RSS
RSS



 :: ∆ Mur Rose :: Forêts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Sainte & Déesse. » || pv. Historia Reiss ♥

avatar
Missives : 113
Soldat depuis le : 01/05/2017
Vieillesse : 16
Localisation : Auprès de Christa, duh
Voir le profil de l'utilisateur




Ymir
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
Mar 13 Juin - 17:20


imgrp
When I opened my eyes, what I saw was freedom, spread out before me ▵

ft. Marry me ♥

Ymir s'ennuyait, pour ne pas changer. Aucun moyen de trouver sa Christa, malgré ses allers-retours entre les Murs, et elle était en quelque sorte son seul moyen de distraction. Aussi, elle était sa seule amie, donc ce n'était pas forcément étonnant. Soufflant péniblement, la brune passa une main nerveuse dans ses cheveux, l'air agacé. Être seule ne la dérangeait absolument pas; elle préférait de loin ne pas tisser de lien, pour pouvoir s'occuper pleinement de sa protégée. De toute façon, avoir des proches seraient bien plus risqué qu'autre chose pour elle. Beaucoup risqueraient d'être curieux et trop insistant sur le passé de la tachetée et il était hors de question pour elle de parler. Si sa seule et plus précieuse amie ne savait rien, alors sûrement que personne n'aurait la chance de savoir la vérité. Christa le saura, un jour. J'attends juste le bon moment..., songea la Shifter en fixant le ciel. Il faisait déjà nuit. Avait-elle marché aussi longtemps ? Elle ne s'en était même pas rendue compte. Soupir Voilà plusieurs jours que la soldate s'amusait à passer ses journées dehors -faisant par la même occasion diverses rencontre qu'elle... disons, aurait préféré éviter-, mais c'était la première fois qu'elle restait aussi tard. Tout en baillant, elle haussa les épaules. De toute manière, elle n'avait pas besoin de rentrer à la base. Qui s'inquiéterait pour elle ? Ymir était invisible ou facilement oubliable pour bien des membres. Aussi détestable qu'insolente, elle se rendait bien compte que son comportement faisait grincer des dents bien plus d'un soldat. Et c'était sûrement pour cela qu'aucun ne souhaitait réellement approfondir leur lien avec la brune. Heureusement. Je n'ai pas envie de me retrouver mêlée à ces fichus bandes "d'amis". Elle était une affreuse solitaire incapable de supporter la présence d'autrui.

La tachetée décida, après avoir réfléchis un court instant, de se diriger vers les Forêts. Elle se trouvait déjà dans le Mur Sina et pour tout avouer, elle n'avait pas le courage de faire demi-tour ni d'aller se trouver une auberge ou dormir. Nan, Ymir préféra séjourner une nuit paisible dans la forêt, sans personne pour venir l''harceler, l'emmerder. Seulement elle et la Nature, aussi chiante soit-elle. Seulement, quand la brune se fraya un chemin entre les arbres, elle s'inquiéta légèrement pour sa protégée. Était-ce une bonne idée de la laisser seule cette nuit ? Au côté de tant de mâles en permanence en chaleur, prêt à lui sauter dessus à tout moment ? Comme ce fichu blond de plus d'un mètre quatre-vingt-cinq qui ne cessait de tourner autour de sa Christa. Reiner devait sans nul doute être la personne qui irritait le plus la Shifter... Quand tout deux étaient en présence de la "déesse", en tout cas. Se mordant doucement la lèvre inférieure, la soldate se dépêcha de trouver un endroit sympa où dormir et ainsi, arrêter de penser à ces idioties. Je deviens littéralement folle, à être jalouse de cet idiot. Et pourtant au fond d'elle, la brune ne pouvait s'empêcher d'haïr son compagnon d'arme. Car contrairement à elle, il possédait quelque chose qu'elle n'avait pas: un corps complètement humain. Un corps qui plairait sans nul doute à Christa. Après tout, qui souhaiterait d'un monstre ? Rire jaune. Décidément, Ymir se désespérait. A quoi bon pensait-elle ? La blonde, son unique et meilleure amie était à elle. Qu'importe son corps, qu'importe ses origines, qu'importe son caractère... Il était hors de question pour elle de l'abandonner. Et encore moins de la laisser en proie à d'autres mains que les siennes. Les yeux plissés, un sourire narquois aux lèvres, la Shifter se laissa lentement tomber sur l'herbe, fixant le ciel d'un air désabusé.

Qu'importe ce qui pourrait se passer dans l'avenir, tant qu'on l'autorisait à rester près de sa protégée.

Passant ses bras, croisés, derrière sa tête, la brune ne put s'empêcher d'imaginer sa vie si tout ce qui c'était passé... Et bien, c'était déroulé différemment. Si ses parents ne l'avaient pas abandonné, si elle n'avait pas été adopté par un religieux, si elle n'avait pas été découverte, si elle ne s'était pas transformé en Titan... Sûrement que beaucoup de chose aujourd'hui aurait été différent pour elle. A commencer par sa rencontre avec Eren, Christa, Levi et toute la troupe. Je serais sûrement rester là-bas, au côté de ma famille, à vivre une existence paisible, loin de tout ces problèmes. Ou alors, même en présence de parents -et qui sait, de frères et sœurs ?- la tachetée aurait tout de même finit comme aujourd'hui. Avec le même caractère ? Ou alors, peut-être aurait-elle été plus gentille, plus douce ? Les yeux fermés, les sourcils froncés, la Shifter stoppa nette ses pensées quand toutes ces questions commencèrent à lui donner la migraine. Et elle n'avait absolument pas besoin de ça. Un main tendue vers le ciel, elle souffla, à voix haute, sans réellement se soucier si l'on pouvait l'entendre ou non :

« Maman, papa, où que vous soyez, j'espère que votre mort aura été aussi horrible, atroce et insupportable que la mienne. », roucoula t-elle, un sourire aux lèvres.

Oui, c'était monstrueux de dire cela de ses parents. Mais que pouvait-elle y faire ? Après tout, elle en était un, de monstre.

Mystérious pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 17
Soldat depuis le : 03/06/2017
Vieillesse : 18
Voir le profil de l'utilisateur




Historia Reiss
Bataillon d'Exploration •• Soldate
Mer 14 Juin - 2:35
« It's kind of mysterious but... If I'm together with you, then no matter what kind of world it is... I'm not afraid ! »
«Sainte & Déesse»

Le monde dans lequel vivaient les humains depuis des centaines d’années n’était décidemment pas un monde tranquille. Les inégalités étaient grandissantes au sein des murs et les confrontations aux titans de plus en plus nombreuses et compliquées. Christa, membre des bataillons, était bien placée pour le savoir. Elle n’était certes pas celle qui contribuait le plus à cette guerre, n’étant techniquement pas l’une des meilleures, mais les efforts qu’elle produisait étaient tout aussi éreintants que ceux des autres, elle voyait les mêmes horreurs qu’eux lors de chaque expédition et subissait les mêmes sermons de la part des habitants. Elle faisait toujours de son mieux pour remonter le moral des troupes lors des batailles. Après tout elle n’avait pas peur. Pourquoi aurait-elle peur ? La blonde n’avait plus rien à perdre depuis longtemps. Donner sa vie au combat, protégeant ses alliés d’un grand danger, était ce qu’elle souhaitait. Mais elle survivait. On lui accordait le droit de vivre, à elle qui voulait tant en finir, alors qu’on arrachait cruellement la vie à des hommes emplis d’espoir et de désir de vivre. La vie était injuste, et pour une fois, l’injustice lui profitait –d’une certaine manière- en n’écourtant pas son existence.

Christa était assise à une table aux côtés d’autres membres des bataillons. Ils n’étaient pas équipés et semblaient plutôt détendus. La mort leur laissait quelques jours de répit ; aucune expédition n’était prévue pour le moment. Les hommes riaient, jetant de temps à autre un regard à la petite qui prenait difficilement part à leurs amusements. Son esprit était ailleurs. Elle-même ne saurait dire où, il s’agissait d’un signe de fatigue évident. Signe auquel elle ne prêta pas attention. Quelque chose manquait. Ou plutôt quelqu’un. Sa grande amie n’était pas à ses côtés. La blonde l’avait perdu de vue alors qu’elles sillonnaient une rue embouteillée. Pensant la retrouver à un moment près des dortoirs des soldats, Christa avait rebroussé chemin pour l’attendre. Cependant, la brune n’était pas revenue. Peut-être la cherchait-elle toujours, la blonde se dit alors qu’elle devrait également tenter de retrouver son amie. Ne pas l’avoir à ses côtés lui donnait l’impression d’être vide, comme si une part d’elle-même l’avait quitté. Cependant, aussi proche de la blonde soit-elle, Ymir ne pouvait en être une part. Une partie d’elle-même connaitrait forcément l’autre sur tous les points. Or, la brune ne connaissait même pas le véritable nom de son amie. Elle s’en voulait de lui cacher tant de choses à son propos, mais son devoir était de se taire, de cacher l’horrible secret.

La blonde se leva finalement de table, saluant les autres soldats, et quitta les lieux. Elle n’avait honnêtement aucune idée de la position d’Ymir. La brune avait probablement arpenté les murs pendant un long moment. Dans le cas contraire, elle serait revenue depuis des heures. Le territoire humain était à la fois minuscule et énorme. Il était décidément plus simple de communiquer lors des expéditions. Ici, elle n’avait ni fumigène ni messager. Elle pouvait bien demander aux habitants s’ils avaient par hasard croisé sa précieuse amie, mais Christa la connaissait. Ymir était –quand elle le voulait- très discrète et avait très bien pu se faufiler sous le nez des marchands sans qu’ils ne s’en rendent compte. La blonde marchait sans savoir où elle allait, laissant ses pieds la guider. Qui sait, peut-être que le destin la mènerait-il à la brune. C’est ce qu’elle espérait. Si elle ne pouvait la retrouver, elle s’en inquiéterait durant la nuit. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle savait ce qu’Ymir lui dirait si elle était là et entendait ses pensées. La brune lui ferait probablement remarquer qu’elle était grande et n’avait aucunement besoin de chaperon. Ce qui était vrai, mais la blonde ne pouvait au fond contrôler cette inquiétude grandissante qui devenait même presque dérangeante. Elle ne tarda pas à replonger dans ses pensées, son regard se figeant à nouveau.

Quand Christa quitta enfin cet état second, elle vit que le soleil descendait déjà dans le ciel, le plongeant dans une mer de feu. Elle n’était plus au cœur de la ville mais à l’abord d’un champ, une forêt se situait non loin de là. La blonde observa quelques instants le spectacle qui s’offrait à elle avant d’avancer. Au point où elle en était, il lui serait impossible de rejoindre le QG avant la nuit. Elle pouvait alors continuer sa recherche, ignorant la fatigue qui rendait ses jambes de plus en plus lourdes et rendait ses yeux de plus en plus brillants. Ce n’est qu’une vingtaine de minutes plus tard qu’elle atteignit l’entrée de la forêt. Il faisait sombre, l’ambiance n’était pas rassurante. La blonde perdait peu à peu espoir. Après tout, pourquoi Ymir se serait-elle fourrée dans une telle broussaille ? Et même si elle l’avait fait, ne l’aurait-elle pas immédiatement quitté ? Christa soupira devant cette avalanche de questions et s’appuya contre un arbre, pensant à ce qu’elle devait faire à présent.

Soudainement, Christa distingua un mouvement du coin de l’œil. Se retournant, elle reconnut immédiatement celle qu’elle cherchait. Ymir était allongée dans l’herbe et semblait pensive. Trop heureuse de l’avoir retrouvée, la blonde ne s’interrogea pas sur la raison de sa venue ici et encore moins sur sa position. Elle s’approcha doucement jusqu’à pouvoir entendre la voix de la brune.

«  Maman, papa, où que vous soyez, j'espère que votre mort aura été aussi horrible, atroce et insupportable que la mienne. »

Christa ne comprit pas. Comment Ymir pouvait-elle prononcer de telles paroles le sourire aux lèvres. Elle la savait d’ordinaire critique et cynique, mais pas à ce point, ce qui fit douter la blonde. Elle n’avait jamais entendu parler des parents ou du passé d’Ymir. Cependant, ce qui la surprenait le plus, était la mention de sa mort. Faisant un pas de plus, elle entra dans le champ de vision de son amie en arborant un regard inquiet mais s’efforçant de sourire en lui lançant de sa voix douce.

«  Ymir, je te retrouve enfin… - Sur un ton plus hésitant, elle reprit - J’ai entendu ce que tu as dit….   »

La brune n’aurait sûrement pas besoin de plus d’éléments pour comprendre que la blonde, elle, n’y comprenait rien du tout. La joie de retrouver la brune était désormais mêlée à de la curiosité et de l’inquiétude.


To my waifu ♥

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 113
Soldat depuis le : 01/05/2017
Vieillesse : 16
Localisation : Auprès de Christa, duh
Voir le profil de l'utilisateur




Ymir
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
Mer 14 Juin - 15:03


imgrp
When I opened my eyes, what I saw was freedom, spread out before me ▵

ft. Marry me ♥

Ymir, suite à la phrase qu'elle venait de prononcée sur ses parents, s'était préparée à enchaîner sur cette phrase qu'elle avait tant entendu par le passé: "Ymir, votre grandeur." En cette langue qu'elle avait tant parlé par le passé et qui maintenant, l'a dégoûtait. Seulement, avant qu'elle n'ait pu faire quoique se soit, la brune sentit une présence non loin d'elle puis des bruits de pas. Se redressant, fixant le nouvel arrivant d'un œil qu'elle ne voulut pas aussi noir, la soldate se calma néanmoins en voyant que la personne n'était rien d'autre que sa tendre Chrisa.

Ce qui était pire, au vu de ce qu'elle venait de révéler.

Pour la première fois, la brune sentit sa gorge devenir sèche alors que sa protégée marmonnait une phrase qu'elle aurait préféré ne jamais entendre. "Je t'ai entendu..." Il avait fallu que se soit elle qui entendu, celle qu'elle avait toujours voulu tenir loin de ses secrets. Quelle conne !, jura mentalement Ymir, détournant un instant le regard. Que devait-elle faire maintenant ? Mentir ? Dire à Christa de se mêler de ses affaires ? L'ignorer ? Partir ? Tant de possibilité qui pourtant, ne l'arrangeait pas du tout. Si elle mentait, alors ça se saurait un jour ou l'autre et sa protégée n'apprécierait sûrement pas ça. Tout comme le faite de l'ignorer ou bien même de partir. Surtout qu'il était hors de question qu'elle la laisse seule ici, dans la forêt, sans protection. La soldate jura dans sa barbe, passant une main, rageusement, dans ses cheveux emmêlés et pleins d'herbes. Cette situation était définitivement très gênante et compromettante. Mais de toute façon... Que faisait Christa ici ? Ne devait-elle pas être aux dortoirs, en compagnie des autres soldats ? Pourquoi était-elle ici ? Il n'y avait qu'une seule possibilité et celle-ci l'a fit grincer des dents; elle était partie à sa recherche, sans nul doute.

Prenant une grande respiration, la tachetée se redressa lentement sur ses jambes, passant ses mains sur ses jambes pour retirer les quelques brindilles qui s'y étaient accrochées. Elle ne voulait pas laisser transparaître son inquiétude, son angoisse et son anxiété. Pas à Christa, en tout cas. Alors elle fixa sa protégée d'un regard qui se voulait à la fois intimidant et emplis de menaces silencieuses. Elle n'avait pas à se mêler des affaires de la brune.

« Et bien. C'est gênant. », dit-elle simplement, s'approchant de sa Déesse.

Elle ne voulait pas lui faire peur, mais cette inquiétude qu'elle tenait de camoufler ne faisant que la rendre plus terrifiante encore. Elle avait un secret à gardé et le faite que la blonde ait failli en entendre une partie, lui donnait des sueurs froides. Elle avait vraiment eu chaud.

« Je ne pensais pas qu'on m'entendrait, à dire vrai. Je ne pensais surtout pas que toi, tu m'entendrais. », elle marqua un pause, fixant sa protégée de ses yeux ambrés. « Mais tu sais Christa, certaine chose ferait mieux d'être oubliée au plus vite. Et ne jamais être répétée... Tu comprends, n'est-ce-pas ? », elle posa un doigt sous son menton, pour relever son visage vers le sien. « Tu as de la chance, n'empêche. Ça aurait été quelqu'un d'autre qu'il se serait déjà sûrement retrouvé sur son lit, à mourir à petit feu. Enfin, Christa. Ce que tu as entendu, oublis le. C'est mieux pour toi, et pour moi. », conclut-elle en reculant de quelques pas, les bras croisés.

Elle ne voulait pas que Christa se pose trop de question. Par peur qu'à force, elle finisse par se douter de certaine chose... Mais dans le cas actuel des choses, même les menaces à peines dissimulées de la brune -bien qu'elle n'aurait jamais pu toucher, blesser sa protégée, même pour quelque chose d'aussi grave et qui mettait tout ce qu'elle avait eu tant de difficulté à reconstruire en péril- ne pourrait vraiment l'empêcher de s'interroger. C'est donc après quelques secondes d'attentes que la Shifter partir s'allonger de nouveau sur l'herbe, humant doucement l'odeur des pins, qu'elle affectionnait tant.

« Bon, oublions ! Pourquoi ne viendrais-tu pas t'allonger sur moi, pendant que tu es là ? », Ses lèvres s'étirèrent alors en un sourire narquois, clairement moqueur, mais pas méchant. « Ça serait un honneur que de servir d'oreiller à la Déesse du Bataillon ! »

Puis elle se mit à rire, attendant que la blonde choisisse.

« Bon et sinon, tu peux m'expliquer pourquoi est-ce que tu es partie me chercher ? Je te manquais tant que ça ? »

Ymir adorait taquiner sa petite blonde, surtout si cela lui permettait de sujet.

Mystérious pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 17
Soldat depuis le : 03/06/2017
Vieillesse : 18
Voir le profil de l'utilisateur




Historia Reiss
Bataillon d'Exploration •• Soldate
Sam 17 Juin - 0:05
« It's kind of mysterious but... If I'm together with you, then no matter what kind of world it is... I'm not afraid ! »
«Sainte & Déesse»

Jusqu’ici, dans sa « relation » avec Ymir, Christa ne s’était jamais retrouvée dans une telle situation. Les paroles de la brune résonnaient dans sa tête. Elle se rendait compte qu’elle ne savait réellement rien sur son amie et n’avait remarqué que celle-ci lui cachait –semblait-il- un très lourd secret. Elle se souvenait à présent. Une chose l’avait déjà inquiétée auparavant, mais elle l’avait complètement oublié –sans doute à cause de l’agitation de la guerre-. Elle se souvenait de cette nuit, sur cette montagne enneigée. Ymir avait agi de façon étrange, lui parlant d’un secret à révéler. Ce qu’elle avait pris pour un détail auparavant lui semblait désormais très important. Oui, il s’agissait probablement de quelque chose de grave. La blonde l’avait deviné à l’air de la soldate qui sembla d’abord sur la défensive, lançant un regard noir à la blonde. Regard qui se radoucit rapidement, soulageant Christa qui s’en voulait déjà d’être entrée dans « l’intimité » de son amie. Peut-être aurait-elle dû se taire et faire comme si rien n’était arrivé, ou peut-être qu’elle avait eu tort de partir à sa recherche. Si la brune s’était aventurée dans cette forêt, il était possible que ce soit par désir d’être seule. La blonde baissa les yeux un instant, se sentant d’autant plus coupable. Pendant ce temps, Ymir avait détourné les yeux et semblait pensive. Elle ne savait probablement pas comment réagir, ce qui était normal mais… perturbant de sa part puisqu’elle avait réponse à tout la plupart du temps.

La brune se redressa un peu, s’époussetant puis jetant un regard à Christa qui en disait lourd sur sa joie de la voir près d’elle dans cette forêt. Ce regard ne l’intimidait pas. La blonde savait que malgré tout ce qu’elle pouvait dire ou faire, la brune ne lui ferait jamais de mal. Elle le savait, elle pouvait le sentir. Leur lien était fort malgré tous les non-dits qui les entouraient. Ymir prit enfin la parole, mettant fin au long blanc qui s’était installé entre elles.

« « Et bien. C'est gênant. » »

La blonde grimaça. Il était vrai que cette situation était gênante. Elle-même, dont les secrets n’avaient pas été mis en danger, se sentait terriblement embarrassée. Elle n’osait donc imaginer l’était intérieur de son amie. La brune reprit la parole, venant relever la tête de la blonde d’un doigt puis reculant en croisant les bras.

« « Je ne pensais pas qu'on m'entendrait, à dire vrai. Je ne pensais surtout pas que toi, tu m'entendrais. Mais tu sais Christa, certaine chose ferait mieux d'être oubliée au plus vite. Et ne jamais être répétée... Tu comprends, n'est-ce-pas ? Tu as de la chance, n'empêche. Ça aurait été quelqu'un d'autre qu'il se serait déjà sûrement retrouvé sur son lit, à mourir à petit feu. Enfin, Christa. Ce que tu as entendu, oublis le. C'est mieux pour toi, et pour moi. » »

La blonde n’aurait évidemment jamais voulu mentionner le peu qu’elle avait entendu devant une autre personne que la principale concernée. Elle avait agi en voyeuse, la situation ne l’autorisait pas à interroger son amie. De plus, elle ne le voulait pas. Elle la respectait et tenait bien trop à leur relation pour ça. Cependant, elle ne pourrait jamais oublier ses paroles et ne pourrait s’empêcher de se questionner à ce sujet. Elle garderait simplement cela pour elle-même. La menace dissimulée dans ses paroles fit sourire la petite. Elle reconnaissait là bien Ymir. Christa ne voulait pas l’embarrasser plus, elle se contenta de lui répondre d’une voix claire et douce.

-
« Je ferais de mon mieux pour ne pas y penser mais, Ymir… quoi que tu caches, tu sais que je serais toujours de ton côté, n’est-ce pas ? »

Sur ces mots, elle rejoignit au sol la brune qui s’était de nouveau allongée. Elle semblait déjà plus sereine, ce qui était réconfortant. Au moins, elle n’était pas restée focalisée sur cette histoire de secret. Suivirent les paroles de la brune qui confirmèrent la pensée de Christa.

« « Bon, oublions ! Pourquoi ne viendrais-tu pas t'allonger sur moi, pendant que tu es là ? Ça serait un honneur que de servir d'oreiller à la Déesse du Bataillon ! » »

Surprise par cette proposition, la blonde rougit légèrement, esquissant un léger sourire. Le rire d’Ymir ne tarda pas à se faire entendre, agrandissant doucement la risette de son amie. Il était vrai qu’après toute cette recherche et suite cette rencontre désastreuse, elle avait bien envie de se poser un petit peu avec elle, au milieu de nulle part et sous ce clair de lune. Christa n’hésita donc pas longtemps avant de se coller à la brune, posant la tête contre son épaule. Elle aimait le contact de son amie. Positionnée ainsi, elle pouvait humer son parfum, entendre sa respiration et presque son cœur battre, ce qui la détendait. Elle ferma les yeux, souriant vraiment, profitant de l’instant.

« « Bon et sinon, tu peux m'expliquer pourquoi est-ce que tu es partie me chercher ? Je te manquais tant que ça ? » »

Christa rit un peu et inclina la tête afin de regarder la brune. Elle n’avait pas de réponse exacte à cette question, ce qui l’avait poussé à chercher son amie était ce qu’elle avait ressenti en son absence, c’est-à-dire absolument rien. Elles passaient leurs journées ensemble depuis des années à présent, la blonde se trouvait vraiment seule et mal sans Ymir. Elle vint doucement poser sa main sur celle de la brune.

-
« Peut-être, te chercher m’a paru naturel… et puis, je me faisais du souci pour toi. »

Elle avait réussi à résumer ses sentiments en une seule phrase. Ses vrais sentiments, ceux qui venaient du plus profond d’entre elle, pas ceux d’une fille qui essaie de plaire aux autres. C’était l’une des raisons pour lesquelles elle était si bien avec Ymir, elle était un peu plus elle-même. Enfin, elle trouva intéressant de retourner la question à la brune. Il était impossible qu’elle se soit autant éloignée de QG par hasard. Elle aimait également taquiner Ymir et s’amusait de temps en temps à lui rendre ses coups.

-
« Et toi ? Qu’as-tu fait depuis tout à l’heure ? Tu n’es quand même pas restée dans cette forêt à méditer tout ce temps… »

Elle était curieuse d’entendre la réponse de la brune. Au même moment, un frisson parcouru son corps. Elle n’avait pas prêté attention au changement de température dû au coucher du soleil et n’avait sur elle qu’une fine couche de tissu. Elle ignora finalement cette fraîcheur, préférant prêter attention à sa très chère Ymir.

To my waifu ♥

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: ∆ Mur Rose :: Forêts-
Sauter vers: