Le groupe du BATAILLON et des SHIFTERS sont fermés pour les OCs, merci de privilégier un autre groupe !
Encore beaucoup de personnages du manga libres !
Pleins de prédéfinis attendent d'être adoptés, n'hésitez pas. ♥
A partir de maintenant, tout personnage métisse se verra refusé pour garder une certaine logique avec la "rareté" de ces personnes, exactement comme les asiatiques. Merci de votre compréhension !

Quand le passé et l'avenir s'entrecroisent •• Daraen & Levi

 :: ∆ Se fier à ce mur, c'est comme pactiser avec le diable :: ▲ Ville souterraine Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 711
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Mar 23 Mai - 10:31
Quand le passé et l'avenir s'entrecroisentWhen I run through the deep dark forest long
After this begun
Where the sun would set
The trees were dead
And the rivers were none
And I hope for a trace
To lead me back home from this place
But there was no sound there was only me, and my disgrace
( First Aid Kit → Wolf )
En y repensant bien, qu’est-ce que t’évoque Sina ? C’est là où se trouvent tous ces putains de bourgeois qui ne pensent qu’à bouffer et dormir, sans se dire qu’à Rose ou Maria, c’est la grosse merde. L’affaire avec la Brigade est partiellement réglée, tu es finalement parti avant de faire un blessé. Ce qui allait réellement arriver si tu étais resté avec ce type, Joshka. Bah… Ce n’était pas un mauvais bougre pour autant, mais tu ne pouvais t’empêcher d’exécrer tout de même les licornes. Pire, tu les emmerdes royalement. Toujours amicalement voyons. En marchant dans les rues de Stohess, tu te dis qu’il fallait que tu retrouves les sales gosses qui t’accompagnaient. Tu poussas un soupir. Est-ce qu’ils avaient fait ce que tu avais demandé, soit le fait de pas jouer aux cons avec la Brigade, voire même la population orgueilleuse et imbue d’elle-même. Voilà pourquoi t’aimait pas trop les gosses, toujours les surveiller et rattraper leurs conneries si jamais ils en faisaient.

Qu’est-ce que t’évoque Sina ? Un souvenir, très lointain, enfouit au plus profond de toi, qui fait parti de toi mais que tu préfères oublier. C’est bien évidemment de la ville souterraine dont tu venais. Tu t’immobilisas un instant, baissant les yeux vers le sol. C’est vrai… C’est là que tout à commencé… Tu crispas les poings un instant, restant silencieux, comme si tu te battais avec quelque chose d’invisible. Tch. Quelle merde. Tu ne pourras jamais te débarrasser de tes démons, il faudra que tu fasses avec jusqu’à ce que tu crèves, tout simplement. Néanmoins, tu avais cette envie de retourner dans ces lieux, pour voir cette ville d’un autre œil que celui d’un délinquant qui pille et vole pour survivre, pour donner aux plus pauvres.

Tu cherchas des heures après l’entrée des souterrains, c’était l’une des choses que tu ne te rappelais plus spécialement, même si tu savais que c’était sous Sina que cette ville s’étendait… Les pauvres sous les riches… Comme quoi l’injustice a toujours été, jusqu’à l’emplacement de cette ville, une ironie morbide. Puis enfin tu trouvas. Ce que tu trouvas, c’est également deux personnes. Une que tu connaissais pas mal, l’autre que tu avais sûrement vu une fois ou deux, et encore. Tu jetas un regard noir à celui du Bataillon, le tristement célèbre Eren. Qu’est-ce qu’il foutait dans les souterrains ce sale morveux encore ? Tu ne dis rien, tes yeux parlent pour toi, signifiant bien entendu qu’il allait douiller dans un avenir proche, mais celui qui t’importait le plus, c’est l’autre sale morveux. Eren n’était pas du genre à s’aventurer aussi loin sans être entraîner par quelqu’un, alors tu te doutais quelque part que c’était la faute à ce jeune blond tout ça. Une fois que l’autre gamin s’est éloigné, tu t’approchas du blond pour lui attraper l’épaule avec un regard qui n’annonçait rien de bon.


« Alors ça t’amuse d’aller explorer les souterrains ? Eh bien on va y retourner, comme ça tu verras l’ampleur de ta connerie une fois que tu seras dos au mur. »

Il n’avait absolument pas le choix, tu n’avais même pas envie d’entendre ses explications. Tu en avais tellement chié pour sortir de ces putains de souterrains, tu en avais tellement bavé pour survivre dans ces putains de souterrains… Tu ne pouvais pas concevoir qu’on pouvait y aller juste pour explorer. Tant de gens voudraient sortir mais n’ont pas l’argent pour se faire. Tu étais un peu contrarié, parce que tu comparais cette légèreté d’esprit avec les conditions de vie déplorables des habitants de la ville souterraine, et ça t’agaçait. Ca t’énervait plus que tu ne voulais le croire. Alors en entraînant le gamin avec toi, passant à côté des gens qui s’occupaient des entrées et des sorties. Eux aussi avaient compris qu’il ne valait mieux pas t’ennuyer ou t’arrêter. L’argent, tu l’avais. Envoyer chier la Brigades, tu savais le faire aussi. Alors qu’ils ne viennent pas te dire ce que tu savais déjà.

« Tu te rends seulement compte que si la Brigade t’attrape, c’est fini pour toi merdeux ? Ici ils sont peut-être nuls et surtout très cons, ils sont tenaces et ne te laisseront jamais tranquille. »

Ton expérience te faisait parler. Depuis combien de temps tu n’étais pas revenu ici ? Ces escaliers… Cette atmosphère de plus en plus étouffante à mesure que lui et toi vous vous enfonciez dans les souterrains… Rien n’avait changé. C’est comme si tu l’avais quitté hier tant les souvenirs te revenaient en pleine gueule. Tu gardas le silence un instant en avançant pour t’enfoncer plus profondément sous la terre, toujours avec le gamin. Puis tu tournas un œil vers lui.

« Je vais te montrer ce que c’est les souterrains, et je t’assure que tu ne remettras jamais les pieds ici. »

Tu voulais lui faire voir la réalité, ce qu’il se passait sous Sina, toute l’injustice accumulée dans ces lieux sans que personne ne puisse faire quoique ce soit, car seuls ceux qui vivent ici, où ont vécu ici, qui peuvent prétendre de telles choses. Beaucoup de ces gens ne verraient jamais la lumière du soleil, le bleu du ciel, l’air frais de l’hiver, la chaleur de l’été… Ils ne connaissent que la lumière artificielle, la chaleur étouffante d’un environnement clos, le manque de soin, le manque de nourriture, le manque de tout. Et tout le monde s’en fout, c’est la Brigade qui gère cet endroit, eux sont pourris jusqu’à la moelle, tu en est totalement convaincu. Tu regardas autour de toi en silence. Vous étiez au niveau le plus élevé des souterrains, celui qui se trouve le moins loin de la surface. Le pire n’est pas ici, le pire est à venir, mais tu laissais d’abord le gamin bien s’imprégner de cet environnement.

« Regarde bien ici, c’est le moins pire des souterrains parce que nous sommes presque à la surface. Regarde bien, tu t’imagines sans doute que cette pauvreté est partout pareille dans ce lieu… Alors tu vas vite être surpris gamin. »

Tu attendis un moment, le temps qu’il te dise qu’il était prêt à descendre, et même s’il n’était pas prêt, tu le mettrais devant le fait accompli. Jamais tu n’avais fait ça, jamais tu n’avais remis les pieds depuis que tu en étais sorti… Depuis ta rencontre avec Erwin à vrai dire. Tu avais cette impression que cela remonte à très loin, mais en même temps cela te semble tout proche. Le désavantage de ce lieu, c’est que ça va te rappeler trop de choses douloureuses. Putain. Cette épreuve serait certainement plus difficile que tu ne l’avais imaginé.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Daraen Krieger
Apprenti soldat
avatar
Missives : 59
Soldat depuis le : 09/05/2017
Vieillesse : 20
Mar 27 Juin - 0:53
C'était totalement débile, songea Daraen alors qu'il suivait Ackerman mâle dans les souterrains qu'il venait tout juste de quitter avec Eren. Il pourrait bien se questionner sur le pourquoi d'une réaction pareil de la part de son supérieur, mais franchement, se poser d'innombrables questions juste pour se les poser et ne pas obtenir de réponses ne l'intéressait pas des masses. Alors il se contentait de le suivre, n'affichant que son air habituel, pas le moins du monde perturbé par le spectacle pitoyable qui se déroulait autour de lui.
Si extérieurement le jeune homme paressait écouter respectueusement son supérieur, intérieurement il soupirait toujours plus longuement. Que Ackerman ne soit pas au courant de son passé n'étonnait en rien le jeune Krieger, mais ça ne l'empêchait pas de tiquait devant la leçon de morale qu'il lui dispensait. Il était bien conscient de la Brigade Spéciale et de leur attitude tenace comme une chien ne voulant pas lâcher son os, mais ça n'empêchait pas Daraen de les semer encore et toujours. Son lien avec les bordels et plus particulièrement un certain plus réputé que les autres, les filles de joies appréciaient lui venir en aide et faire tourner en bourrique les soldats. Et généralement c'était tout à leur bénéfice puisque certains cédaient à leurs charmes.

Toutefois il demeura silencieux, faussement repentant de ses "mauvaises actions". Ses yeux dorés luisaient d'une lueur peu sympathique lorsque le Caporal lui tournait le dos, se parant d'une légère crainte et de remord lorsqu'il glissait son regard glacé dans sa direction. Aux yeux de Daraen, la misère du monde ne vaudrait jamais autant que la peur qu'il éprouvait face à son frère. Il n'y avait pas plus terrifiant que cet homme aussi fou que dangereux et dont les limites étaient encore inconnues, si limites il possédait...

Ses yeux scannèrent l'endroit comme le lui avait demandé Ackerman et il s'attarda un peu plus longtemps que nécessaire dans la direction du Lys Pourpre avant de revenir devant lui comme si de rien était. Oui il connaissait cet étage et ceux qui savaient jusqu'où les pattes de l'Araignée influaient, connaissaient Daraen.
Et Daraen connaissait de vu et de réputation les étages plus bas encore, et très franchement, il n'avait pas vraiment envie de s'y risquer. Ooh, il saurait se défendre là n'était pas la question, mais il risquait gros à s'y aventurer. Alors l'idée totalement saugrenue de fuir lui effleura l'esprit et le tenta. Confiant en ses capacités sans se risquer une nouvelle fois à en devenir arrogant, il observa du coin de l’œil son supérieur. Très honnêtement ça ce risquait. Si il jouait bien son jeu non seulement son supérieur ne se rendrait pas compte de ses capacités, mais en plus il lui fausserait compagnie.

Est-ce que si il ratait son plan Ackerman lui défoncerait la gueule à grands coups de poings ? Plus que probablement, sûrement ! Alors attentif, l'apprenti attendait son heure, pas le moins du monde prêt à accepter de suivre le Caporal partout. Surtout qu'il était prêt à parier que ce dernier ne savait absolument pas qui il était.

- Et donc. On fait quoi maintenant Caporal ? - il faillit se mordre la langue quand lui même perçu l'ironie frisant l'insolence dans sa voix.

Il avait pas pu s'en empêcher, flûte. Jouer la comédie ? Oooh il savait faire ! Parler en faisant prendre à sa voix les bonnes intonations pour continuer son cinéma ? Ça non ou très difficilement, et c'était plutôt regrettable. D'ailleurs, est-ce que le Caporal savait dans quel corps armé il était ? Comme il le mettait en garde contre la Brigade Spéciale, il supposait que oui mais en même temps il ne semblait pas le connaître. Donc à part si Ackerman avait un flair de chien, Daraen commençait sérieusement à se poser des questions sur ce suicidaire là.

Ah. Et si il continuait à lui faire la morale, il ne promettait pas de rester un gentil soldat obéissant longtemps. Sa verve et sa hargne, le Caporal n'y échapperait pas.

- Pourquoi vous m'avez emmené là seul Caporal ? Eren était avec moi aussi. - voulu savoir l'apprenti qui ne comprenait pas le pourquoi de tant de hargne chez le gradé.
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 711
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Lun 10 Juil - 13:26
Quand le passé et l'avenir s'entrecroisentWhen I run through the deep dark forest long
After this begun
Where the sun would set
The trees were dead
And the rivers were none
And I hope for a trace
To lead me back home from this place
But there was no sound there was only me, and my disgrace
( First Aid Kit → Wolf )
Tu ignores pourquoi tu fais ça. Pourquoi tu te rends dans les souterrains. Pourquoi tu entraînes le morveux avec toi. Pourquoi ? Telle est la question dont tu n’as pas la réponse. Tout ce que tu vois, c’est ton passé. Tu fais le chemin inverse de lorsque tes amis et toi êtes sortis des souterrains pour ne jamais y retourner. Tuer ou être tué, c’est cette loi qui règne ici. Survivre ou mourir, voilà les deux seuls choix qu’un habitant des souterrains peut choisir. Beaucoup se laissent mourir. A quoi bon vivre si c’est pour mourir au final ? Tu en avais sauvé des gens là-dedans, mais tu t’étais fait aussi beaucoup d’ennemis, qui veulent ta tête. Tu as pris un risque en revenant, surtout que tu n’as pas ton équipement, tu as juste ton couteau qui ne t’a jamais quitté depuis le début, depuis que tu es sorti de cette enfer.

Tu sais très bien que le blondinet derrière toi n’en a rien à cirer de ce que tu racontes, de ce que tu peux lui raconter. Tu lui fais la morale, qu’est-ce qu’il en a à foutre après tout ? Toi-même tu hais quand quelqu’un te fait la morale. Cela dit, à part Erwin, personne ne pouvait te faire vraiment de reproches. Reprocher quoi, de toute façon ? De mettre toute ta force à sauver tes camarades ? En tuant des titans ? Tu jetas un simple coup d’oeil derrière toi pour fixer le gamin en silence, un instant. Puis tu reportes ton attention devant toi en continuant de t’enfoncer dans les souterrains, ne tardant pas à atteindre le deuxième niveau sous la terre. Tu sais très bien ce qu’il a en tête. Il a envie de se barrer. Très honnêtement, tu allais le laisser faire si jamais il tentait de s’enfuir. Ce ne sera pas toi qui lui casserait les dents de devant mais tous les bandits, les fourbes, les vicelards, toutes ces crevures qui sont prêtes à tout pour se barrer de cet enfer étouffant. Alors quand il parla, non sans une certaine insolence, tu aurais presque sourit.


« Tâche de pas crever merdeux. Je sais que tu veux partir, me prend pas pour un con. Si tu le fais, tu auras du mal à retourner à la surface tout seul. »

Et je garanti pas l’état dans lequel je te trouverais si jamais tu tombes sur l’un de ces gangs composés de gens sans aucune foi ni loi, et qui sont prêts à dépecer un gamin si jamais l’occasion se présentait. Tu te retins de l’ajouter, tandis que tu continues à descendre ces marches interminables. Tu te souviens quand tu les as gravit pour la première fois. On t’a proposé un marché, et tu t’étais fait avoir du début jusqu’à la fin. En y repensant, tu te dis que tu as été vraiment con d’avoir cru toutes ces conneries. Pas un jour ne passe sans que tu y penses, et que tu regrettes ce moment-là. C’est bien trop tard pour pleurer, mais c’est déjà fait. Pourquoi que lui et pas le gamin titan ? De nouveau, tu jetas un œil en arrière.

« Parce qu’un petit con comme toi avec cette insolence et ton côté sûrement débrouillard arriverait à s’en sortir dans ce territoire hostile. »

Parce qu’Eren est bien trop important pour risquer de le perdre dans les souterrains. Parce qu’Erwin risquerait de t’engueuler si jamais tu perdais Eren. Parce que tu sens que ce gamin blond est comme toi quand tu avais son âge. Débrouillard, petit con, insolent, qui ne se laisse pas faire ni impressionner par cette foutue hiérarchie de merde, qui ne se fera pas choper si facilement. Quelque part, ce gamin te fait penser à toi au même âge. Curieux, en effet.Voilà pourquoi lui et pas Eren. Pour des raisons « stratégiques », mais également par intuition.

« T’es un apprenti, non ? »

Tu ne l’as jamais vu au Bataillon. Ni la Brigade. Ni la Garnison. Tu as la mémoire des noms et des visages. Du comportement aussi. Un type comme ce blond, tu t’en souviendrais forcément si tu l’avais rencontré avant. Ce qui n’est pas le cas. Alors il est toujours bon de faire connaissance. Surtout si c’est pour passer un moment ensemble dans les souterrains. Si ce gamin a un fort caractère, ça allait faire des étincelles puisque toi aussi, tu as un… Très sale caractère. Tu t’arrêtes pour qu’il se mette à ta hauteur et pour avoir un œil sur lui. Même si tu lui as demandé de te suivre, tu te sens responsable de ce gosse. S’il lui arrive quelque chose, ça te fera bien chier, très honnêtement. Voilà pourquoi tu gardes un œil sur lui, prêt à le poursuivre si jamais il prenait ses jambes à son cou.

L’air devient de plus en plus étouffant à mesure que vous descendiez ces marches, jusqu’au niveau le plus bas. Tu détestes cet endroit, tu le hais du plus profond de ton coeur. Pourtant tu es là. Quelques personnes tournent la tête vers toi. Tu es connu dans ces souterrains, mais jusqu’à quel point ? Tu n’as jamais eu vraiment d’amis exceptés Farlan et Isabel, et ceux avec qui vous travailliez accessoirement, mais sans plus. Ca te fait bizarre d’être revenu aux sources. Après tout c’est cet endroit qui t’a vu naître et grandir jusqu’à ce que tu prennes ton envol pour l’extérieur. De bons comme de mauvais souvenirs hantent cet endroit, tout te revient en pleine face maintenant que tu es en bas. Au point même d’oublier partiellement le gamin. Tu as envie de retourner dans cette maison que vous partagiez Farlan, Isabel et toi. Alors tu tournas un œil vers le blond.


« Suis-moi. C’est pas sûr dans le coin et les connards sont partout. »

N’importe quoi peut arriver. Soupirant intérieurement, tu commenças à partir en direction de ton ancienne maison, te dirigeant dans ces ruelles étroites comme si tu connaissais. Pour quelqu’un qui vit à la surface, tu connais bien trop l’endroit pour que ce ne soit qu’un hasard. Tes sens sont en alertes, tu retrouves tes anciennes marques en avançant de plus en plus entre les maisons. Tu ne sais même pas si le gosse te suit toujours ou non. C’est comme si tu as cette envie de vérifier si la maison est toujours là. Si elle est habitée. Si elle est saccagée. Bref tu as envie de savoir tout simplement.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Passer les galop quand on est pas en club?
» Quand l'élève dépasse le maître ..... (si maître il y a ....)
» conseil pour le cannard a la passée
» Mitsubishi et son avenir
» pecher quand il ya du vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O B L I V I O N :: ∆ Se fier à ce mur, c'est comme pactiser avec le diable :: ▲ Ville souterraine-
Sauter vers: