Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Juin - 19:17
La bonne parole tu prêcheras

Ymir & Dimitri

Le véhicule dans lequel se tenait Dimitri – qui ressemblait plus à un simple chariot qu’à un carrosse, ce qui aurait pourtant été bien plus digne de son rang – n’allait pas tarder à pénétrer dans le district de Trost. Il n’y était pas retourné depuis sa courte visite le lendemain de sa destruction, où il était venu apporter son soutien aux familles et combattre la peur des titans des habitants. Il n’avait cependant pu y rester que deux jours, avant d’être rappelé à Karanese où se tenait une réunion importante quant à l’avenir de la secte.

Les raisons qui l’avaient poussé à revenir étaient spéciales, bien qu’elles ne l’enchantaient guère. Le révérend avait été convié à participer à la messe d’inauguration de la plus grande bâtisse religieuse du district, qui venait d’être reconstruite, invitation qu’il avait dû accepter à contrecœur. Si cela ne tenait qu’à lui, il serait resté dans ses appartements toute la journée à comploter avec ses fidèles où il aurait été bien plus productif plutôt que de perdre son temps à se taper des heures de trajet pour finalement faire ce que n’importe quel autre membre du culte aurait pu faire à sa place. D’autant plus qu’il n’allait même pas prononcer la messe, il n’en était que l’invité de marque, c’est-à-dire que son rôle se résumait simplement à faire acte de présence et à dire quelques mots à la fin avant que tout le monde ne rentre chez soi, tu parles d’un honneur ! D’ordinaire, un homme de son importance n’aurait pas été dérangé pour ce genre de futilités, mais les circonstances récentes et le symbole de renouveau que représentait cet édifice l’avaient contraint à accepter.

Il espérait alors qu’Edwig et William seraient également présents, comme ça ils pourraient en profiter pour débattre de la marche à suivre après le petit tour de force du bataillon à Stohess qui avait dévoilé au grand jour l’existence des titans à l’intérieur des Murs. Le culte s’était retenu de tout commentaire jusqu’à présent, mais il n’allait pas pouvoir garder le silence éternellement. Il serait d’ailleurs préférable que le peuple n’apprenne pas que la secte était au courant depuis le début et qu’elle avait délibérément gardé l’information secrète, car cela risquerait de mettre sa crédibilité en jeu. Il fallait également qu’ils discutent de l’attitude à adopter face au climat de suspicion qui règne dans le pays actuellement et aux tensions grandissantes entre les trois corps d’armée, qui permettraient à la religion de les détruire de l’intérieur et ainsi d’augmenter une nouvelle fois son influence.

Il arriva bientôt devant le bâtiment où l’attendait la centaine de privilégiés qui avait eu la « chance » d’être sélectionnée pour assister à la messe d’ouverture. Lui qui était plutôt du genre discret, c’était raté. Manquait plus qu’on lui demande des autographes et il aurait eu l’impression d’être Miss Trost à un défilé. À vomir. Évidemment, il y avait une grande différence entre une foule de religieux et une foule de fans en délire. En fait, il y en avait même deux : l’âge – puisqu’ici on tournait sur une moyenne de 40 à 50 ans, si ce n’est plus – et le bruit. Cette foule-là était parfaitement silencieuse, comme si personne n’osait perturber la tranquillité du grand guide, pour le plus grand bonheur de celui-ci. Après tout, que pouvait-il y avoir de plus sacré que le calme ? Ah, oui, le pouvoir.

Dimitri s’assit enfin à la place qui lui était réservée au premier rang, regardant à droite et à gauche si Edwig et William étaient à ses côtés, en vain. Il avait donc fait tout ce chemin pour rien. Tous les autres s’installèrent à leur tour et la messe, qui s’avérait finalement plus proche d’une simple cérémonie d’ouverture, put débuter. Après d’innombrables sermons sur les divins Murs, sur l’attaque du district et sur la façon par laquelle celui-ci allait revenir à la vie grâce à la construction de ce lieu saint, le maître de cérémonie invita Dimitri à le rejoindre pour clôturer la séance. Ce dernier salua chaleureusement tout le monde avant d’entamer un discours qui traduisait à la perfection son envie d’en finir rapidement.

« Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, reprenez avec moi tous en cœur, je tiens à vous remercier personnellement de vous être joint à nous aujourd’hui en cette occasion si spéciale. C’est un grand honneur pour moi d’avoir été convié à cet évènement, et il ne fait aucun doute que ce nouvel édifice ne pourra qu’aider notre culte à prospérer encore plus qu’il ne le fait déjà. Grâce à vous tous, de plus en plus de citoyens se convertissent chaque jour à notre cause, alors ne perdez pas espoir et laissez votre foi vous guider en ces moments difficiles. Merci à tous. »

Après quoi, il serra la main aux religieux en charge du bâtiment puis à tous les fidèles qui étaient présents. Décidément, la journée avait été encore moins productive que ce qu'il pensait. Pour se reposer un peu avant de reprendre la route, il attendit que tout le monde sorte de la salle puis il resta seul un moment pour prier en silence.  

(c) Madouce sur Epicode
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ymir
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
avatar
Missives : 161
Soldat depuis le : 01/05/2017
Vieillesse : 16
Localisation : Auprès de Christa, duh
Dim 11 Juin - 13:01


imgrp
When I opened my eyes, what I saw was freedom, spread out before me ▵

ft. Dimitri Serov

Ymir n'aimait ni la religion, ni ceux qui la suivaient. Bien entendu, elle n'allait pas le gueuler sur tout les toits, mais ces expressions dégoûtées quand on osait discuter de leur cas en sa présence la trahissait bien souvent. Mais cette haine était facilement explicable... Quant l'on connaissait les antécédents de la brune, tout du moins. Déesse de faibles personnes, incapables de songer par eux-même, elle s'était rapidement rendue compte qu'une religion pouvait ne pas être aussi honnête qu'elle le prétendait. Que derrière ces prières, ces promesses, ces serments... Il y avait un homme, ou une femme, qui tirait les ficelles. Qui dictait la manière à suivre, qui rassemblait le peuple par la seule mention de son nom... Il y avait toujours quelqu'un pour donner les ordres et des personnes, désespérés, simplets,
sans personnalité qui suivaient. C'était triste.

Et c'était ce qu'avait été Ymir, durant une période qui fut la plus fabuleuse et la plus atroce de sa vie.

En bref, Ymir détestait la religion car pour elle, il n'y avait jamais rien d'honnête dans les paroles de ces "prêtres", de ces prétendants "purs croyants". Des êtres exécrables. Mais elle ne pouvait rien dire, car la religion était maître entre ces murs. Dans une période comme celle-ci, où ta vie, chaque jour, était menacée par des monstres imprévisibles et dont-on ne savait rien. Dont-ils ne savent rien. La Shifter avait ses propres secrets et sûrement que bon nombre de ces religieux tueraient pour savoir ce qu'elle savait.
Que quiconque, même, tueraient pour avoir ses connaissances. Dommage pour eux, cependant, la soldate n'était pas prête à les partager. Pas maintenant, tout du moins. Il était encore bien trop tôt.

Mais alors, si elle haïssait tant les religieux, pourquoi allait-elle donc vers cette église, fraîchement reconstruite, en Trost ? Par ennuis ? Peut-être. Par curiosité ? Sûrement. Ou peut-être était-ce simplement par envie d'emmerder son monde. Après tout, n'y aurait-il pas quelques petites babioles sympathiques, revendable à des prix plus qu'abordable au marché noir ? C'était une église, après tout. Et l'on faisait toujours en sorte que les objets les plus précieux -les plus chères- s'y trouvent. Ce qui était assez... Stupide. De l'avis de la brune, en tout cas. A quoi cela servait de faire envie aux croyants ? Ou peut-être était-ce justement pour cela... Pour les faire face à leurs besoins les plus secondaires ? L'envie de posséder, l'avarice de tout avoir... Un fin sourire au visage, la Shifter s'étira nonchalamment, amusée par ses pensées. L'être humain était si abjecte, répugnant... Dans un sens... Il partageait bien plus de points communs avec le Titan qu'il ne le voudrait. ~

Tout en croquant dans une poire qu'elle avait "emprunté" à l'un des marchands présents, Ymir accéléra le pas. Elle ne souhaitait pas être l'une des dernières à entrer dans l'Église et souhaitait en même temps éviter de rencontrer quelques connaissances. Si l'on l'a surprenait ici, sûrement que sa réputation de "je-déteste-les-religions-parce-que-vous-avez-pas-besoin-de-savoir" serait mise à rude épreuve. Et honnêtement, être la cible de rumeurs aussi stupides était la dernière chose qu'elle souhaitait. C'était donc en marchant un peu plus rapidement qu'elle arriva à se frayer un chemin entre les religieux qui s'étaient amassés devant l'Église. Mais pourquoi est-ce qu'ils ne rentrent pas ces abrutis ?!, s'emporta la brune, n'hésitant pas à jouer des coudes pour dégager les personnes qui se mettaient devant-elle. Mais quand, par inadvertance, elle tourna la tête sur le côté, elle put voir l'objet de leur fascination...

Un rouquin.

Un sourire narquois aux lèvres, Ymir entendit non loin d'elle un homme marmonner un nom, tout en fixant l'inconnu aux cheveux flamboyants: Dimitri Serov. Alors, il semblait être connut par ici ? La brune fut amusée de voir son expression si indifférente quand à la présence de ses suiveurs, tout autour de lui. C'est bien un homme de foi, ça... Impassible, dans n'importe quelles circonstances. Elle ne perdit rien de son sourire moqueur et tout en jetant un dernier regard au dénommé Dimitri -qui ne la remarqua pas d'ailleurs, ce qui était logique avec une foule pareilel-, s'en alla à l'intérieure de l'Église, poussant au passage une femme qui c'était mise au travers de sa route. Sans que cela ne fasse de trop gros bruit, la soldate put voir clairement le mécontentement dans le regard des prêcheurs qui l'entouraient. Pour toute réponse à leurs regard noir, elle se contenta d'un haussement d'épaule avant d'aller prendre place, seule.

Ymir se ficha bien des paroles que pouvaient prononcer le prêtre: c'était si ennuyant et inintéressant ! Elle observa donc les horizons, plus particulièrement les piédestal où trônaient fièrement diverses babioles semblant valoir trèèèèès chères. Un petite sourire aux lèvres, elle continua de regarder un peu ce qui l'entourait, pour pouvoir par la suite, subtiliser aux riches. Et redonner à la pauvre; à savoir elle. ♥ Peut-être pourrait-elle offrir des bijoux et divers accessoires de ce style à sa tendre protégée ? Hm. C'était une idée intéressante et en même temps... Il ne faisait aucun doute que Christa chercherait à savoir comment elle avait fait pour obtenir autant d'argent. Et lui dire la vérité signifiait se prendre des remarques qu'elle ignorerait royalement -s'attirant d'autant plus les foudres de la blonde-. Alors non. La Shifter préféra garder tout l'argent pour elle. De toute façon, elle prouvait bien assez son amour, elle n'avait pas besoin en plus de biens matériels, pas vrai ? Se mordant la lèvre inférieure, la soldate soupira dramatiquement; elle attendrait la fin de la messe dans le pire des cas, pour savoir quoi faire.

Une fin qui lui sembla épouvantablement longue. Était-ce possible de prendre autant de temps pour parler ? Sans, une seule fois, être intéressant ? Le prêtre semblait le lui avoir prouvé aujourd'hui. Cependant, quand Dimitri Serov pris à son tour la parole, l'attention d'Ymir fut subitement captée. Il fallait dire que le rouquin savait se faire entendre et en imposait pas mal. Elle ignorait sa position dans la religion, mais s'il était un "haut-placé", dans un sens, ça ne l'étonnerait pas. Il avait toutes les qualités requises, de l'avis de la brune, tout du moins. Un avis qui pouvait prêter à confusion puisque pour elle, elle avait de loin l'étoffe d'un capitaine ce qui n'était... Et bien, pas du tout le cas. Bref. Pour dire que la Shifter fut heureuse de savoir qu'après le blabla -un peu plus captivant que celui du prêtre- de l'homme de foi, la messe serait terminé. Enfin, terminé... Il fallait encore qu'elle attende que tous les religieux partent et ce n'était pas chose gagné. Il semblait tous prendre dix ans à aller se serrer la main, à bavarder... A tel point que la soldate aurait sans nul doute put s'endormir par terre. Elle haïssait tant attendre. Et pourtant, malheureusement, la tachetée n'avait pas forcément le choix. Soupirant, désespérée, elle se laissa tomber, dos à un pilier, et s'écrasa au sol.

Des minutes passèrent, peut-être même des heures, durant lesquelles Ymir profita de la négligence des hommes de foi pour aller chaparder quelques biens. Pas énormément, tout du moins, ne souhaitant pas avoir à faire face aux autorités. Elle avait déjà assez de problème à gérer, pas besoin de s'en rajouter plus avec les religieux ou même la Brigade. Elle ne prit donc que quelques piécettes qui traînaient et une espèce d'assiette, à l'effigie des murs, qui lui semblait assez précieux. Rangeant cela sur elle, la brune fouilla rapidement du regard l'Église et fut surprise de la voir subitement vidée. Il n'y avait plus personne. Enfin, ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle remarque le dénommé Dimitri Serov. Je ne sais pas si je dois m'en réjouir ou au contraire, m'en plaindre, songea la brune, les yeux plissés, toujours posés sur l'homme aux cheveux de flammes. Curieuse mais surtout, suicidaire -fière membre du Bataillon ~-, la Shifter se rapprocha du croyant, sans réellement chercher à être discrète. Tout simplement parce qu'elle n'avait pas l'énergie de marcher doucement, pour pouvoir passer derrière lui sans être repéré et puis même... A quoi cela servirait-il ? Elle souhaitait, justement, lui parler.
Enfin bref. D'une démarche assurée, elle s'arrêta non loin du rouquin.

« Et bien, le moins que l'on puisse dire mon charmant Dimitri, c'est que tu sais te faire écouter de tes pieux esclaves. ~ », roucoula t-elle, un sourire narquois aux lèvres.

Marchant sans gêne vers l'autel qui se trouvait face à eux, elle frôla l'édifice, un fin sourire aux lèvres.

« C'est assez amusant que tu mettes autant d'énergie et de volonté dans tes paroles. Je veux dire... », elle prit une voix beaucoup plus grave, mimant celle de Dimitri. « "Grâce à vous tous, de plus en plus de citoyens se convertissent chaque jour à notre cause, alors ne perdez pas espoir et laissez votre foi vous guider en ces moments difficiles" ! Ça en serait presque touchant. », son sourire s'agrandit, alors qu'elle se mit à tourner le dos à l'autel pour faire face au rouquin, les yeux plissés. « Mais dit moi, es-tu réellement sincère dans tes propos ? Comment savoir que tu n'uses pas de ton poste, aussi important soit-il, pour t'attirer gloire et honneur ? Est-ce qu'un homme de foi, aussi important, aussi croyant soit-il, ne pourrait pas être un illustre imposteur ? Je suis curieuse. Vraiment. »

Ymir ne pensait pas que Dimitri puisse t-être un croyant parce qu'il souhaitait apporter la paix et la prospérité en ces terres. Vraiment pas. Pour elle, derrière chaque masque, porté par ces hommes de foi, se cachaient un homme, victime des désirs humains; l'envie, le désir d'être reconnu, d'avoir de l'argent, de la reconnaissance... Il était tout simplement impossible qu'un religieux puisse t-être sincère.

« Alors, Dimitri Serov, comment prouver votre appartenance à cette religion ? Comment prouver à vos sujets que vous ne les manipuler par seulement pour vos propres desseins, aussi immondes soient-ils ? »

Mystérious pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 12 Juin - 19:17
La bonne parole tu prêcheras

Ymir & Dimitri

Après avoir serré la main à tous les religieux, le révérend Serov alla s’agenouiller devant l’autel, se pensant enfin seul. Il prit un dernier moment pour observer l’édifice le temps que les fidèles quittent les lieux. Taillé dans le marbre et recouvert à certains endroits d’or, il était surmonté de somptueuses petites statuettes à l’effigie des trois Murs, qui avaient probablement une grande valeur. Or, Dimitri ne s’intéressait pas réellement à ce genre de choses. Selon lui, le culte n’avait pas besoin d’investir dans des objets aussi luxueux, qui n’étaient qu’un moyen de plus – et d'inutile, soit dit en passant – d’exposer le succès de leurs croyances. Mais, contrairement à de nombreux religieux des Murs, le roux n’était pas attiré par l’argent, mais plutôt par le pouvoir. Il en croisait tous les jours, des hommes de foi qui rêvaient de s’enrichir, qui profitaient du malheur des gens pour leur faire les poches. Seulement, à quoi peut bien nous servir l’argent si personne n’est là pour nous dire comment l’utiliser ? C’est là que réside tout l’intérêt du pouvoir. Si vous avez le pouvoir, vous avez tout. Plus personne n’osera jamais vous résister, peu importe la taille de sa fortune.

Bien heureusement, tous les partisans n’étaient pas obnubilés par l’argent, sinon le culte ne serait qu’une immense mascarade. Ça, c’était seulement la classe dirigeante. Au contraire, les fidèles, les vrais, ceux qui avaient tout perdu et qui se sont réfugiés dans l’idolâtrie aveugle des Murs, sont en grande partie sincères dans leurs croyances. Ils sont simplement pervertis par un petit groupe d’hommes et de femmes qui font passer leurs propres intérêts avant ceux de l’humanité. Bien qu’il ait plusieurs caractéristiques en commun avec ces scélérats, Dimitri ne se considérait pas comme tel. Contrairement à eux, lui agit pour le bien de tous. Il est convaincu d’avoir été investi de la mission de sauver l’Humanité, sans doute un peu par vanité, mais sûrement plus par folie. Il est persuadé qu’il a été choisi et qu'il est promis à un destin divin, et que ce qui essaieront de l'en empêcher étaient des hérétiques. Dès lors, peu importe comment il y arrive, seul le résultat compte. Tant pis si cela signifie en sacrifier quelques-uns sur la route.

Genoux à terre, le révérend préféra chasser ces pensées de son esprit pour se focaliser sur sa prière. Il souhaitait profiter pleinement de cette solitude temporaire pour se livrer à de pieuses contemplations, instants pendant lesquels il se sentait en véritable résonance avec celui qu’il adorait. Plus qu’un simple moment de recueillement, c’était une véritable communion. Il se retrouvait ainsi seul avec son corps, seul avec ses croyances, et rien n’aurait pu le perturber. Rien du tout, à part peut-être une jeune femme avec le visage tacheté un peu trop bavarde. Elle était arrivée vers lui de manière directe, sans chercher à lui montrer la moindre marque de respect alors qu’elle avait le culot de le déranger en pleine prière. Tss, quelle petite insolente. Il la regarda alors fixement, attendant qu’elle brise le silence.

Il n’eut pas à attendre longtemps. Celle-ci le provoqua ouvertement, lui parlant avec une telle assurance que cela le mit hors de lui. Il contint ses émotions, attendant avec impatience la prochaine marque d’irrespect pour lui faire payer cher son trop-plein de confiance. Visiblement, elle n’avait aucune idée de qui elle avait en face d'elle, mais elle n’allait pas tarder à le découvrir. Et encore une fois, il fut servi. Elle venait d'imiter de façon grossière sa voix, se moquant du petit discours qu'il avait prononcé un peu plus tôt. Jamais auparavant quelqu’un n’avait été aussi effronté envers lui. C’était intolérable. Cela le rendit fou de rage, sans doute parce qu’il comprit qu’il venait de rencontrer une femme à sa hauteur. Elle semblait malicieuse, fourbe, manipulatrice, et surtout très sûr d’elle, exactement comme lui. Il ne se laissa pas démonter et garda un visage impassible, comme toujours, se disant que cela devait être Dieu lui-même qui le mettait à l’épreuve.

Puis elle se retourna vers lui, laissant au rouquin le soin d’apercevoir son grand sourire narquois. Elle reprit alors de plus belle, et cette fois ce qu’elle dit excita sa curiosité. Elle avait usé des mots justes, comme si elle savait exactement ce qui passait dans la tête de Dimitri. Plus calme, bien que toujours vexé par ce manque de politesse, il était de plus en plus intrigué. Comment une femme en apparence si jeune pouvait-elle faire preuve d’autant de maturité ? Il fallait qu’il le découvre. Il avait besoin de savoir.

« Eh bien, voilà qui est intéressant. Tu aurais au moins pu avoir l'amabilité de te présenter avant de me poser des questions, petite impolie. »

L’atmosphère était tendue. Il se rapprocha doucement d’elle pour l’intimider, ne la lâchant pas du regard. C’est comme cela qu’il allait vérifier si elle était réellement comme lui, si elle était bien une dominante et pas une dominée. Étonnamment, il espérait qu’elle ne le décevrait pas et soutiendrait son regard.

« Pour être totalement franc avec toi, je ne pense pas qu’il n'existe un seul homme véritablement sincère dans ce monde. Et je ne pense pas non qu’il faille mesurer la croyance d’un religieux à cela. Le seul moyen de ‘’prouver’’, comme tu le dis, son appartenance à sa religion, c’est par les actes. Et parfois, pour arriver à accomplir de grandes choses, il ne faut pas avoir peur de tricher un peu. C’est à son but que l’on reconnaît la valeur de quelqu’un, et je peux t’assurer que le mien n’est pas l’immonde dessein que tu as l'air d'imaginer. »

Pour une fois, Dimitri pensait chacun des mots qui venaient de sortir de sa bouche. Même si la tachetée ne lui inspirait pas du tout confiance, il sentait pourtant qu’il pouvait lui parler, qu'elle comprendrait ce genre de choses. Il fallait cependant qu’il veille à ne pas en dire trop non plus, sans quoi il n’aurait d’autre choix que de la faire éliminer.

« Dis-moi, tu n’as pas l’air religieuse pour un sou. Que fais-tu réellement ici ? »

(c) Madouce sur Epicode
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ymir
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
avatar
Missives : 161
Soldat depuis le : 01/05/2017
Vieillesse : 16
Localisation : Auprès de Christa, duh
Mar 13 Juin - 20:54


imgrp
When I opened my eyes, what I saw was freedom, spread out before me ▵

ft. Dimitri Serov

Dimitri, malgré les provocations d'Ymir, restait calme, ne se laissant pas aller à la rage. Tu veux jouer à ça ? Eheh, cette journée promet d'être absolument merveilleuse. ~, ricana t-elle intérieurement, alors qu'elle fixait le rouquin dans les yeux, sans faillir un instant. Après tout, personne -pas même ses supérieurs- n'avaient réussis à lui faire baisser les yeux, alors ça ne serait sûrement pas un homme de foi qui serait le premier à le faire. La Shifter était forte, autant physiquement que mentalement, alors malgré la prestance, qu'elle devait reconnaître, du religieux, elle ne se laissa pas faire. L'atmosphère devint subitement tendu, alors que l'homme à la chevelure flamboyante se mit à parler à son tour, d'une voix aussi assuré. Exactement la même tonalité, bien que plus agacé, qu'il avait pris lors du discours. Je ne risque pas de m'ennuyer avec lui, au moins, remarqua t-elle, continuant de lui sourire avec insistance, montrant bien son entêtement et son "je-m'en-foutisme" quand à ces menaces silencieuses.

« A quoi cela servirait-il que je vous donne mon nom ? Je ne suis qu'une personne parmi tant d'autres, un visage dans cette foule qui vous acclame en silence, une présence de tout les jours... Vous n'avez pas besoin de le savoir et quand bien même, qu'apporterai-je à votre vie en vous dévoilant mon identité ? Je ne suis rien en ce bas-monde. Rien d'autre qu'une petite effrontée qui pour attirer l'attention, embête les grandes personnes qui ont du pouvoir. Un pouvoir parfois éphémère. », conclut-elle, n'ayant pas perdu de son sourire pendant toute sa tirade.

Ymir se mit ensuite à rire, à gorge déployée, sans gêne, sans peur de la réaction du rouquin. Après tout, elle savait qu'il ne ferait rien. Cessant rapidement sa crise, elle afficha un sourire carnassier, bien plus amusée par Dimitri qu'elle ne l'était avant. Ses paroles était chargées de sincérité et cela lui plaisait. Pas qu'elle la Shifter se mettait à l'apprécier; bien sûr que non ! Il restait un religieux après tout, et dieu seul savait à quel point elle les haïssait. Alors non, elle ne l'aimait pas. Il était amusant, divertissant et fascinant, mais jamais elle n'aurait pu le regarder avec des yeux fascinés comme pouvaient le faire les trois quarts des personnes vivant entre ses murs.

« Et bien, au moins, vous avez le mérite d'être honnête ! », dit-elle, souriant de toutes ses dents. « Je comprends un peu mieux pourquoi toutes ces personnes, tout ces petits toutous semblent vous adulé. Vous êtes fascinant. Et maintenant je veux bien le croire... Ton but n'est peut-être pas aussi mauvais que je le pensais. Peut-être même est-il la clé pour sauver l'Humanité ? », elle se risqua à s'approcher un peu plus du rouquin, un sourire provocateur au visage. « Mais comment pouvez-vous être aussi certain de vos actes, de ce futur que vous promettez à vous fidèle quand vous ne savez rien de ce qu'il se passe derrière ces mêmes Murs ? Ce que cachent réellement les humains, les Titans ? Vos paroles sont belles et sincères, je ne dirais jamais le contraire. Mais faites attention, Dimitri... L'homme n'est pas bien différent du Titan et en tout instant, vous pourriez être en danger. », son sourire s'agrandit encore. « Faites attention à ceux que vous côtoyer, aux hommes qui vous suivent et vous adulent. Certains cachent plutôt bien leur jeu et camouflent une partis bien plus sombre de leur être... », elle mit alors un doigt sur ses lèvres, prenant un air faussement outré. « Oups, j'en dis peut-être un peu trop... ~ »

Prenant enfin le temps de répondre à sa dernière question, la brune se contenta de lui tourner le dos, s'étirant nonchalamment, comme si sa présence importait peu. Et il fallait dire que malgré l'aura de domination, de force que dégageait le rouquin... Elle ne se sentait pas dominée pour autant. Après tout, elle aussi était une forte tête et c'est pourquoi elle se risquait autant avec lui. Peut-être avait-elle perdue la tête, d'ailleurs ? Après tout, dire ce genre de chose au premier venu était dangereux, même très, mais elle ne pouvais s'en empêcher. S'amuser ainsi avec l'homme de foi l'a faisait rire et pour tout dire... Cela la déchargeait d'un poids. Garder ce secret pour elle seule, le camouflé aux autres -même à sa tendre protégée... Cela commençait à sérieusement peser lourd sur ses épaules. Alors peut-être était-ce le bon moment pour parler ? Prenant un instant pour réfléchir, la Shifter secoua la tête; non. Pas maintenant, pas à lui. Mais peut-être avait-elle attiser sa curiosité et là... Là ça deviendrait vraiment intéressant.

« Il est vrai, je ne suis pas une religieuse, loin de là même ! », elle se remit à rire, fixant Dimitri de ses yeux dorées, perçant. « D'ailleurs, si vous voulez me donner un nom, vous pourriez m'appeler "l'anti-religieuse". Alors, comment expliquer que je sois ici...? Hm, bonne question... Je me la pose aussi, pour tout vous avouez. Peut-être est-ce vous qui, d'une manière ou d'une autre, m'avez amené à venir ici ? A vous rencontrer, vous parler... », elle mit alors deux doigts sous son menton, prenant un air clairement bêta. « Ou peut-être que je me suis simplement perdue et qu'en vous voyant entrain de prier, la partie provocatrice et insolente de mon être me cria d'aller vous emmerder, vous empêcher d'être tranquille. », elle haussa finalement les épaules. « Qui sait ? »

Elle termina finalement, fixant Dimitri d'un air sombre, non sans cesser, néanmoins, de sourire.

« Mais, allons Dimitri, dites-moi pourquoi vous, vous vous retrouvez ici ? A prier, à promettre à ces civils un avenir meilleur, un avenir de paix et de prospérité ? Qui, ou quoi, vous a ainsi incité à œuvré pour ces murs, en tant que religieux ? En tant que chef ? Est-ce pour apporter cette paix méritée sur Terre ? Ou bien, est-ce simplement par plaisir d'avoir ce pouvoir entre vos mains, ces vies prêtent à tout pour vous ? Encore une fois, Dimitri Serov, je suis curieuse... »

Mystérious pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» BONNE FETE RODOLPHE !!!!!!!!!!!!!
» hou bonne mere !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» le silure: bonne ou mauvaise chose
» VTE 500 - L'huile ESSO Uniflo 15W40 est t'elle bonne pour mon moteur ?
» Comment obtenir une bonne attitude en longe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: † C'est le Laridé du poulet, dansez, dansez si vous l'pouvez ! :: ✘ Archives :: ❝ Rp-
Sauter vers: