Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Juin - 20:03
Le culte du mur, qu'était-ce finalement ? L'on chuchotait des tas de choses à leur sujet. Certains croyaient en leur parole qu'ils jugeaient "Juste et profonde". D'autres marmonnaient qu'il s'agissait en fait d'une secte de fous, adorant les murs qui nous protégeaient des Titans.
Et pour tout dire, Swann n'avait pas d'idée sur la question. Elle se sentait juste perdue quand on lui demandait son avis, et répondait vaguement quand elle n'esquivait pas le sujet.
D'une part, elle était reconnaissante des murs qui protégeaient son petit quotidien tranquille. Ces murs qui assuraient la sérénité de son spectacle d'illusionniste à moins qu'elle ne périsse, et de préférence, de vieillesse.
Mais en même temps... il ne s'agissait que d'immenses briques empilées les unes sur les autres au fond. Pouvait-elle vraiment croire en un tas de cailloux polis haut de plus de cinquante mètres ?
Elle n'en était pas certaine.

Elle ne savait même pas si un quelconque Dieu, doté d'incroyables pouvoir, n'était pas simplement sorti de l'imagination d'un écrivain illuminé.
Si un être aussi puissant existait, pourquoi aurait-il abandonné l'humanité entre des murs aussi frêles ? Pourquoi l'aurait-il condamnée à la peur, la souffrance et les larmes ? Une punition ? Ou un juste le jeu d'un être si grand, qu'il n'a que faire d'une poignée de vie. Car après tout, s'il a vraiment donné naissance à cet univers, qu'est-ce qui l'empêcherait de le détruire pour en construire un nouveau, plus à son goût ?
Que penser d'un être qui se joue du destin de l'humanité toute entière dans ce cas là ?
Décidément, trop réfléchir à ce genre de choses, n'arrangeait pas vraiment la vision du monde de Swann, qui préférait encore se réfugier dans son propre univers.

C'est afin de trouver une réponse à toutes ses questions, que Swann fit un le voyage depuis Nedlay jusqu'à Karanese.
Elle voulait trouver un religieux qui puisse lui donner une vraie image de ce en quoi ils croyaient vraiment et pourquoi ils y croyait.
A trop rester dans l'ignorance, la demoiselle avait finit par se torde l'esprit dans es théories aussi farfelues que grotesques.

C'est donc plantée devant une sorte d'église, qu'elle se mordillait les doigts. Inculte comme elle l'était, avait-elle vraiment le droit d'entrer dans ce lieu réservé à la prière ? Voilà qu'elle se posait encore des questions sans importance...
En tournant la tête à droite et à gauche à la recherche de quelqu'un pour éclairer sa lanterne, elle fut ravie de trouver chaussure à son pied. Elle s'approcha de l'homme à le chevelure orange qui semblait tout juste sortir du bâtiment. Il était grand, et dégageait quelque chose d'assez impressionnant qui ne manqua pas d'intimider Swann.
Elle se plaça devant lui, le regard fuyant, n'osant pas observer plus haut que son torse, la tête baissée. Elle demanda d'une petite voix, effrayée par l'idée de le déranger :

- Je... Je m'appelle Swann, déclara-t-elle en tendant une main. J'ai beaucoup entendu parler du Culte des Murs et... et j'aurai voulu savoir s'il m'était permis d'entrer et de poser quelques questions, même sans être l'un des votres.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 10 Juin - 12:52
Don't be a naughty god

Swann & Dimitri

La journée était bien calme pour le révérend. Lui qui avait toujours des tonnes de choses à faire ou de rendez-vous prévus, ce petit moment de répit ne pouvait que lui faire du bien. Faut dire que tout s’était pas mal accéléré depuis la capture du titan féminin et que les réunions entre les membres haut placés du culte étaient de plus en plus fréquentes. C’était un moment crucial pour leur avenir, car en effet, « grâce » à ces chers bataillons d’exploration, les gens ne se sentaient plus en sécurité même au sein des districts les plus protégés, et les éternels indécis finissaient enfin par se convertir, étendant l’influence de la religion jusqu’à la capitale.

Cependant, bien que les retombées soient plutôt positives in fine, l’intervention des bataillons à Stohess avait profondément déplu à Dimitri. Déjà que ce n’était pas le corps d’armée avec lequel il s’entendait le mieux – ce serait plutôt la brigade spéciale, après tout, entre corrompus on ne peut que bien s’entendre –, mais les dégâts considérables qu’ils venaient de causer n’allaient probablement pas jouer en leur faveur dans l’affrontement prochain qui risquait de s’annoncer entre les armées, et ils n’auraient assurément pas le soutien du culte si une telle situation venait vraiment à se produire. Les vies perdues ce jour-là ayant bien plus de valeur que celles perdues à Shinganshina il y a cinq ans, les conséquences pour l'humanité étaient bien plus désastreuses et l'acte était d'autant plus injuste que de nombreux religieux y avaient perdu la vie. Dorénavant, l’équilibre était si fragile qu’une seule étincelle pourrait bien mettre le feu à tout le royaume, et le roux serait ravi de jouer ce rôle.

Il fallait donc qu’il trouve un moyen infaillible pour liguer les corps d’armée les uns contre les autres, et sans faire de victime collatérale si possible. Pour cela, il avait besoin de réfléchir à tête reposée. Le problème, c'était qu'à cause de sa popularité, il y avait toujours tout un tas de monde dans son église qui voulait partager une prière avec lui, et même s'isoler seul à l'étage ne suffisait pas toujours à obtenir le calme. Non pas que ses fidèles soient du genre bruyant, mais il était fréquent que quelqu'un vienne le déranger pour discuter de ses petits problèmes personnels dans l'espoir de recevoir une petite remarque compatissante de la part du "guide", ce qui n'arrivait bien sûr jamais. Il aimait ses fidèles, aucun doute là-dessus, mais il aimait encore plus la tranquillité.

Il décida alors de profiter de cette journée peu remplie pour réciter une dernière prière sur les Murs avant de sortir prendre l'air pour réfléchir à tout ça. Hélas, sa tranquillité ne tarda pas à être mise une nouvelle fois à l'épreuve, puisqu'à peine venait-il de refermer la porte derrière lui qu'il fut abordé par une jeune fille qui, soit dit en passant, avait l'air complètement perdue. Elle s'était positionnée juste devant lui sans oser le regarder dans les yeux. Certes, Dimitri était assez intimidant et aimait bien instaurer une certaine distance entre lui et ses fidèles, mais là c'était peut-être un peu trop. Il crut d'abord avoir affaire à une partisane des Murs qui était venue ici pour le rencontrer, mais il comprit en l'écoutant se présenter qu'elle n'avait aucune idée de qui il pouvait bien être. Au contraire, c'était une novice qui avait abordé la première personne qui passait par là pour qu'elle puisse répondre à ses questions.

Le roux soupira un bon coup. Ce n'était pourtant pas à lui de s'occuper du recrutement des fidèles normalement, et encore moins de celui des jeunes filles. Mais d'un autre côté, il se dit que ça lui ferait peut-être du bien de parler à quelqu'un qui ne le connaissait pas, qui ne prendra pas le soin de calculer chacun des mots qui sortent de sa bouche de peur de le froisser. De plus, la douceur de la voix qui émanait de la petite tête brune qui se tenait devant lui lui rappelait l'innocence de celle d'une enfant, et il avait étrangement envie d'en découvrir davantage sur elle, ce qui était pourtant étonnamment contraire à son désintéressement habituel. Il lui releva alors doucement la tête avec sa main droite pour la forcer à croiser son regard.

"Enchanté Swann, je suis Dimitri. Bien sûr que tu peux rentrer, quel genre de religion serions-nous si nous n'étions pas ouverts à toute discussion ?", après quoi il rouvrit la porte par laquelle il venait de sortir et fit signe à la jeune fille de rentrer, annulant tous les plans qu'il avait prévus pour la journée. "Tu peux me poser toutes les questions que tu souhaites, je te répondrai avec plaisir."
(c) Madouce sur Epicode
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 11 Juin - 9:26
Le doigt glissé sous le menton de la jeune fille qui l'invita clairement à relever la tête l’embarrassa d'autant plus que personne ne l'avait jamais traitée de la sorte. Il n'y avait ni mépris, ni intention déplacée dans ce geste.
Non. L'inconnu cherchait à rétablir le contact visuel, comme il le ferait sans doute avec n'importe quel enfant. Elle aurait mesuré trente centimètres de moins qu'il aurait probablement posé un genoux à terre. Qu'il aurait caressé ses cheveux nattés et, peut-être même se serait-il laissé aller à sourire. Désormais pourpre jusqu'aux oreilles, elle écouta avec une attention toute particulière la réponse de celui qu'elle avait si impoliment importuné.
Et pour tout dire, son interlocuteur lui fit une première impression assez difficile à décrire.

- Je... merci.

Déjà, elle n'avait pas imaginé que quelqu'un ayant autant de présence puisse lui répondre si doucement. Elle l'avait imaginé plus stoïque, plus distant, mais pas du tout. Elle ne savait pas si elle était ravie d'être accueillie à bras ouverts, de pouvoir enfin trouver des réponses sincères à ses questions, ou si elle allait pleurer. Parce qu'elle en avait vraiment envie. Elle se trouvait horriblement ridicule et ses lèvres demeuraient closes, serrées l'une contre l'autre, sans être capables d'articuler ne fut-ce qu'un semblant de phrase.

A défaut de parler, Swann décida d'accepter l'invitation et d'entrer dans la bâtisse réservée au culte. Elle fut pour ainsi dire surprise (mais elle aurait dû s'y attendre) de voir des fidèles en pleines prières. Elle marcha sur la pointe des pieds, de peur de les gêner de quelque manière que ce soit. Puis elle réalisa que c'était stupide. Si Dimitri s'était adressé à elle sans faire plus d'efforts que cela, c'est qu'il n'y avait probablement pas de raison de s'inquiéter.

Le temps des questions venu, Swann fixa Dimitri, tentant timidement de soutenir son regard.

- Je vous remercie de m'accorder un peu de votre temps, Monsieur Dimitri. En fait je... Je me suis toujours demandée... En fait, je crois que je n'ai jamais vraiment compris qu'elles étaient les croyances que vous partagiez. Pensez-vous qu'il existe quelque part dans l'univers, un Dieu quelconque ? Si oui, pourquoi semble-t-il nous avoir abandonné ?

Et puis de nouveau son visage de teinta de rouge. Elle avait beaucoup trop parlé, pour une fille qui n'y connaissait rien. Elle croisa ses bras sous sa poitrine et baissa la tête de nouveau.

- Je dois vous embêter avec mes bêtises... chuchota-t-elle le cœur au bord des yeux.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 11 Juin - 14:17
Don't be a naughty god

Swann & Dimitri

Le révérend laissa la jeune fille pénétrer en premier dans le lieu saint, avant de refermer doucement la porte derrière lui. Elle était rentrée en marchant sur la pointe des pieds, sans doute pour éviter que le bruit de ses pas sur la pierre ne dérange les fidèles en train de prier. L'attention était honorable, mais Dimitri ne pouvait que penser qu'elle en faisait un peu trop. Il crut d'abord qu'elle jouait un rôle qu'elle s'était imposée, sans doute avait-elle pensé que se comporter comme une enfant lui attirerait les faveurs du dirigeant du culte, mais elle n'allait pas tarder à se heurter à son insensibilité. Il changea finalement d'avis quand il la vit se retourner. La gêne qu'elle devait ressentir avait littéralement recouvert son visage de rouge, ce qui était impossible à contrôler. Il comprit alors qu'il s'agissait simplement d'une jeune femme très timide qui n'avait vraisemblablement jamais mis les pieds dans un lieu comme celui-ci et qui n'avait aucune idée de comment se comporter. Enfin, même s'il était convaincu que l'éducation religieuse devrait être une priorité à l'école, il ne pouvait pas vraiment la blâmer pour si peu. La faute revenait plutôt à ses parents qui n'avaient visiblement pas joué leur rôle à la perfection.

Le roux prit le temps d'observer la petite brune en face de lui. En analysant son visage, il se rendit d'abord compte qu'il ne s'agissait pas d'une quelconque adolescente mais bien d'une adulte, bien qu'encore jeune, même si son attitude laissait penser le contraire. Les humains étaient naïfs, et ceux qui étaient timides l'étaient encore plus. Il était très facile de leur dicter sa propre volonté, et c'est ce qu'il avait passé les dernières années à faire. Il savait très bien que les personnes timides seraient prêtes à faire tout ce qu'on leur demande sans broncher, à condition d'y mettre la forme. Bien qu'il n'en voyait pas encore l'intérêt, il savait déjà, sans même avoir eu besoin de discuter avec elle, que la jeune femme serait une cible facile pour lui.

Elle s'adressa d'ailleurs une nouvelle fois timidement à lui.
“Monsieur Dimitri” avait-elle dit. Personne ne l'avait jamais appelé comme cela auparavant, et celui qui l'aurait fait aurait probablement mal fini. Cependant, même si c'était extrêmement déplacé de la part de la brune, cela ne lui parut pas irrespectueux pour autant et lui décrocha même un léger sourire. Non pas qu'il était du genre à s'extasier pour rien, mais se montrer chaleureux suffisait généralement à se mettre une personne dans la poche. Swann lui posa alors deux questions étonnamment intelligentes, bien qu'assez basiques, avant de baisser la tête à nouveau pour marmonner quelque chose que le religieux ne parvint pas à saisir entièrement.

“Allons Swann, nul besoin d'être timide. En fait, tes deux questions sont même assez intéressantes. À vrai dire, notre culte est très vaste et certaines de nos croyances peuvent parfois être différentes, bien que complémentaires. D'un côté, qui représente d'ailleurs la majeure partie des fidèles, il y a ceux qui idolâtrent les Murs, les assimilant chacun à une divinité et les remerciant pour la protection qu'ils nous procurent. Certains en revanche pensent qu'il existe une divinité supérieure qui régit l'univers et que les Murs seraient ses plus belles créations.”

Il parlait doucement pour s'assurer qu'elle enregistre bien chacun des mots qu'il prononçait. C'était enfantin, il en avait conscience, mais finalement jouer les professeurs n'étaient pas aussi ennuyant que cela en avait l'air. Il fit une petite pause pour lui laisser le temps de réfléchir à ce qu'il venait de dire avant de reprendre ses explications.

“Et c'est une erreur de penser que Dieu nous a abandonnés. Au contraire, il est en permanence avec nous, c'est lui qui nous donne la force nécessaire pour ne pas abandonner le combat. Même si tu n'en as pas conscience, il est en chacun de nous. Cette pointe de courage que tu ressens au fond de ton cœur, cette gentillesse qui t'habite, c'est lui qui te la donne. C'est ensuite à l'humanité de faire ses preuves, de lui montrer que nous sommes dignes de sa confiance et de lui faire honneur. Dis-moi Swann, penses-tu que le régisseur de l'univers aurait raison de placer sa confiance en toi ?”

Il avait l'habitude de prononcer des sermons et de parler pour la gloire de son Dieu, mais jamais il n'avait dit quelque chose d'aussi niais, ça, il en était absolument certain.
(c) Madouce sur Epicode
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 14 Juil - 9:26
Le sourire de Dimitri eu le don de la réconforter quelque peu. Il paru tout à coup aimable, comme s'il tentait de rassurer la demoiselle, qui ne demandait que cela. Peut-être n'était-elle pas venue pour rien finalement. Peut-être qu'oser venir poser des questions lui apporterait vraiment quelque chose, même s'il ne s'agissait que d'un ami, la jeune femme saurait très bien s'en contenter.
Il est vrai que concernant le plan spirituel, on ne pouvait pas vraiment qualifier Swann de "construite". Mis à part les contes pour enfants, elle n'avait aucune culture littéraire. Son esprit critique se résumait par un jugement basé sur ses sentiments, ressentis dans l'instant. Et son attitude résultait d'un complexe d'infériorité doublé d'une recherche d'attention permanente. En se fiant à toute ces informations, elle ressemblait davantage à une enfant âgée d'une dizaine d'année, en pleine croissante, en recherche de soit, qu'en soldate de la Garnison subsistant par ses seuls moyens...

Ainsi, lorsque Dimitri commença à lui expliquer de quelle manière étaient répartis les différents croyants, elle enregistra les informations, comme une éponge absorberait de l'eau. Dans l'instant, elle n'était pas capable de déterminer s'il valait mieux idolâtrer les murs ou les considérer comme des dons du ciel visant à protéger les derniers rescapés de l'humanité. Son premier réflexe pour pallier à cette question fut de demander :

- Qu'en est-il de vous ? En quoi croyez-vous ?

N'étant pas capable de se faire son propre avis, du moins pas tout de suite, Swann ne pouvait s'empêcher de se demander si elle était vraiment obligée de faire un choix, parce que nulle doute pour elle, quelque part, il y avait bien quelqu'un ou quelque chose de puissant. Peu importe où et pourquoi, voilà des questions qu'elle n'envisageaient même pas.

Et puis Dimitri parla de courage et, tout de suite, les épaules de Swann s'abaissèrent. Elle n'était pas dupe, elle savait quelles étaient ses qualités, mais aussi ses principaux défauts. La couardise était à ses yeux, le plus grave même si elle préférait parfois se qualifier elle-même de "personne très prudente", bel euphémisme.
Du courage, elle en était dépourvu, et elle ne faisait pas d'effort pour en éveiller la moindre parcelle ou que ce soit dans l'entièreté de son être.
Puis Dimitri lui posa une question fatidique. " Dis-moi Swann, penses-tu que le régisseur de l'univers aurait raison de placer sa confiance en toi ? "
Peut-être les gens répondait-ils d'un "Oui !" passionné. La réaction de la gamine fut immédiate. Elle se mit à pleurer spontanément, fâchée de ne pas être digne de la confiance du "régisseur de l'univers".
Elle était faible, elle était douillette, elle ne cessait de mentir. L'idée que le "régisseur de l'univers" puisse la voir tel quel était la répugnait.
Elle tenta de minimiser le bruit de ses sanglots et de ses reniflements, en cachant son visage dans ses mains.

- Non. Bien sûr que non... pleura-t-elle. Vous vous trompez à mon sujet, je suis pas courageuse, pas du tout...

Le spectacle pitoyable qu'elle offrait, avait au moins le don d'être sincère. Encore une fois, sa propre attitude de petite fille l'agaça et elle tenta de se diriger vers la porte, essuyant ses joues humides, sur lesquelles, les larmes affluaient encore.

- Je ne veux pas être un poids pour vous, ni pour le régisseur de l'univers.

HRP:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [CHERCHE] Rétros SHAFT Naughty noirs et poignées noires
» retroviseurs
» louvers
» retro d'origine
» quels retros choisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: † C'est le Laridé du poulet, dansez, dansez si vous l'pouvez ! :: ✘ Archives :: ❝ Rp-
Sauter vers: