ? Non, il visait à côté. Juste avant que tu ne disparaisses dans la ruelle, bien tranquillement, à l’abri des regards. Le temps t’est compté maintenant, avant que les autres ne se ruent à cet endroit pour tenter de choper celui qui a provoqué leur caporal. Alors tu t’enfonces dans la ruelle, un peu soulagé que les balles ne t’aient pas atteint. Tu aurais eu l’air malin, dans le pire des cas.

Joshka ne tarde pas à te rejoindre et tu pivotes à 50 degrés pour le regarder. Il garde son arme en joue, et le canon est pointé vers ta tête. C’est dans ces moments-là que tu te demandes qui du canon ou du couteau serait le plus rapide. Il est rangé dans ta poche. Tu le sortirais au même moment où tu t’élancerais sur lui. Aurait-il le temps de tirer avant que tu ne partes en premier ? C’est quelque chose que tu n’as pas spécialement envie d’essayer. En tout cas, il est énervé. Tellement facile. C’en devient presque ennuyeux, de les provoquer. Alors tu te contentes de hocher la tête. Ces gamineries ont assez duré, et si toi c’est par principe que tu réponds du tac-au-tac, lui il a l’air vraiment contrarié.


« Vous m’en direz tant. » , tu secoues la tête en observant l’albinos. « Si je suis ici, c’est pour la simple et bonne raison qu’on soupçonne un groupe de soldats de faire encore des manigances, du genre fournir des armes à un petit groupe de rebelles.  »

C’est quand même dingue que le Bataillon soit plus au courant que la Brigade sur ses propres soldats. C’est quelque chose qui t’étonnera toujours. Ils n’avaient même pas capté pour Leonhart. Faut vraiment tout leur dire. Les prendre par la main sans doute ? Pourtant Nile n’est pas complètement incompétent… Ce sont les soldats qui le sont. Enfin, tu as espoir qu’un jour, la Brigade ne sera pas qu’un ramassis de merde.

« Baissez votre arme Caporal. »

Ca ne sonne pas comme un ordre, mais juste une affirmation ferme, parce que tu ne tiens pas à ce qu’il te tire dessus s’il venait à se faire surprendre par l’un des autres soldats de son groupe. Par inadvertance. Les risques du métier, comme on dit, mais là ce serait plus du genre accident trop vite arrivé. Tu regardes de l’autre côté de la ruelle, qui donne accès à une autre rue. Parfait. Si jamais les soldats venaient de là où se trouve Joshka, tu pourras t’enfuir. En revanche, si c’est de l’autre côté qu’ils débarquent, ce serait un peu plus délicat. Enfin, tu es venu ici en connaissance de cause, tu es prêt à prendre des risques. Tu lèves les yeux vers Joshka, plantant ton regard gris bleuté dans celui, bleu, de l’albinos.

« A votre avis, qui du fusil ou du couteau gagnera en premier ? »

C’est une question comme une autre. S’il voit de la provocation, c’est qu’il voit le mal partout. Car pour une fois, tu es subtil. Tu ne parles pas du Caporal devant toi. Tu parles des autres, que tu es prêt à désarmer s’ils te font trop chier. Pour ne pas te prendre du plomb dans le corps, ce que tu aimerais éviter dans la mesure du possible. Tu commences lentement à reculer dans la ruelle, pour aller vérifier si la voie est libre de l’autre côté. L’autre pouvait te suivre en continuant de te menacer, tu sais très bien viser entre les deux yeux toi aussi, et lui ne s’y attendrait peut-être pas en définitive. S’il te blessait, c’est fini. Surtout si tu le blesses. Voilà pourquoi à part lui montrer que tu es prêt à lui trancher la gorge s’il continuait dans cette voie-là, mais tu ne l’attaquerais pas directement. Tu es sur son terrain, et Stohess est plus près de la prison et du tribunal à Mitras que Karanese ou Trost, avec le QG du Bataillon.

La dernière chose que tu voulais, c’est faire du tord à Erwin. Ca t’emmerderait profondément. Voilà pourquoi tu restes à peu près calme sur cette affaire, pour ne pas t’emporter et ajouter « Attaque sur les Brigadiers en plein Stohess » à ton palmarès de crimes jamais punis. Certains de la Brigade n’ont jamais réussi à te mettre la main dessus par le passé, et ne serait pas mécontent si ça arrivait maintenant. Ce que tu aimerais vraiment éviter. Ce n’est pas après les avoir évité avec succès, tout en les provoquant – comme quoi ça ne date pas d’aujourd’hui l’affaire – que tu dois te faire arrêter maintenant stupidement.

Tu as finalement atteint l’autre bout de la ruelle, et tu regardes de l’autre côté tranquillement. Personne. Puis du mouvement. Un de tes soldats qui te fait signe. Les autres ne les ont pas chopé non plus. Parfait, ça faciliterait la tâche alors. Tu te tournes vers Joshka en penchant la tête. Il a eut le temps de réfléchir à ce que tu lui as annoncé par rapport à la raison de ta venue, histoire de savoir s’il te croit ou non, ou surtout s’il va t’aider ou quelque chose dans le genre. Ou, au contraire, s’en battre royalement les valseuses. Tu croises les bras. Tes hommes eux ont accompli leur mission. Tu leur as dit qu’ils pouvaient rentrer si jamais tu ne réapparais pas. Ce n’est qu’une question de temps, donc tu ne t’en fais pas pour eux. Avant d’arriver, vous aviez vraiment tout prévu. Bien assez pour que si les choses tournent mal, un seul serait vraiment dans la merde, les autres non.


« Alors, vous comptez m’aider ou m’arrêter ? J’avoue que je suis bien curieux de savoir, Caporal. »

Tu le regardes sans broncher, en croisant les bras sur ton torse en restant ancré sur tes positions. C’est maintenant que les choses vont devenir intéressantes. S’il te croyait, est-ce qu’il allait laisser les autres soldats t’arrêter ? Ou au contraire, il allait leur servir un truc de manière à ce que tu restes libre ? Tu tends l’oreille, tu entends les voix, les pas dans les rues de part et d’autre de cette ruelle. La rue par laquelle vous êtes arrivés, et la rue par laquelle tu peux sortir pour t’enfuir si les choses tournent mal. Les soldats se rapprochent petit à petit. Faut plus traîner.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [MUSIQUE] Quand Piaf chante l'homme à la moto
» Pas d'bol pour le piaf !
» laffly licorne
» Drôle d'Oiseau présente le Piaf, cerf-volant destiné aux débutants
» Piaf ou Maestro II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: † Se fier à ce mur, c'est comme pactiser avec le diable :: ✘ Sina's Districts :: ∟ Stohess ┐-
Sauter vers: