Haytham
Maître du Jeu •• Troll Master
avatar
Missives : 133
Soldat depuis le : 12/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Partout et nulle part
Lun 3 Juil - 20:11
War is coming.La lune est bien haute ce soir-là, les rues sont silencieuses. Une ombre se déplace lentement, progressivement, guettant ses proies postées là. Le roulement de la garde vient de s’effectuer, et de deux gardes expérimentés, voilà deux jeunes soldats sans doute fraîchement diplômés. Inexpérimentés, naïfs, pensant certainement que personne ne serait assez fou pour attaquer en plein coeur de la capitale des murs. Malheureusement, les fous courent les rues, et un attentat est si vite arrivé… Dissimulé sous sa capuche de son haut mais également sous la cape verte du Bataillon, ayant revêtu l’uniforme de ce dernier bien que cela ne soit pas vraiment important du fait qu’il fasse nuit. L’homme avançait lentement, silencieusement, presque comme un chat pour ne pas se faire repérer.

Il entend les soldats se plaindre qu’ils préfèrent être dans leur lit plutôt qu’ici à surveiller des rues vides. Cela n’a aucun sens. Un sourire étira les lèvres de l’homme, tandis qu’il s’approcha à pas feutrés. Il attendit que l’un des deux soldats aille faire un tour pour se dégourdir les jambes avant d’attraper le deuxième et le traîner dans la ruelle, toujours dans le plus grand des silences, et lui trancher la gorge d’une précision redoutable. Il étouffa son cri d’une main sur sa bouche, avant de retourner dans la rue principale pour jeter le corps en plein milieu du passage, attirant l’attention de l’autre soldat. Celui-ci brandit son fusil vers l’homme encapuchonné et lui tira dessus. Il l’évita en s’approchant petit à petit, alors que les coups résonnaient dans la rue silencieuse. Puis brusquement, plus rien. Un autre corps qui s’effondre. Alors le meurtrier découpe le blason de la Brigade des vestes des deux cadavres, ne tardant pas pour envoyer un message au Commandant du Bataillon d’Exploration. Une simple phrase, avec les deux écussons, l’envoyant par l’intermédiaire de ses hommes pour qu’il atterrisse à bon port, rapidement.

« Je suis sûr que vous et vos hommes allez apprécier mon petit cadeau, Erwin Smith. Si vous voulez me trouver, alors vous me reconnaîtrez. »


Le meurtrier leva les yeux vers la Lune avec un petit sourire, le vent souffla, dévoilant son visage que malheureusement personne ne vit, avant qu’ils ne disparaissent. Personne ne sait qui il est, beaucoup auront des soupçons… Néanmoins, en partant, l’homme laissa un petit cadeau. L’écusson du Bataillon sur le corps du plus jeune des cadavres. Cela devrait stimuler la Brigade. Quelles sont ses motivations ? Pourquoi veut-il un conflit interne ? Les raisons restent bien obscures.

Le lendemain des évènements, contrariés de s'être fait provoqués de la sorte sur leur propre territoire, les conseillers du Roi sont de sorties pour faire une annonce où tous ceux qui veulent venir peuvent venir, car c'est de la plus haute importance, des décisions vont être prises. La sécurité a été renforcée pour protéger le Roi, même si c'est facile d'entrer dans la ville, il sera difficile d'en sortir. Le meurtrier court encore dans les rues de Mitras, s'étant mêlé à la foule pour passer inaperçu, narguant l'armée sur son terrain. Il reste néanmoins méfiant et s'attend à tout moment à une embuscade. Il a beau prendre l'armée pour des cons incompétents, il sait qu'il y en a qui réfléchissent.

« Le Roi en colère s'est alors écrié... "Qu'on lui coupe le tête!" ♪ »


L'action se passe à Mitras, il est 8h du matin. Le rassemblement commence à s'effectuer lentement, les gens commencent à arriver à leur rythme. L'armée peut y aller (Garnison & Brigade & également les Civils & Religieux), tandis que le Bataillon est l'indésirable, puisqu'ils sont recherchés pour avoir "tués" deux soldats de la Brigade et avoir provoqué ouvertement cette dernière, donc indirectement le Roi.

___________________

Bataillon

Le Bataillon a rapidement été mis au courant par Erwin de la situation. Ayant reçu le message dans la nuit, il s’est empressé de prévenir ses plus proches camarades pour qu’ils prennent les choses en main. Malheureusement, il ne pourra pas être présent, ayant à faire autre part. Donc ce sera à tous les volontaires que Levi aura choisi pour cette mission qui iront sur le terrain avec lui, à Mitras. Ils doivent découvrir qui les a ouvertement provoqués et arrêter le coupable avant que la situation ne s’envenime. Ils doivent faire profil bas, puisqu’ils seront clairement en territoire hostile, alors la plupart des soldats sont en civils. Ils ont tous des couteaux pour se défendre en cas d'attaque. Ils sont arrivés un peu avant que les conseillers du Roi fassent leur discours, s'en foutant pas mal, étant là pour trouver des indices, et éventuellement trouver ce qu'ils cherchent. Ils devront partir avant la nuit suivante pour ne pas se faire enfermer dans Mitras.

Brigade

La Brigade enquête vivement sur ces meurtres après l'annonce de Nile le lendemain très tôt, et ils ont principalement l'ordre d'arrêter tous ceux qui proviennent du Bataillon pour les interroger. Ils peuvent donc capturer qui ils veulent pour l’interroger ultérieurement. Leur but est clairement de choper le meurtrier, sans savoir qui c'est réellement. Ils arrêtent tous ceux qui leur semble suspect. Quelque part, c'est aussi choper ces fouteurs de merde du Bataillon donc ils ne rechignent pas à cette mission. Ils ont le droit de tirer à vue si la personne leur semble suspecte. Ils contrôlent les entrées et les sorties de la population. Il leur faut un coupable.

Garnison

La Garnison a été prévenue par la Brigade et par le Bataillon quasiment en même temps, donc ils ne savent pas où donner de la tête. Eux sont plutôt libres et peuvent aider le groupe qu’ils veulent. Soit le Bataillon pour retrouver le tueur, soit la Brigade pour arrêter le Bataillon. Ils peuvent également rechercher le meurtrier de leur côté, ou tout simplement rien faire et écouter la population.

Civils & Religieux

Ils sont évidemment conviés à ce rassemblement, car après tout ça les concerne puisqu'on parle d'un des corps d'armée. La curiosité peut les pousser à s'aventurer au sein de Mitras, libre à eux d'aider ou non les corps d'armées. Ils peuvent rassembler des informations qui pourront être réutilisés plus tard, qu'ils pourront "vendre" aux différents corps d'armée, tout est l'intérêt de s'intéresser (ou non) à ce qu'il se passe.
Ils risquent néanmoins d'être assez surpris. ~

___________________

Règles :

- Vous avez 72h (soit 3 jours) pour répondre. Si vous ne répondez pas au terme de ces 72h, alors ce sera la personne suivante qui fera son post, et ainsi de suite.
- Comme ça doit s'enchaîner (bien sûr pas la peine de vous presser non plus et répondre dans l'heure), vous pouvez vous baser sur 300 mots par réponse. Sauf si vous avez envie de beaucoup écrire, rien ne vous en empêche. xD
- Haytham conclura chaque tour par un post pour qu'il agisse (après tout c'est le MDJ), ce qui signifiera qu'on passera au tour suivant, où l'ordre de passage sera le même (cf liste des participants)
- Pour rappel, le premier tour est un tour d'introduction, chaque groupe est évidemment ensemble (genre la Brigade ensemble, la Garnison ensemble, etc). C'est à partir du deuxième tour où les choses évolueront !

Participants & ordre de passage:
 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 150
Soldat depuis le : 10/06/2017
Vieillesse : 24
Lun 3 Juil - 22:29
War is comingFt. AllLife is a waterfall we're one in the river and one again after the fall. Swimming through the void, we hear the word, we lose ourselves but we find it all ? (Orden Ogan → Gunman)C’est pénible. Tout est pénible. Tout commence sérieusement à m’agacer. J’ai cette sale impression que tout me passe sous le nez. Encore une fois. La nuit dernière, j’étais pourtant à Mitras puisqu’on m’a collé ici depuis quelques temps. Surveillance de la ville, loin de tout, avec des hommes aussi pourris les uns que les autres de part leur attitude hautaine et insupportable. C’est quand même malheureux de penser ça de ces hommes et ces femmes qui ont pourtant été dans les dix premiers de leurs promotions. Ce ne sont donc pas des flemmards, des incompétents. A croire qu’en venant ici, ils oublient absolument tout. Alors quand j’entends dire que « deux soldats ont trouvé la mort », ça me fait doucement sourire. Ils auraient dû être sur leur garde, personne n’est à l’abri dans ces murs. Pas même le Roi. C’est malheureux. J’ai pourtant entendu les coups de feu, mais quelqu’un d’autre a été plus rapide que moi pour intervenir, j’étais trop loin dans la résidence où j’étais. Quelle plaie, sincèrement.

Ce matin, branle-bas de combat. Tout le monde est sollicité selon Nile, qui a rapidement rassemblé ses troupes. Une partie de la Brigade a été appelée en renfort pour sécuriser la ville au maximum. Les conseillers ne veulent pas parler « d’État d’urgence » mais pour nous autres soldats – du moins ceux qui n’en ont pas rien à faire – on sait ce que cela veut dire, et on est à l’affût de tout mouvement suspect, de toute personne suspecte. On a tous reçus le même ordre : Attraper le Bataillon.

Après tout, ce sont eux que tous soupçonnent. Je suis plutôt surpris que le crime vienne d’eux, très sincèrement. Je respecte énormément ces soldats, leur Commandant, ce qu’ils font. Pourquoi s’amuseraient-ils à tuer nos hommes ? Il est vrai aussi que certains d’entre eux ne supportent pas du tout la Brigade, néanmoins pour venir à les tuer… J’en reste assez sceptique, je l’avoue. En uniforme, affublé de l’équipement tridimensionnel mais également d’un fusil, on nous a dit de rester prêt, et de parer à toutes les éventualités. Alors je n’ai pas lésiné sur mon équipement, qui est toujours impeccable et prêt à servir. Mon fusil est chargé, on a le droit de tirer à vue selon notre Commandant. Tant mieux, au moins on ne s’ennuiera pas à courir après un suspect. Une balle dans la jambe et c’est terminé pour lui. Beaucoup ne seront pas mécontents de savoir qu’ils peuvent tirer à vue toute personne qui ne leur semblerait pas un gentil petit civil curieux qui vient écouter la déclaration des conseillers.

Lorsqu’on m’a assigné mon équipe, j’étais pourtant persuadé me coltiner des jeunes boulets qui ont hâte de tirer sur tout ce qui bouge, qu’il faudrait sans cesse rappeler à l’ordre, qu’il faudrait presque fliquer en fait. Quelque chose que je ne supporte plus, parce que ça se termine toujours mal et bien que ce soit un peu la merde au sein de la Brigade, on en est pas au point du Bataillon. Du moins pas encore. J’ai l’impression que cela peut exploser d’un moment à l’autre. Alors quand j’ai entendu le nom de Joshka, j’en fus plutôt heureux justement, mais également soulagé. Finalement, ils ont entendu ma plainte silencieuse. Pas aujourd’hui, pas pour un évènement d’une gravité pareille.

Après cette annonce, je rejoins finalement Joshka en réajustant mon fusil sur mon épaule. Celui-ci doit être l’un de ceux que j’apprécie le plus parce qu’il se bouge, contrairement aux trois-quart de la Brigade. J’en suis plutôt satisfait de ce duo, et je ne pouvais pas demander mieux en fin de compte. Une fois près de lui, je pose les yeux sur cet albinos fort sympathique quand on commence à le connaître un peu, bien qu’il soit doté d’un très sale caractère au fond.


« Joshka, tu es prêt ? »

Une simple question, avant que les choses sérieuses ne commencent pour de bon. Je regarde autour de nous. C’est plutôt calme pour le moment. J’ignore même si d’autres soldats des autres divisions sont là. Nul doute que la Garnison allait venir ici… Néanmoins, ceux à surveiller étaient surtout les soldats du Bataillon. Ce sont eux qu’il fallait arrêter, pas les autres. Voilà pourquoi il fallait être extrêmement vigilent.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 20
Mar 4 Juil - 0:27
War is comingRP EventIl fallait croire qu'avoir la paix à Sina devenait bien rare ces derniers temps. D'une part, le Bataillon était déjà venu foutre le bordel à Stohess. Maintenant... Ils étaient tout bonnement accusés d'avoir délibérément provoqué la royauté et les Brigades. C'avait été la pagaille tôt ce matin au sein de la caserne de Stohess et Joshka eu vent de toute l'affaire lorsqu'on appela l'ensemble des soldats présents à un rassemblement d'urgence. Deux meurtres à Mitras sur des soldats des Brigades, vraisemblablement dont le Bataillon était l'auteur puisque leur écusson avait été retrouvé sur la scène du crime. Evidemment, l'ensemble du corps d'armée de Sina était appelé à se mobiliser là-bas, et l'albinos fit partie des volontaires pour se déplacer.

Une fois son équipement tridimensionnel prêt et opérationnel, ainsi que son fusil, Joshka s'en alla avec plusieurs autres soldats en direction de Mitras. On leur avait fait un briefing sur le déroulement de ces opérations dans le district; surveillance renforcée, trouver de potentiels suspects et tirer à vue sur le moindre truc qui semblait pas net. Cependant, tandis que certains étaient très heureux d'avoir le droit de canarder d'éventuels soldats du Bataillon, Joshka lui réfléchissait en silence à la situation. Autant il n'appréciait pas forcément mais ne détestait pas pour autant ces suicidaires qui parcouraient l'extérieur des murs, autant les découvrir coupables de telles provocations à l'encontre des hautes sphères de l'humanité et de Sina lui paraissait... Bien gros comme affaire. Pourquoi venir se décarcasser à faire sauter la cervelle de soldats à Sina? Certes, les Brigades et le Bataillon étaient comme chien et chat mais est-ce que ça pouvait vraiment justifier ce type d'actions à l'encontre l'un de l'autre?

Après il était vrai que des pourris prêt à tout pour foutre la merde dans l'un ou l'autre corps d'armée ça existait. Un déviant qui avait vraiment la haine des licornes pour venir tuer clandestinement des soldats de la Brigade n'était pas une hypothèse à exclure.Et si c'était un coup monté de l'ensemble du Bataillon... Eh bien que ces salauds aillent tous crever la gueule ouverte sur le territoire des Titans. Mais malgré son sale caractère, l'albinos ne se laisserait pas aller à des conclusions trop hâtives. Il préférait avoir des preuves concrètes avant de faire quoi que ce soit.

Arrivé à Mitras, Joshka se retrouva en équipe non pas avec des soldats de sa caserne, mais avec le capitaine Heath, un des rares hommes sérieux dans ce corps d'armée. L'albinos l'appréciait bien pour ça, d'autant plus qu'ils étaient à peu près sur la même longueur d'ondes puisqu'ils étaient tout deux travailleurs. Bref, ils s'entendaient bien et comme ça le caporal n'aurait pas à remettre en place toutes les deux minutes des jeunots un peu trop excités à l'idée de pouvoir tirer sur tout et n'importe quoi à partir du moment où c'était suspect. En attendant son coéquipier, Joshka procéda à quelques dernières vérifications sur son équipement afin de s'assurer que tout fonctionnait parfaitement. Après tout, il fallait être opérationnel en cas d'alerte ou de situation d'urgence, surtout dans une ambiance aussi tendue que celle qui régnait sur le district.

Finalement, son équipier finit par arriver et Joshka releva la tête pour le fixer, avant de répondre à sa question avec un léger hochement de tête.

"Fin prêt, capitaine."

© YOU_COMPLETE_MESS

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arunja Khan
Garnison •• Soldat | Maître-chien
avatar
Missives : 85
Soldat depuis le : 18/06/2017
Vieillesse : 22
Mar 4 Juil - 19:02

ft. Arunja Khan

ft. Pleins de gens

「War is coming」

Qu’est ce qu’ils ont encore fait ceux-là ?! Comme s’ils foutaient pas assez la merde comme ça ?! Le Bataillon se trainait déjà cette réputation de tarés fouteurs de merde auprès d’Arn. Mais bizarrement, cette fois-ci, il avait du mal à le gober. Il voyait très mal ces types en assassins. Il devait bien y avoir des pourris comme partout, mais là il restait dubitatif. Puis un assassin c’est censé être discret, il va pas écrire « Bonjour, je m’appelle Truc Muche ! Venez m’arrêter ! ». Mouais tout ça paraissait bien louche aux yeux d’Arn. Mais assez cogité, Arn avait d’autres chats à fouetter. Déjà qu’il galérait à gérer les soucis de son village, alors un truc qui concernait tous les Murs, ça le dépassait totalement.

Mais manque de pot pour lui, on l’avait appelé en pleine nuit pour rejoindre Mitras car on avait jugé utile d’utiliser un chien afin de confondre le meurtrier. Arn s’était donc habillé en catastrophe. Tans-pis si il était torse nu pour Mitras. Il n’avait pas de temps à perdre. Il prit tout de même le temps de vérifier s’il avait ses papiers afin de passer les péages sans être embêté. Au vu de sa tenue, on risquait de le prendre pour cette racaille indésirable bonne pour croupir dans les souterrains. Le soldat prit son compagnon canin et quitta la chambre dont il avait remarqué que Soued n’était pas là. Elle avait sûrement été mise au courant. Il sella l’âne qu’on lui avait assigné depuis qu’il avait perdu un des rares chevaux de son régiment suite à sa mission extra-muros. Autant partir en avance pour Mitras vu qu’avec la bourrique, ça n’allait pas aller très vite. D’autant plus qu’il devait être là-bas vers 8 h et qu’il y avait pas mal de route, et les péages allaient pas aider des masses.

Il devait quand même avant ça aller prévenir Soued qu’il avait été appelé à aller à Mitras pour aider les enquêteurs avec son chien. Au moins, ces types avaient compris qu’un maître-chien n’était pas vraiment fait pour être envoyé combattre des Déviants. Il y en avait très peu au sein des Murs alors les sacrifier face à des Titans c’était un peu stupide. Puis depuis sa mission extra-muros, Arn avait suffisamment été traumatisé pour ne plus avoir envie d’aller dehors. Et heureusement que son statut limitait la casse. D’ailleurs il se demandait toujours si ce n’était pas une erreur.

Il finit par repérer Soued et alla vers elle pour lui dire son message.

« J’ai été convoqué pour Mitras, car ils avaient besoin de maîtres-chiens pour enquêter dans le cadre d’un assassinat mit sur le dos du Bataillon d’Exploration. Du coup je serais pas là aujourd’hui. »

Il monta ensuite en selle et parti pour Mitras au rythme de la bourrique. Inutile de dire qu’il ne serait pas arrivé là-bas avant un bon moment. Il n’attendit pas que Soued le rejoigne, au pire elle avait sa jument qui pourrait aisément rattraper l’âne d’Arn qui prenait vraiment son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Soued Kallermann
Garnison •• Soldate 1ère classe
avatar
Missives : 52
Soldat depuis le : 01/07/2017
Vieillesse : 22
Mer 5 Juil - 0:47
ft. ... & ...
Votre résumé.

Évent #1
Soued avait réussi à survivre dans la ville souterraine parce qu'elle courait vite, plus vite que la personne qui voulait lui faire danser une valse en tout cas, et parce qu'elle avait toujours le dernier potin. Marchander un morceau de pain contre une information était un échange correcte en soit

Mais les informations qui étaient parvenues à ses oreilles n'allaient pas lui plaire... En réalité, elle ne voulait pas y croire. Un meurtre... Non un double meurtre ! Au sein même de Mitras. Après avoir était le ring d'un combat de titans les p'tit bourges se retrouvaient avec un peu plus de sang sur les mains. Si ce n'était pas de jeunes recrues Soued ne se serait pas inquiétée. La brune avait une grande aversion pour les soldats servants sous l'écusson de la licrone... En tout cas c'était assez ironique que la "planque" ne soit plus aussi sûr.

N'empêche, cette nouvelle l'avait empêché de dormir, alors elle rodait dans les rues en pesant le pour et le contre sur le fait d'aller voir ce qui se passait vraiment chez les bourges et ecouter "l'annonce de haute importance". C'est à ce moment qu'Arunja arriva, lui donnant plus d'informations sur le meurtre qui venait de se passer. Le maître chien avait été réquisitionné pour enquêter sur cette affaire, "un assassinat mit sur le dos du bataillon d'exploration".

Ni une, ni deux, la première classe Kallermann fonça dans la chambre pour récupérer des cigarettes, allumettes de quoi manger sur la route, la vie est cher à Mitras pour les gens normaux, récupérer un ou deux couteaux, un calepin et des crayons. Le jeune Khan avait du prendre une bonne avance sur elle, tant pis elle filerait au galop avec Judy, sa jument. Les idées fusaient dans sa tête. Qui ? Pourquoi eux ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi le bataillon ? Et si c'était un coup monté ? Contre qui ? Ou une vengeance des civils ?

Soued arriva enfin, sa sacoche de survie bien remplie, elle laissa sa jument se reposer de cette folle course et aussi pour ne pas attirer trop l'attention. La chocolat essayait de se fondre dans la masse toujours à l'affût de la moindre informations. Vu la polémique qu'a suscité l'annonce, Soued s'attendait à rencontrerer ses supérieurs qui lui expliqueront la ligne de conduite à adopter, en attendant elle agirait à l'instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 5 Juil - 21:47
D'ordinaire, Swann patrouillait devant la porte du district de Nedlay ou de Karanese. Pourtant, dès que l'information est arrivée jusqu'aux oreilles de son corps d'armée, les choses se sont tout de suite faites, plus remuantes. Deux jeunes soldats de la Brigade Spéciale avaient étés abattus à Mitras et on accusait les soldats du Bataillon d’Exploration. Telles étaient les grandes lignes rapportées à la jeune fille par son supérieur. Peu qualifiée, la demoiselle fut immédiatement envoyée sur les lieux pour apporter son soutien aux plus hauts gradés. Sans doute avait-on estimé qu'elle serait plus utile là-bas, qu'à dormir contre le mur qu'elle était censée protéger.

Swann ne savait pas trop quoi penser de cette affaire. Elle n'aimait pas être mêlée à ce genre de conflits politiques, encore moins de devoir faire un choix qui pourrait en influencer le cours. Pourtant, elle avait déjà sa petite idée sur la question. Dénuée de raison, c'est son cœur qui faisait pencher la balance. La Brigade Spéciale ne représentait pas grand chose pour elle, elle n'y connaissait personne. Et même si le meurtre des deux jeunes hommes l'attristait elle était plus inquiète pour les membres du Bataillon qu'autre chose.
Elle y avait des amis proches, et elle espérait qu'il ne leur était rien arrivé de fâcheux...

Mal à l'aise devant cette foule en plein rassemblement, Swann regardait le sol comme s'il s'agissait de la chose la plus fascinante qu'elle ait jamais vu. Elle était perdue au milieu de tout ce monde et ne savait plus vraiment où se mettre. Elle aurait aimé reconnaitre un visage familier au milieu de la foule, malheureusement, pour l'instant, c'était loin d'être le cas.
Sage, elle décida de se ranger derrière un groupe de membres de la Garnison.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Walker James
Garnison •• Lieutenant
avatar
Missives : 61
Soldat depuis le : 26/06/2017
Vieillesse : 28
Jeu 6 Juil - 0:02
Event : Holiday is not coming
Fuckin' bastards...
Après deux missions assez particulières, il en rêvait presque de cette permission. Walker était sur le ponton du bateau qui accostait tranquillement à Karanese tandis qu'il regardait sa soeur lui faire des grands signes. Elle était très contente de passer quelques jours en compagnie de son grand frère et l'exprimait fièrement en sautillant partout et en le criant presque à qui ne voulait pas spécialement l'entendre. Lorsqu'il débarqua, elle lui sauta au cou, le couvrit de bisous et hurla dans ses oreilles qu'elle attendait ce moment avec impatience. Et malgré sa morne habituelle, Walker était pareil mais ne le démontrait pas forcément. Sur le chemin qui menait à sa maison, elle raconta sa vie, Walker acquiesçait. Dans la salle à manger, la nuit tombée, Wendy raconta sa vie, Walker piquait du nez. Dans la chambre d'ami, Wendy raconta sa vie, Walker dormait profondément... Au petit matin, voir même aux premières lueurs du jour pour être précis, on vint toquer à la porte. Un soldat de la Garnison tendit une lettre cachetée à Walker et repartit aussi sec. Wendy racontait encore sa vie, Walker l'interrompit en découvrant le sujet de cette missive trop matinale. Il avait réussi à la faire taire, et en soi, c'était presque un exploit mais il aurait préféré qu'elle continuât encore et encore pendant ces quelques jours de repos... Quelques heures plus tard, Walker arrivait à Mitras au beau milieu d'un attroupement de soldats à la rose pétillante.

"Formation en cercle..."

Une dizaine de soldats s’exécutèrent et se mirent en cercle autour de Walker. A la guerre comme à la guerre, il n'avait eu ni le temps ni le matériel pour se changer et ce n'était pas parce qu'il était à la Capitale qu'il allait faire des manières...

"Harnais..."

D'un ton presque sec, Walker était décidément pas très jouasse à l'idée de jouer au détective dans la ville des toilettes en soie et des bonnes manières...

"Veste... Matériel... Rapport... Rompez la formation..."

Dans un ballet presque synchronisé, les soldats reprirent leur place et laissèrent apparaître Walker habillé en soldat, le col de veste mal mis, la braguette ouverte et une mèche rebelle qui avait décidé de lui barrer la vue.

"Heu, lieutenant..."

"Pas maintenant..."

"Mais lieutenant..."

"T'es sourd ?"

Walker annonçait la couleur. Il n'était pas content et comptait bien faire comme Wendy, en le criant franchement à qui ne voulait vraiment pas l'entendre. C'était peut-être un poil exagéré vu que tout le monde le fixait à présent. Parmi la foule, Walker reconnut le soldat Khan et Soued. A bien y réfléchir, certaines personnes de la Garnison ne le regardait pas vraiment dans les yeux et alors qu'il regardait vers le bas, il grommela comme un enfant, zippa sa braguette et souffla, toujours comme un enfant qui avait été pris la main dans le pot à biscuits :

"Oh ça va..."

Sans autre procès, Walker rejoignit Soued et expira longuement en la voyant.

"Mauvaise journée, mauvais endroit, mauvaise mission..." dit-il en agitant le rapport auquel il n'avait nulle envie de plonger le nez dedans.



Revenir en haut Aller en bas
Taharka
Civil
avatar
Missives : 170
Soldat depuis le : 18/04/2017
Vieillesse : 22
Localisation : En train de se saouler dans un coin
Jeu 6 Juil - 10:47

ft. Taharka

ft. Pleins de gens et des ikrans

「 War is coming 」

La nuit était déjà bien avancée et Taharka était debout depuis un moment. Il avait préparer Seze pour aller vers le village le plus proche de l’ancien QG. Il devait y faire des courses afin de trouver du poisson pour son Titan. Mais il souhaitait aussi obtenir des renseignements auprès du poissonnier à propos du Bataillon d’Exploration. Car le nomade avait remarqué que tout le monde avait totalement disparu. Taharka se mit en route vers le village. Une nuit sans lune, l’instant aurait été parfait pour se balader en plaine sur le territoire des Titans. Mais là quelque soit le moment de la journée, on pouvait sortir, mais bon par contre, les gens faisaient souvent la tronche et râlaient tout le temps comme des gamins pourri-gâtés. Ils devaient réapprendre à partager avec les autres. Les Titans étaient venus comme pour leur rappeler ce fait, mais ils ont préféré s’enfermer dans ces Murs plutôt que de réapprendre à vivre avec ce qui les entoure.

L’homme arriva enfin au village qui était désert. Tout le monde dormait. Taharka avait vu Seze se cacher sur les toitures. Il alla vers l’échoppe du poissonnier. Ce dernier avait tendance à se lever très tôt pour gérer les livraisons de poisson qui arrivaient souvent dans la nuit. Et bingo, ce dernier était bien là. Taharka prépara l’argent qu’on lui avait donné pour les courses. L e nomade s’approcha du type qui rangeait les caisses de poisson. Le poissonnier posa sa caisse et chassa un chat errant amaigri qui était venu pour lui piquer un poisson. Taharka tendit des pièces pour le commerçant. L’homme lui donna deux gros silures contre les pièces. C’est Seze qui allait être content avec ces bestioles. Le nomade en profita pour demander ce qu’il se passait avec le Bataillon. L’homme lui répondit et Taharka comprit qu’ils auraient tué des soldats apparemment.

Taharka salua le poissonnier et parti lentement, alourdi par les gros poissons. Alors qu’il sortait du village et allait rejoindre Seze, deux types l’arrêtèrent dans son élan. Un type au crâne rasé  gros comme un bovin bien gras et un autre plus fin avec des cheveux noir en queue de cheval comme Taharka.

« Tiens, un autre étranger ! Décidément, c’est l’invasion. Il est seul, on aura plus de chance qu’avec les deux soldats de la Garnison. En plus il est habillé comme un sauvage ! »

« Eh, le sauvage, on va un peu s’amuser, en plus là tu vas rien pouvoir nous faire avec tes deux gros poissons. »

Taharka vit les types amochés visiblement par un conflit antérieur sortir des armes et s’approcher doucement de lui. Le nomade tendit les deux silures à chacun de ses agresseurs qui prirent bêtement les deux poissons surpris.

« Eh, pourquoi il nous file ses poissons ce crétin ! Eh c’est pas en nous filant ta poiscaille qu’on va t’épargner. »

Taharka fit des claquements de langue.

« Il fait quoi ce nigaud ?! »

Les types n’eurent même pas le temps de comprendre qu’une furie se jeta sur eux en les plaquant au sol. Seze arracha les poissons un par un des mains des deux types en les gobant d’un coup. Les deux racistes étaient pétrifiés d’effroi à la vue de la créature. Et ils firent exactement ce qu'il ne fallait surtout pas faire avec un Titan-monture, à savoir le regarder dans les yeux. Ces créatures devenaient très irritables et avaient un sale caractère. Quand Seze eut finit son second silure, il décora les deux types de gerbe senteur poisson pourrissant et restant pendant plusieurs jours. Taharka en profita pour grimper dessus et il sourit aux deux malheureux.

« Vous aveugles, vous débiles ! Jamais regarder Titan dans les yeux ! »

Le maigrichon regarda le gros.

« Je pensais pas que taper sur les êtres inférieurs serait aussi dangereux. Deux fois on tombe sur des étrangers, deux fois on se fait avoir. C’est la dernière fois que je m’attaque à des étrangers …»


Taharka sorti sa sarbacane et envoya deux fléchettes de somnifère sur les deux types. Pour le gros, il avait mis une dose suffisante pour endormir un grizzly. Il abandonna les deux types inconscients satisfait de voir qu’il y avait plus crétin que lui. Et il mit le cap sur Mitras. Ahh … Mitras et Utopia, les paradis du gaspillage, des gens qui se comportent comme des gamins en bas-âge qui se croient matures et supérieurs aux autres alors qu’en territoire dominé par la nature, ça serait les premiers à crever. Bref, il n’avait pas vraiment envie d’y retourner, mais cette affaire avait éveillé sa curiosité. Le Bataillon tuerait donc des hommes. Pour Taharka, cela n’avait rien de choquant dans un certain contexte. Chez les Nomade, la mise à mort d’humains était autorisée dans le cadre de sacrifices de shifters ou d’esclaves voués à accompagner des morts. Mais au sein des Murs, Taharka avait découvert qu’on sacrifiait rien, pas même une bête pour accompagner les morts, ils avaient rien du tout pour leur voyage dans l’autre monde. Drôle de culture ! Mais là, les soldats n’avaient pas eu de funérailles récentes et donc ces mises à morts paraissaient bien louches pour Taharka. Peut-être qu’à Mitras, il aurait des réponses. Un peu avant Mitras, le nomade laissa Seze qui se cacha dans un des arbres d'un petit bois tranquille. L'homme termina donc son chemin à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 7 Juil - 12:41
Event #1

War is coming...

Lorsqu'il apprit la nouvelle, Dimitri crût avoir gagné au loto. Lui qui espérait depuis si longtemps l'apparition d'une guerre interne aux corps d'armée afin de hisser son culte au pouvoir, l'occasion semblait être un véritable cadeau des Dieux. En effet, on raconte partout que des soldats du bataillon auraient tué deux membres des brigades spéciales à Mitras et qu'une véritable chasse à l'homme allait débuter. Évidemment, le roux avait bien l'intention d'être de la partie. Il ne savait pas si les bataillons étaient réellement coupables ou si c'était l'œuvre d'un agitateur externe à l'armée, mais dans tous les cas cela jouait en sa faveur, donc il s'en moquait. Bien sûr, il aurait aimé avoir le rôle de l'agitateur, mais il n'allait pas cracher sur une telle opportunité juste pour une question d'ego. Il partit alors de Karanese très tôt dans la matinée afin d'arriver vite à Mitras, où il comptait bien profiter de l'agitation pour recueillir de nouvelles informations, et si possible remettre à nouveau le feu aux poudres.

Il n'avait pas de rancœur particulière contre le Bataillon, pourtant il allait devoir se servir d'eux comme bouc-émissaire. Une partie de la population ressentait déjà de la haine envers eux, ils étaient alors désignés d'office comme les coupables parfaits. Cela déclencherait probablement une guerre civile, et de ce chaos émergerait le culte qui apparaîtrait comme la voie vers le salut, comme cela avait déjà été le cas il y a cinq ans après la chute du mur Maria, où toutes les âmes en difficultés s'étaient réfugiées vers la foi. Une fois que la religion aura pris le pouvoir, elle aura alors prouvé à Dieu la valeur des hommes, et celui-ci mettra fin au fléau des titans d'une façon ou d'une autre. Tout cela n'est en vérité qu'une question de rédemption. Les hommes ont pêché par leur excès de confiance, et ils en ont payé le prix contre les titans. Il leur revient donc de laver leurs pêchés pour que Dieu leur rende leur liberté.

Arrivé dans la ville de Mitras, à l'intérieur de Sina, là où réside le Roi, Dimitri se joint à une foule dans laquelle se mêlaient des soldats de la brigade et de la garnison, ainsi que des civils. Le roux était accompagné de six autres membres du culte qui étaient en réalité ses gardes du corps, qui lui permettaient d'avancer librement parmi les personnes présentes afin de se rapprocher le plus possible des évènements importants en bousculant tout le monde. Il ne comprenait pas encore bien ce qu'il se passait autour de lui, mais il ne faisait aucun doute qu'il n'allait pas tarder à avoir plus d'informations.
(c) Madouce sur Epicode
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 750
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Ven 7 Juil - 13:28
War is comingWe will rise out of ashes
And fly above the sky
We will ride into the battle
With the banners held high

Stand, fight
Heaven shall burn
In a cloud of fire
We stand, fight
Wings of war are you ready to fight
Stand and fight
( Bloodbound → Stand and Fight )
« Ce coup-ci, on est vraiment dans la merde. »

Voici les seuls mots qui peuvent actuellement sortir de ta bouche, te parlant à toi-même. Pour être dans la merde, ça vous l’étiez, et tu n’étais pas le seul, bien au contraire. Erwin t’a donné ses directives. Retrouver le tueur. Très bien Commandant, mais vous faites ça comment, sérieusement ? En claquant des doigts ? Pourquoi faut-il qu’Erwin parte pile à ce moment-là ? A croire qu’il évite quelque chose, un peu comme s’il était coupable avant l’heure. Pour le moment, tout le Bataillon peut être coupable, et le fait que le blondinet ne soit pas là peut aisément attirer l’attention sur lui sans qu’il le sache… Enfin, tout est relatif, Erwin a toujours l’air suspect.

Tu te massas les tempes un instant en te demandant quoi faire. Pour le moment, c’est rassembler les troupes. Il ne fallait pas que tu sois seul sur ce coup-là. Très vite après l’annonce d’Erwin, tu t’es rapidement mis en marche et tu as commencé par avertir une poignée de personnes de confiance au sein du Bataillon. C’est un peu une unité d’élite, qui va aller réparer la merde qui, pour une fois, n’est pas de sa faute. Cela dit, toi non plus tu ne serais pas tout blanc dans cette histoire, car tu es un peu réputé pour ne pas aimer la Brigade… Pire, les détester. Et tu es sans doute l’un des derniers à avoir eu à faire à ces soldats dernièrement, un peu avant cet évènement tragique. Au pire ça fait deux soldats de la Brigade en moins, ce n’est pas si grave, bien qu’ils soient considérés comme l’élite de l’élite. Des cons, en effet. Alors ce matin-là, très tôt, tu as donné rendez-vous à cinq soldats, qui sont Kristopher, Ymir, Nanaba, Historia et sans oublier Hanji, non loin de Mitras pour les dernières recommandations. Tu leur avais dit de venir en civil, tous. Toi-même également tu l’es, mais tu gardes deux couteaux avec toi pour te défendre si jamais.

Venir en civil, ne blesser personne, ce sont les maîtres mots de cette mission un peu particulière. Même la Brigade, tu n’as pas le droit de les planter parce qu’ils t’agacent, ce n’est pas réglo, et tu n’as pas envie de t’attirer un peu plus d’ennuis. Tu redoutais même la présence de l’albinos, Joshka. Lui te reconnaîtrait directement puisque votre dernière rencontre ne datait pas d’il y a si longtemps que ça. Tant pis, au pire tu t’occuperais de lui. Au mieux, tu ne le croiserais pas. Cela dit, tu te doutais que tout n’allait pas se passer comme prévu.

Vers 7h du matin tu étais déjà à Mitras, à l’extérieur de la ville néanmoins, dans le district d’Utopia, attendant tes compagnons en silence, regardant les remparts de la capitale en silence. Les autres sauront te retrouver, tu leur avais déjà tout indiqué dans ton message. Un message court, clair, concis :

« Rendez-vous non loin des remparts de Mitras, près des portes, pour 7h. Le rassemblement commencera sans doute dans une heure ou deux. Pas d’équipement, tenue de civil, couteaux pour vous défendre. »


Tu levas les yeux vers le ciel qui s’éclaircit de plus en plus. L’heure tourne, et il te faudra leur expliquer quelques directives quand ils arriveront tous. Une seule erreur et l’un d’entre vous sera aux mains de la Brigade, ce qui ne serait pas une mince affaire, bien au contraire. Et pour récupérer votre camarade, si jamais l’un se fait choper, ça allait être difficile. Très difficile. Quelque part tu es stressé. Après tout, si le Bataillon perd ses hommes face aux titans, il y a l’avantage de l’intelligence face à ces monstres. Les humains sont différents, puisqu’ils réfléchissent, et sont tout aussi dangereux. Voilà pourquoi ça va être tendu. Tu ne tolèrerais aucune erreur. Pas aujourd’hui. Pas pour quelque chose comme ça, où ta division est attaquée. Pas quand Erwin n’est pas là. Indirectement tu te mets la pression, mais mieux vaut être trop tendu que pas assez attentif ou trop négligeant. Tu regardes de loin les premières personnes entrer dans Mitras. Ca allait et venir comme dans un moulin aujourd’hui dans la capitale, tu te doutes bien que les effectifs de la Brigade allaient être renforcés. Tant pis. C’est un pari risqué. Tu vas prendre ce risque pour laver l’honneur du Bataillon.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Kristopher Moreau
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
avatar
Missives : 43
Soldat depuis le : 09/04/2017
Vieillesse : 19
Sam 8 Juil - 2:43
  • KRISTOPHER MOREAU
  • EVENT
War is coming...
Une flamme toute petite pouvait causer le plus grand des brasiers.

Et le chaos s'ensuivait toujours.

Les événements concernant les meurtres liés aux Bataillons ne faisaient que ressentir une chose chez Kristopher : la méfiance. Qui causait tous ces meurtres ? Quel en était le motif ? La raison était mystérieuse et le sera jusqu’à la capture du coupable de ces actes. Le meurtre était abject. Non pas qu'il y voyait un quelconque inconvénient. Quand bien même qu'il avait développé une sorte d'apathie concernant le meurtre envers des humains, cela ne voulait pas dire qu'il y prendrait plaisir ou qu'il en serait amusé par ceux-ci. D'autant plus que son propre corps d'armée y avait été injustement mêlé. Il fallait ne pas causer plus de dégât qu'il n'en fallait. Il fallait tout simplement stopper ce criminel... Ou conspirateur.  

Et il avait été l'un des premiers pour se proposer parmi un petit lot d'autres personnes pour venir aider le Caporal dans le district de Mitras. Le brun s'était déguisé comme il le fallait, en tenue de civil simple et qui se fondait parmi la masse, pour éviter de se faire remarquer, et le brun s'était décidé d'emmener son couteau personnel avec lui, caché dans sa botte. Quand le départ fut donné, il partit donc vers la même destination que le Caporal et tous les autres, notamment d'une petite blonde angélique, d'une brune qui n'avait pas une gueule de porte-bonheur, de la scientifique Hanji et de Nanaba. On lui donna des consignes, rendus là-bas.

Se fondre parmi la masse. Défense de soi qu'en cas de nécessité. Aucun équipement. Discrétion de mise. Heure et lieux du rassemblement.

-Compris, fit simplement Kristopher, en espérant que nous n'allons pas trop en baver...

Et Kristopher partit donc dans une direction au hasard, en solitaire, l'air calme et toujours aussi peu émotif.

Que le tout s'éteigne enfin... ou s'embrase.  

Or is it winter ? /paf
Revenir en haut Aller en bas
Ymir
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
avatar
Missives : 161
Soldat depuis le : 01/05/2017
Vieillesse : 16
Localisation : Auprès de Christa, duh
Lun 10 Juil - 23:02


imgrp
When I opened my eyes, what I saw was freedom, spread out before me ▵

ft. All

C'était un problème. Un sérieux problème. Un meurtre, au sein des Murs, par l'un des membre du Bataillon ? Un assassinat qui aurait d'ailleurs visé deux soldats de la Brigade, les toutous du Roi. Non, sérieusement, cette fois-ci, ils ne s'en sortiraient pas aussi facilement. Ymir en était persuadée. On cherchait à les appréhender, à les arrêter, pour trouver ce fichu coupable. Et le Bataillon faisait de même; il cherchait à retrouver celui ou celle qui avait bafoué leur nom. Qui avait préparé les armes pour la future guerre interne qui se préparait.

La brune, elle, ne savait réellement trop quoi pensée de tout ça. Comment avaient-ils pu en arriver là ? A s'entretuer ? N'y avait-il pas assez de danger, de problèmes en dehors de ces Murs ? Soupirant intérieurement, la Shifter n'eut aucun mal à trouver la réponse elle-même. Bien sûr que non, ça serait trop beau. Enfin, pour l'instant, elle préférait rester silencieuse -ce qui, en soi, était en exploit en sachant à quel point elle pouvait-être grande gueule-. Ymir ne souhaitait vraiment pas attirer l'attention, pas dans une telle situation, pas avec de tels enjeux. Alors elle n'avait parlé à personne, pas même à son amie de toujours, Christa. La tachetée était restée dans son coin, impassible. Elle réfléchissait, cherchait le meilleur scénario pour expliquer tout ça mais... A chaque fois, rien de ce qu'elle imaginait n'était logique ou même faisable. Comment un membre du Bataillon aurait-il pu tué des soldats de la Brigade ? Pourquoi ? Qui ? Et même... Etait-il seulement seul ? Peut-être étaient-ils plusieurs à avoir prévu ces meurtres ? Se massant le front, douloureux, la soldate souffla, désespérée. Cela ne servait à rien qu'elle se file des migraines à réfléchir ainsi; ils finiraient bien par avoir la ou les réponses à toutes ces questions. C'était en tout cas ce qu'elle espérait.

Mais en attendant, Ymir était en route pour Mitras, habillée en civile. Elle et d'autres soldats -Christa, Kristopher, Nanaba, Levi et Hanji pour ne pas les citer- étaient partis pour enquêter sur cette étrange histoire d'assassinat, chercher, trouver et appréhender le meurtrier. Faire en sorte d'arranger l'affaire, en soi. Armée d'un simple couteau -qu'elle avait d'ailleurs utilisé à plusieurs reprises, lorsqu'elle n'était pas encore une soldate- pour se défendre, la Shifter arriva sans problème à rejoindre le point de rendez-vous. Encore une fois, la brune resta silencieuse. Elle n'avait rien à dire, alors à quoi bon discuter ? Elle se contenta donc d'un regard rapide adressé aux personnes présentes, bien que plus prolongé pour Christa, avant d'attendre le commandement de Levi pour la suite des opérations. La tachetée voulait en finir le plus rapidement possible avec tout ça.

Mystérious pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 11 Juil - 1:41
War is comingSe passant une main dans les cheveux et se frottant les yeux pour chasser les dernières bribes de sommeil si trouvant, Nanaba redresse péniblement la tête en fixant avec lassitude son reflet dans la glace. Un soupir lui échappe alors que son regard bifurque vers la cape verte ornée du symbole des ailes de la liberté qui repose mollement sur le dossier de sa chaise.
L'androgyne ne l’enfilera pas, aujourd'hui. Pour des questions de discrétion étroitement liée à sa sécurité et celle de chacun des membres du bataillon.

- Dans quel pétrin notre corps militaire s'est-il encore fourré...

Un meurtre. Voilà ce que tous les éclaireurs avaient sur le dos. Un homicide crapuleux, abject, déloyal. Un acte répugnant dont l'auteur n'est pas fixé, mais, qui paraîtrait être des leurs. La soldate a bien du mal à y croire. Quel inconscient aurait-il fait ça ? Pourquoi ? Dans quel but ? Abattre de sang froid un brigadier de Sina... Il y a de quoi créer un peloton d'exécution de tous les potentiels suspects aux yeux des licornes...

- Déjà que nous n'avons pas la côte, si en plus d'être suicidaires on nous colle l'étiquette d'assassins... Ah...

Un nouveau soupir quitte ses lèvres. La tête blonde se penche vers la fenêtre ouverte de ses appartements. Les yeux légèrement plissés pour apercevoir au loin l'heure indiqué par l'horloge de la chapelle du district, Nanaba s'étire et empoigne un veston de cuir fin. L'heure est au rendez-vous. Celui d'une mission incognito à travers la masse, composée de quelques personnes jugées de confiance par le caporal-chef Levi. De bonnes personnes, sans aucun doute. Fidèles et loyales à n'en pas douter. Le Ackerman ne les aurait pas désignés, sinon.

Il est étrange, pour la soldate, de se pavaner ainsi, vêtue telle une civile. Ou plutôt un. Nul ne doit se douter de son appartenance à la gente féminine. Déjà que cela n'est pas évident lorsqu'elle revêt son uniforme de fonction, ainsi habillée d'un pantalon de lin et haut de coton semblable à n'importe quel paysan du coin et non pas d'une robe comme le reste des demoiselles... Nanaba paraît garçon. Mais surtout, paraît banale. Et ça, c'est une bonne chose. Elle ne devrait en aucun cas attirer l'attention. Comme le veut la mission.

Il ne lui faut que quelques minutes pour rejoindre les environs de Mitras, là où Levi attendait. Par habitude machinale, Nanaba allait saluer en position de garde-à-vous, par signe de respect pour son supérieur, mais, se rappela de justesse qu'elle devait agir comme un villageois lambda. Elle se contente, alors, d'un hochement de tête en guise de bonjour général.

En regardant autour d'elle, Nanaba constate les nombreux militaires. Qu'ils arborent la rose de la Garnison ou l'étalon des Brigades, tous semblent sur le qui-vive. Et ce sans être au coeur du District. Elle n'ose, par conséquent, pas imaginer les lieux par la suite...
- C'est bien rare que je dise cela, mais, j'espère que nous n'aurons pas affaire à des visages familiers. Il ne faudrait que ça pour que l'on se fasse démasquer.
© 2981 12289 0
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Historia Reiss
Bataillon d'Exploration •• Soldate
avatar
Missives : 23
Soldat depuis le : 03/06/2017
Vieillesse : 18
Mer 12 Juil - 2:49


War is coming

En tant que membre des bataillons d’exploration, Christa avait appris à faire face à de nombreuses situations dangereuses. Elle savait échapper aux griffes d’un titan ainsi que l’achever, elle pouvait suivre à la lettre un plan et connaissait de plus en plus les alentours des murs. Cependant, son ennemi serait ce jour-là d’une toute autre nature. Elle devrait s’innocenter, innocenter les siens et les protéger face à d’autres humains. En effet, un meurtre avait été commis au cœur de Mitras ; deux membres de la Brigade avaient été abattus. Compte tenu des relations tendues entre les deux corps de l’armée, le bataillon était le principal suspect. C’est assez tôt au petit-matin qu’elle avait été conviée à rejoindre le Caporal Levi –avec quelques autres camarades- à Mitras.

Il n’y avait pas de temps à perdre ; la blonde fut rapidement prête à partir. Elle s’était habillée simplement, se faisant passer pour une villageoise. Cette tenue ne la mettait pas mal à l’aise, il lui semblait facile d’ainsi passer inaperçu. Elle prit soin de cacher une arme sur elle, ne prenant aucun risque inutile. Elle se dirigea ensuite vers le lieu de rendez-vous, se forçant à maintenir l’allure. La blonde aurait définitivement préféré se trouver ailleurs en ce moment même. Bien qu’innocente, elle était vraiment mal à l’aise à l’idée de pouvoir être interrogée par les hommes de la Brigade. Cependant, elle ne pouvait reculer. Le Caporal avait besoin d’elle, ses camarades avaient besoin d’elle. Si elle pouvait se montrer utile, elle ferait alors tout son possible. Tous étaient dans la même situation, il n’était pas difficile de voir que les autres personnes concernées étaient également tendues. Même Ymir, qui ne quittait que rarement des yeux la blonde, avait gardé ses distances ce matin-là.

Peu après, la jeune fille arriva au point de rendez-vous. La plupart de ses camarades étaient déjà présents. Elle croisa quelques regards mais ne dit pas un mot de peur d’avoir l’air suspecte. Elle ravala sa salive et arbora un air qui se voulait semblable à celui des autres civils ; curieux et inquiet. Il ne lui restait plus qu’à attendre les directives du Caporal. De nombreuses personnes étaient sur les lieux ; des membres de la Brigade et de la Garnison, des civils ainsi que quelques religieux. Le tueur se cachait-il parmi eux ? Probablement. Il était cependant impossible aux yeux de la déesse qu’il puisse s’agir d’une des personnes se tenant près d’elle, et elle le prouverait.
yuuki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Haytham
Maître du Jeu •• Troll Master
avatar
Missives : 133
Soldat depuis le : 12/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Partout et nulle part
Jeu 20 Juil - 22:56
War is coming.9h.
L’heure tourne.
L’heure que je préfère.
Je reste en haut d’un bâtiment, à observer ces petites fourmis qui s’agitent. J’ai donné un grand coup de pied dans la fourmilière, et la Reine – enfin ici le Roi – n’a pas spécialement apprécié… Personne n’a apprécié mon petit cadeau. Quel dommage. Moi qui me fais une joie de rassembler les peuples ! Enfin, tout le monde ne doit pas penser comme moi. Personne, pour le coup. Eh bien, eh bien… Un sourire se forme sur mon visage tandis que j’observe en contrebas. Des curieux, des soldats, des petits groupes, des solitaires, beaucoup se fondent dans la masse.

Je plisse les yeux. Quelques soldats se rassemblent. La Brigade. La Garnison. Pas de trace du Bataillon. Mon sourire s’élargit. Oh, ils sont là. J’en suis certain. Je sais également que ce cher Erwin Smith n’est pas de la partie, mais qu’il a relégué le travail à son petit chien de compagnie. Quel dommage pour un si puissant soldat d’être tenu en laisse par un type comme Smith… Enfin, je sais qu’il a des problèmes avec la Brigade, surtout ce qu’il s’est passé dernièrement. Le suspect numéro un. Celui qui déteste la Brigade, celui qui est capable d’aller leur chercher des problèmes, sans penser aux conséquences. Du moins, pas sur le moment.

Finalement, je descends de mon toit pour me fondre dans la masse. Je suis habillé… Comme un soldat de la Brigade. Pantalon blanc, un espèce de sweat à capuche gris, et la veste de la Brigade. J’ai volé un fusil et un équipement pendant que tout le monde était concentré ailleurs. C’est ça que j’aime chez la Brigade. Ils ne peuvent pas être à deux endroits différents. Ils m’amusent vraiment. Fusil sur l’épaule, visage à découvert, je me contente de « faire mon boulot », à savoir patrouiller. Un coup d’oeil m’indique la position de Baskerville et d’Everhart. Je me méfie d’eux. L’un comme l’autre n’ont pas l’air d’être deux abrutis en puissance. Alors je m’éloigne avant qu’ils ne me voient. Pas envie qu’ils me posent des questions.

Je continue mon tour, avec un petit sourire plaqué sur mon visage. Que vois-je ? Des soldats, encore des soldats… Mais aussi des civils. L’air hagard, curieux, surpris, ensommeillé, énervé, se demandant sans doute ce que Fritz va bien pouvoir leur annoncer, il y a de tout, pour tout. Je ne tarde pas à voir aussi quelqu’un que je connais. Que j’ai aidé à s’échapper, sous le nez d’Ackerman et quelques uns de ses soldats. C’est tellement jouissif de se dire que j’ai réussi. Pas que je me jette des fleurs – c’est trop cher – mais je ne suis pas mécontent de ma réussite. La chance, comme dirait certaines mauvaises langues. Le talent, très cher. Je m’approche furtivement de lui pour lui serrer l’épaule, ma capuche rabattue sur le visage, avant de lui faire signe de se taire, de rester discret. Après tout, lui aussi prend des risques. Le petit caporal ne s’attend sans doute pas à le croiser ici. Ce serait marrant tient, un petit face à face. Pourtant, ce n’est pas ce que je veux. Enfin pas tout de suite du moins.

Je fais du repérage. J’essaie de voir des visages familiers du Bataillon, de la Garnison. Je connais les noms, je connais les visages. L’avantage d’avoir des relations est que je connais tout le monde sans qu’eux me connaissent. C’est très avantageux. Le Bataillon ne semble pas encore là. Or, je sais qu’ils vont venir. Ils vont faire comme moi, se dissimuler. Se cacher, pour ne pas se faire interpeller. Pour le moment, seul l’étranger m’aura croisé. Je me suis très vite éclipsé, ne m’attardant pas au même endroit trop longtemps. Alors je retourne à l’abri des regards, marchant dans le même sens que les civils, ils me laissent passer parce qu’ils voient que je suis de la Brigade. J’ai une vie passionnante et palpitante, et je ne perds aucune précieuse seconde.

Pourtant ça ne m’a pas empêché de regarder tout autour de moi en partant et une autre personne a attiré mon attention. Un rouquin, accompagné – ou escorté – par six autres personnes. Il n’est pas difficile à repérer, alors j’y reviendrais sans doute plus tard. Lui aussi, je sais qui c’est… Et je sais qu’il m’écoutera quand j’aurais à lui parler. Enfin, pour le moment ce n’est pas ça qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse ? Les absents, bien sûr.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 150
Soldat depuis le : 10/06/2017
Vieillesse : 24
Jeu 20 Juil - 22:58
War is comingFt. AllLife is a waterfall we're one in the river and one again after the fall. Swimming through the void, we hear the word, we lose ourselves but we find it all ? (Orden Ogan → Gunman)J’observe Joshka me rejoindre. Parfait. Toujours présent, toujours là quand il faut. Parfait. J’apprécie ça chez lui. Quand il me confirme qu’il est fin prêt, j’hoche la tête positivement en commençant à m’éloigner, à marcher pour commencer la patrouille. D’autres soldats sont en train de faire de même. Tant qu’on ne se marche pas les uns sur les autres, ou qu’ils ne frôlent pas l’inutilité, tout me va. Peut-être qu’ils comprennent enfin la gravité de la situation. Franchement, ça m’arrangerait. L’heure est grave, c’est pas le moment de se tourner les pouces en attendant que les choses se passent. Certainement pas. Les soldats qui nous croisent préfèrent s’éloigner. Sans doute parce qu’ils savent que je risque de les engueuler. Pareil pour Joshka, connaissant son tempérament.

« On appréhende toutes les personnes qui nous semblent suspectes. Autorisés à tirer à vue. Interpeller surtout le Bataillon principalement. Ils sont suffisamment idiots pour venir jusqu’à Mitras, mais pas assez pour y venir en uniforme, donc ouvre l’oeil Joshka. »

J’ai des doutes. Je doute sincèrement que ce soient eux les coupables… Pourtant… Pourtant, ça peut également être eux. Ils se battent pour la liberté mais certains d’entre eux vouent une haine pour la Brigade. Il suffit d’une fois, d’une mauvaise altercation et… un accident est très vite arrivé, n’est-ce pas ? Je n’exclus personne. Après tout, cela peut aussi bien provenir de la Garnison. Ils sont bien gentils, personne ne les accuse… Alors quoi ? Cela peut être n’importe qui. Cela peut être aussi de la Brigade. Nous non plus, on est pas à l’abri. Je fronce les sourcils. Le souci dans cette histoire, c’est qu’on ne peut se fier à personne. Celui ou celle qui a fait ça le sait très bien, que ça sèmerait la discorde entre nous. Au point de penser à la trahison.

Pas mal.

C’est plutôt bien joué en fait, je le reconnais. Semer la zizanie entre les corps d’armée, faire en sorte que la faible entente entre la Brigade et le Bataillon éclate, et que la confiance ne soit plus pour l’un et l’autre envers la Garnison. Vraiment bien joué, je le conçois. Ce type, qu’importe qui il est, est un joueur, clairement. Smith est comme ça. Il joue. Pixis est moins joueur, et ce n’est pas son genre. Rien ne l’empêche d’être coupable, et je doute qu’il soit là également. Après, tous les vicieux dans la Brigade… Un petit écart, faire accuser les autres si c’est bien dissimulé… C’est tout à fait le genre de la maison.

Je soupire. C’est difficile de réfléchir, d’avoir un avis objectif. Même subjectif c’est dur. On ne connaît pas la nature profonde des gens. Chacun peut péter un plomb à tout moment. Je secoue la tête, en reposant le regard sur les passants. Comme j’en dépasse certains d’une bonne tête de part ma taille, il est facile pour moi d’observer. Il n’y a pas encore suffisamment de monde. Un mouvement attire mon attention. Un soldat, visiblement, avec la capuche rabattue sur la tête. Je fronce les sourcils, avant de tourner les yeux vers Joshka en posant une main sur son épaule.


« Ouvre l’oeil. »

Puis je suis ce soldat à la capuche. J’ai cru voir le blason de la Brigade. Mes soupçons ne se confirment pas, pourtant je me demande vraiment si ce n’est pas un coup de la Brigade et là… On se retrouvera dans de beaux draps, surtout en accusant le Bataillon, ou même la Garnison. Jusqu’à ce que je le perde de vue. Le saligaud… Il a de la chance que je sois borgne. Mon angle-mort est plutôt grand. J’ai beau regarder autour de moi, je ne le vois pas. Je soupire. Ce type va être compliqué à appréhender. Tant pis. Il y a d'autres personnes à surveiller. Une véritable partie de plaisir.
© 2981 12289 0

______________________________


Give me the right to be heard,
To be seen, to be loved, to be free.
Revenir en haut Aller en bas
Joshka Everhart
Brigades Spéciales •• Caporal
avatar
Missives : 79
Soldat depuis le : 15/05/2017
Vieillesse : 20
Sam 22 Juil - 21:43
War is comingRP EventLes rues de Mitras étaient bondées, autant de soldats que d'honnêtes (et moins honnêtes) citoyens. Les nouvelles au sujet du double meurtre qui avait eu lieu ne cessaient de fuser autour de Joshka. En même temps ce n'était pas étonnant. Ca inquiétait les bourges, rendait haineux les soldats de la Brigade. Il arrivait que des rumeurs totalement controversables circulaient, mais ça c'était le problème de ce genre d'événements qui venait bouleverser la vie de pacha des habitants de Sina. Il y en avait eu deux en très peu de temps, d'abord les Titans au sein même de Stohess et maintenant cette affaire de meurtre qui laissait porter à croire que le Bataillon d'Exploration en était l'auteur. Ca avait limite l'air d'un coup fourré monté par quelqu'un qui avait envie de voir les corps d'armée se foutre sur la gueule et rajouter un conflit interne à celui qui avait déjà lieu avec l'extérieur et les titans.

Les ordres de la journée énoncés par Heath étaient clairs et à peu de choses près ceux qu'il avait reçu plus tôt à sa caserne: appréhender d'éventuels suspects sur lesquels on était autorisés à tirer à vue. L'albinos approuva les paroles de son supérieur en hochant la tête.

"Entendu."

Concernant le Bataillon, Joshka se doutait que ses soldats n'étaient pas dupes. Après tout il était bien tombé sur ce nabot la dernière fois qui furetait à Stohess avec plusieurs de ses homes, tous en civil. C'était pour une bonne raison certes, mais le caporal lui oubliait difficilement les visages de ceux qui lui tenaient tête ou lui parlaient mal. Cette fois ne faisait pas exception et il saurait reconnaître le caporal du Bataillon s'il venait à l'apercevoir dans la foule. Tout comme certains autres soldats qui se trouvaient sous les ordres d'Erwin Smith d'ailleurs et qu'il connaissait personnellement. Les mettre en joue lui ferait mal au coeur d'une certaine façon, mais il n'aurait pas le choix. Les ordres sont les ordres.

Alors qu'il scrutait la foule, ses prunelles azurées se posaient successivement sur tout un panel de personnes qu'ils ne connaissait pas, civils ou soldats. Des fantômes qu'il oublierait presque aussitôt, des gens qui ne l'interpellait pas par un comportement suspicieux ou autre. Il lui arriva cependant de croiser des têtes familières, notamment de la Garnison, mais trop occupé par son objectif premier il ne prit pas le temps de leur adresser ne serait-ce qu'un regard pour les saluer. Une main sur la sangle de son fusil, prêt à le mettre en joue, le regard glacial et impassible qui observait les environs discrètement, il ne faisait que marcher à la même hauteur du capitaine Baskerville.

Une pression sur son épaule lui fit relever la tête. Il remarqua alors que l'expression de son supérieur s'était durcie, était devenue plus méfiante alors qu'il lui demandait d'ouvrir l'oeil. En suivant son regard, Joshka remarqua cette silhouette à la capuche grise qui portait l'écusson à la licorne se fondre dans la foule. Quelqu'un de suspect? Probablement. Le capitaine s'élança à sa suite et histoire de ne pas alerter le soldat, l'albinos décida de s'éloigner un peu de son camarade, bifurquant sur la droite pour disparaître quelques mètres plus loin entre les différents civils présents dans la rue qu'ils traversaient.

Il fit discrètement signe à Heath qu'il bifurquait plus loin, dans une petite ruelle qui donnait sur l'artère adjacente. En effectuant une telle manoeuvre, il espérait prendre en tenaille le suspect encapuchonné. Il attendit quelques instants dans l'ombre de la ruelle en donnant quelques brefs coups d'oeil à la foule qui parcourait la rue juste à côté de lui. Mais le temps passa sans que l'homme à la capuche grise ne se montre. L'albinos jura entre ses dents, baissant le canon de son fusil vers le sol en même temps.

"Merde..."

Il rebroussa alors chemin pour rejoindre le capitaine, tout en demeurant vigilant. Après tout, cet homme n'était pas le seul suspect et n'importe qui circulant à Mitras pouvait l'être à l'heure actuelle. Joshka espérait juste que sa petite course et son détour par la ruelle n'avait alerté personne.

© YOU_COMPLETE_MESS

______________________________
La liberté. Rengaine pompeuse de notre civilisation. Il n’y a que ceux qui en sont privés qui savent ce que cela signifie.


Mon Euro Symbolique Huhu bah alors ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arunja Khan
Garnison •• Soldat | Maître-chien
avatar
Missives : 85
Soldat depuis le : 18/06/2017
Vieillesse : 22
Mer 26 Juil - 10:50

ft. Arunja Khan

ft. Pleins de gens

「War is coming」

Mitras, Arn détestait cette ville de riches. On disait au peuple de se serrer la ceinture, par contre, les nobles pouvaient se gaver sans être inquiétés. Et sous leurs pieds, des tas de gens crevaient de faim. Le soldat laissa son chien se soulager sur une statue d’angelot. Les nobles avaient vraiment des goûts étranges. Vanya avait eu beau lui expliquer quelques trucs, ça restait tout de même très spécial. Pour le fils de potier, c’était vraiment un monde parallèle.

Au rassemblement, Walker était visiblement très remonté quand il annonça les couleurs à tout le monde. Arn avait déjà fait une mission avec Walker, il savait que ce type était compétent et avait travaillé avec le Bataillon et sans doutes bien plus que Arn qui avait travaillé avec qu’une fois justement lors de sa mission avec Walker. En même temps, en temps normal, le jeune soldat était dans un bled paumé loin du Mur Rose protégeant l’Humanité des Titans.

Avant d’arriver au camp, Arn avait croisé une mère et son garçonnet grassouillet qui regardaient Arn d’un air mauvais. Le gamin fit tomber sa sucette et se mit à pleurer. Sa mère tenta de le consoler. Au même âge que lui, Arn devait bosser pour aider sa famille à subsister. Ce gamin ignorait clairement la chance qu’il avait. Et il n’en avait pas fini avec le soldat quand il se mit à réclamer son fusil. Arn fit mine dans un premier temps de l’ignorer, mais le petit gros étant beaucoup trop habitué à avoir tout immédiatement, tira le gilet du soldat.

« Non ! Tu n’auras pas cet arme ! Elle est pas à moi, c’est un outil de travail ! Puis t’es trop jeune pour en avoir une ! »

Le gamin insista et il énerva tellement Arn qui ne se contrôla plus et lui mit une bonne claque. L’enfant le regardait les yeux ronds surpris que pour la première fois, on osait lui dire non, et surtout de la part d’une racaille des souterrains. Le soldat en profita pour s’éclipser et après cet incident. C’était très rare qu’Arn s’énerve au point d’en venir aux mains, mais ce genre de mioche pourri-gâté le répugnait. Il lui rappelait bien trop la fille du médecin de son bled, elle-aussi bien trop habitué à tout avoir et on devait-être dispo à tout moment pour sauver son chat. Encore, aider les vielles, même si elles abusaient parfois, Arn pouvait comprendre, mais devoir se déplacer pour des futilités de la part d’enfants encore jeunes et en bonne santé qu’ils pouvaient faire eux-mêmes commençait à agacer le jeune soldat. Après cette péripétie forte intéressante, Arn avait fini essoufflé et de mauvaise humeur au rassemblement de la Garnison.

Après son discours, Arn vit Walker rejoindre Soued. Le soldat hésitait à les rejoindre, car il était en retard et au vu de la mauvaise humeur de Walker, valait mieux pas qu’il fasse le mariole. Il vit le lieutenant tendre à Soued un rapport de mission.

Après un peu de réflexion, Arn finit par le rejoindre en compagnie de Velke et la mule toujours en main. Le soldat avait sorti sa lettre de convocation en tant que maître-chien qu’il tendit à Walker après avoir fait le garde-à-vous. A côté de lui, Velke était en train de se gratter. Arn remarqua qu’il avait attrapé des puces. Super, le soldat allait devoir investir sa solde dans des traitements hors du prix au vu de la rareté des propriétaires de chiens et de chats. Sans oublier que ces puces allaient handicaper la mission.
Revenir en haut Aller en bas
Soued Kallermann
Garnison •• Soldate 1ère classe
avatar
Missives : 52
Soldat depuis le : 01/07/2017
Vieillesse : 22
Jeu 27 Juil - 22:11
ft. ... & ...
Votre résumé.

Évent #1

Un cheveux au milieu de la soupe.

Soued n'était pas à sa place, mais ça n'allait pas l'empecher de récupérer des informations, un groupe d'hommes laissait sous-entendre qu'une des victimes commerçait avec des hommes de la ville souterraine. Alors qu'un groupe de femme soupçonnait qu'un un noble de Sina ait engagé un tueur parce que l'une des recrue était l'amant de sa femme. Les rumeurs les plus folles circulaient.

La foule s'agitait, en particulier les membres de la rose. La brune regarda le petit troupeau qui s'était formé. Et quand le petit rassemblement se termina elle pu apercevoir son lieutenant. Il n'avait pas l'air de bonne humeur, mais avec cette allure il était plus amusant qu'autre chose. Soued essayait de ne pas rire en le voyant. C'était ni le lieu, ni le moment, pour les plaisabtries et la remarque de son supérieur le confirma.

- On pouvait pas mieux résumé....

Elle attrapa le rapport en rigolant.

- C'est marrant ce nouveau style.

L'ambiance était tendue, mais on pouvait toujours compter sur Soued et son tact légendaire avnt qu'elle reprenne son sérieux et commence à lire le rapport. La jeune femme perdit son sourire au fur et à mesure en apprenant les détails de l'affaire. Plongée dans sa lecture, Soued ignorait le monde autour d'elle, comme la civil qui lui rentra dedans en reculant pour laisser passer un brigadier, lui écrasant son rapport au visage par la même occasion. Par réflexe elle recula d'un pas et bouscula une autre demoiselle aux allures de poupée et de la garnison aussi.

La métisse lâcha un juron, en se tenant le nez. La civil la toisa et sans s'excuser reprit sa place. Soued ecarquilla les yeux, elle roula le rapport prête à commettre l'irréparable à l'encontre de la civile. Elle prit une grande aspiration, il ne fallait pas faire de vague, alors elle se tourna vers la demoiselle qu'elle avait bousculée.

- Rien de cassé ?

Les paroles étaient sèches, Soued était à son tour énervée. Mais une chance pour la demoiselle aux airs angélique, Khan, qui les rejoignait, allait subir la colère de Kallermann. Il était parti plus tôt et il arrivait après elle. La brune le frappa à la tête avec le rapport. Le jeune homme, elle l'apreciait l'air de rien, avec leur colocation le maitre-chien et son compagnon ont dû s'habituer à ses sautes d'humeur et ses coups, enfin elle le supposait.

- C'est que maintenant que t'arrives !?

Elle soupira, lança un bref regard au chien et se tourna vers son supérieur lui tendant le rapport, assez honteuse dans l'état elle le lui rendait, mais il fallait rentrer dans le vif du sujet.

- Quelle est la ligne de conduite à adopter ?
Revenir en haut Aller en bas
Walker James
Garnison •• Lieutenant
avatar
Missives : 61
Soldat depuis le : 26/06/2017
Vieillesse : 28
Dim 30 Juil - 17:55
Words are coming
ou comment foutre la honte à Potter devant tout le monde et s'en tirer à bon compte
Walker salua Khan rapidement puis regarda Soued dans les yeux.

"Je suppose qu'on laisse la Brigade s'occuper de démêler l'affaire qui nous rassemble ici... Mais..."

Walker mit deux doigts dans sa bouche, siffla lourdement et obtint l'attention de la Garnison aussi sec.

"S'il vous plaît, un peu d'attention. Bien. Nous sommes ici pour faire ce que nous sommes payés pour faire. Protéger les murs, protéger la population. Deux meurtres ont été commis ici et justice doit être rendue. Les ordres de votre commandant sont clairs. Deux cadavrex suffisent. Veillez à ce que tout se passe bien. Krüger, Potter et Albarn, prenez une petite équipe et partez en expédition dans la ville. Et Potter, partir en expédition ne veut pas dire finir ivre dans un tripot de la ville avec tes camarades à moitié nus qui chantent des chansons paillardes jusqu'au petit matin... Chiara, je te nomme responsable des bleus. Gardez les portes, restez en renfort et n'aggravez pas la situation. Venestraale, prenez une équipe et allez sur le lieu du crime. Récoltez des informations, jouez-la fine et innocente puis revenez ici faire votre rapport. Faîtes vos grands yeux de biche, ça devrait passer... 1ère classe Kallermann et Khan avec moi... Rompez et ne faîtes pas honte à la Garnison..."

Walker laissa tout ce monde se disperser bien sagement en grommelant divers commentaires puis annonça la couleur à ses deux équipiers.

"Nous, on se charge de la sécurité du Bataillon. Ouvrez les yeux, ouvrez les grands. Au moindre problème, on s'interpose... Des questions ? Non ? Parfait... Alors en avant..."

Walker regardait partout autour de lui, un peu inquiet. Ce n'était pas trop son habitude d'invectiver tant de gens en si peu de temps mais le temps, justement, jouait contre eux... S'il paraissait clair qu'ils n'avaient aucun talent précis pour débusquer un tueur, il était tout de même de leur devoir de protéger les gens et ici, surtout le Bataillon. Tout le monde était à cran et une balle était si vite perdue...
Revenir en haut Aller en bas
Taharka
Civil
avatar
Missives : 170
Soldat depuis le : 18/04/2017
Vieillesse : 22
Localisation : En train de se saouler dans un coin
Lun 31 Juil - 18:01

ft. Taharka

ft. Pleins de gens et des ikrans

「 War is coming 」

De l’oppulence, du gaspillage à gogo, on disait à tout le monde et surtout à la tribu de se serrer la ceinture, mais à ces gens, on disait rien. Ils se plaignaient que les ressources se tarissaient mais par contre ils gaspillaient comme pas permis, de la viande non consommée jetée comme du déchet. Dans la culture de Taharka, gaspiller de la viande était considéré comme un manque de respect pour l’animal ayant donné sa vie ainsi que pour l’éleveur ou le chasseur. De toutes manières, la nourriture en général fallait pas la gaspiller. Même avant l’arrivée des hommes blancs, quand les ressources étaient abondantes et qu’on pouvait encore chasser les grands herbivores, il était interdit de prendre plus que nécessaire et de tuer pour rien. Et ça, les blancs ne l’avaient pas compris du tout.

Le nomade passa devant deux nobles qui faisaient les commères et qui le regardaient d’un air dégouté. Si seulement Seze était là, il aurait pu les couvrir de vomi de Titan, ça aurait refait leur éducation, puis ça pour le coup c’est du vrai déchet qui peut seulement à l’extrême limite fertiliser le sol, un peu comme ces nobles qui servaient absolument à rien à part à être comme des tiques qui pompent le sang d’un animal tout en lui apportant des maladies.

Taharka croisa une mère et son gamin grassouillet en pleurs et visiblement, il avait une joue toute rouge, sûrement une bonne claque. Bah il en faudrait à pas mal des habitants de ce coin un bon rappel. Un stage en tant que ramasseur de déjections de moutons et chevaux. Les nomades les ramassaient car cela fournissait un excellent combustibles et des fertilisants pour les cultures. Quelque chose s’accrocha aux vêtements d’Arn, il se retourna et vit le gamin qu’il avait croisé un peu plus loin, le petit gros qui chialait et qui s’en était pris une. Le gosse semblait lui demander quelque chose de manière autoritaire comme à un chien. Taharka ne comprenait rien, mais quelque soit sa demande ça serait un « non » catégorique. Un peu de politesse voyons ! Le petit gros se reprit une autre claque de la part du guerrier. Dommage qu’il n’avait pas eu Seze pour le décorer de poisson pourrissant. On respecte les vieux !

Dans la tribu de Taharka, les enfants avaient une éducation assez souple, mais ils devaient respecter les plus âgés et parler poliment aux gens. Et après on traitait la tribu de sauvages, mais quand Taharla voyait le manque de respect de la part de ces gens à quoique ce soit, il se demandait vraiment qui étaient les véritables sauvages.

Le nomade passa devant un rassemblement de soldats de Garnison. Taharka ne les aimait pas vraiment depuis sa détention de leur part. Il remarqua deux soldats, une femme et un homme avec un chien à la peau sombre tous les deux. Cela l’intrigua un peu car hors de sa tribu, rares étaient ceux qui n’étaient pas blancs, et ceux-làs, il ne les avait jamais vu au sein de la tribu. Il y avait tellement peu de monde que Taharka connaissait par cœur le visage du moindre membre de son clan. Le fait qu’ils possèdent un chien surpris également le nomade, car hors de sa tribu, les chiens étaient aussi très rares, surtout non errants. Il souria quand la femme frappa l'homme au chien avec un papier, c'était assez rare que les femmes dominent des hommes hors de la tribu. Ce pauvre gars n'avait pas intérêt à mettre les pieds au sein de son clan, car là il risquait de pleurer.

Il passa son chemin, ne préférant pas trop rester devant des soldats de Garnison ayant un mauvais souvenir de sa dernière confrontation avec. Il finit par s’enfourner dans les rues en espérant ne pas tomber sur des gens peu recommandables, bien que chez les riches, ça reste limité, enfin quand on est un blanc, une personne de couleur, c’est pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 750
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Qui ça ?
Sam 5 Aoû - 10:44
War is comingWe will rise out of ashes
And fly above the sky
We will ride into the battle
With the banners held high

Stand, fight
Heaven shall burn
In a cloud of fire
We stand, fight
Wings of war are you ready to fight
Stand and fight
( Bloodbound → Stand and Fight )
Concrètement, on fait quoi ? C’est ce que tu te demandais actuellement, en regardant tes camarades qui t’avaient rejoint ? Nanaba, Ymir, Christa, si tu ne te trompais pas pour ces dernières, t’ont rapidement rejoint. Efficace, parfait. Elles sont en civiles, tout comme toi, telles que tu l’as demandé dans ce court message. Tu hoches la tête positivement en les observant tour à tour. Tu tournes les yeux vers Nanaba, acquiesçant pour approuver ses paroles.

« C’est exact. On est que cinq, c’est peu mais on arrivera sans doute à faire quelque chose. Moreau est déjà parti devant. Hanji et Mikasa ne viendront peut-être pas. »

Cinq. Tu ne t’attendais pas à être non plus, mais pas aussi peu. Hanji et Mikasa n’étaient pas présentes. Ce qui n’est pas à votre avantage malheureusement. Tu regardes la petite équipe, en regrettant de ne pas avoir plus de vétérans. Ce n’est pas que tu n’as pas confiance en ces personnes, mais quatre c’est bien trop peu, surtout pour une mission aussi dangereuse est risquée. Tu secoues la tête. Tant pis. Cette mission doit être un succès. Tu tournes la tête à chaque fois que tu entends du bruit près de l’endroit où vous êtes. A chaque fois, ce sont tes réflexes qui prennent le dessus. Tendu, c’est ce que tu es.

D’une façon ou d’une autre, tu ne sais pas non plus ce qu’il faut faire en définitive. Dans le sens où, qu’est-ce qu’il faudrait faire si jamais vous trouviez l’assassin ? Ou au contraire, si vous ne le trouviez pas ? Si on vous voit, l’absence d’Erwin sera remarquée. C’est suspect, qu’un petit groupe se détache. Certains pourront prendre ça comme une tentative de s’innocenter en trouvant le coupable, pour d’autres c’est simplement louche, et une tentative d’aller tuer carrément le Roi. La Brigade et le Bataillon ne s’entendent pas, il suffit de tomber sur des cons, et c’est terminé.


« N’attaquez qu’en cas de besoin. On nous accuse suffisamment pour pas en rajouter une couche. Evitez de vous faire choper, c’est direct les cellules puis le tribunal. Et vu comment ils sont corrompus, eh bien on peut être sûr qu’on va perdre. »

Tu marques une pause en les regardant, avant de relever les yeux vers eux une nouvelle fois.

« La Garnison sera sans doute de notre côté. Erwin aura vite-fait d’envoyer un message au vieux pour lui expliquer la situation. Mais on est jamais à l’abri d’une trahison, ouvrez l’oeil. »

Tu soupires.

« Celui ou celle qui a fait ça va semer la discorde dans la ville. Il fera en sorte de nous débusquer et de nous afficher au grand jour, puisque nous sommes les principaux concernés. »

Tu lèves les yeux avant de froncer les sourcils en voyant une silhouette nous observer. Un homme, avec une capuche, un fusil sur l’épaule. Il semble sourire, avant de partir comme une ombre. Fusil, capuche. Il ne t’en faut pas plus, tu reposes les yeux sur tes subordonnées. Avec un peu de chance, tu n’es pas le seul à l’avoir vu.

« Vous l’avez vu ? Un type, avec l’uniforme de la Brigade, avec sa capuche. Ca peut être n’importe qui. Ca ressemble pas mal à Leonhardt. »

C’est plutôt vague comme description, mais c’est tout ce que tu as. Tu n’as vu que sa tête et encore, tu ne l’as pas vu totalement à cause de la capuche. Un nouveau soupir. Ca va être tendu.

« Si on croise la Garnison ou si la Garnison nous croise, tâchons de parler avec eux. Ils sont les plus susceptibles de nous croire et de nous aider. Appréhender un mec de la Brigade avec un comportement suspect. Eviter la Brigade. Eviter de se faire attraper. Des questions ? »

Des directives simples, plutôt évidentes. Tu fais confiance en ces trois femmes, qui sont du Bataillon, qui se battent pour la liberté. Des directives simples, évidentes, mais efficaces. On sait ce qu’on cherche. Un individu au comportement suspect. L’heure continue de tourner. Les conseillers du Roi risquent de commencer leur discours. Si le type veut frapper, c’est maintenant et tu le sais. C’est ta plus grande crainte. Une attaque terroriste, à coup de fusil. Ca n’est jamais arrivé, mais tout le monde n’est pas soumis au Roi et cet homme ou cette femme en est la preuve. Voilà pourquoi il faut faire vite, et que tu commences à t’impatienter. Tu observes les trois filles, attendant leurs dernières questions.

« On se disperse, on observe et on se retrouve ici vers 15h. Même endroit. Si vous voyez Kristopher, prévenez-le. Si on chope pas le coupable, on aura récolté des informations. C’est ce qu’on cherche. Savoir. Rien de plus. Soyez prudentes. »

Puis tu files en direction de l’intérieur de la ville, signifiant que la mission est lancée. Récolter les informations, appréhender le coupable si jamais vous en avez l’opportunité… Laisser courir si c’est trop dangereux, repartir ensemble, sans aucune « perte ». C’est une mission en territoire hostile, mais tu as confiance.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Kristopher Moreau
Bataillon d'Exploration •• Titan Shifter
avatar
Missives : 43
Soldat depuis le : 09/04/2017
Vieillesse : 19
Lun 14 Aoû - 4:19
  • KRISTOPHER MOREAU
  • EVENT
War is coming...
La discrétion n'était pas un souci pour le brun. Il savait se mêler parmi la foule des foules. Se cacher n'était pas un problème. Ni de se dévoiler. Le problème était plutôt, en ce moment... Qui savait que les Bataillons allaient être présents en une petite troupe déguisée ? Le monde était dangereux. Le mur de Sina grouillait de nobles qui intriguait sans cesse dans la politique et l'économie. Se tenir renseigner était primordial ici. Savoir ce que son adversaire et ses alliés pourraient faire comme prochain mouvement. Tout ce cirque n'était qu'une énorme partie d'échec ou tout le monde y participait, même les simples civils, faisant office de pions.

Et leur adversaire était plus grand cependant. Celui qui avait assassiner ces pauvres soldats pour en faire ensuite porter le chapeau aux Bataillons d'Exploration avait bien planifier son mouvement dans l'ombre. C'était donc un formidable joueur d'échec. Non. Il était bien plus que cela, bien plus qu'un vulgaire joueur exceptionnelle.

C'était une Ombre parmi les ombres, errant parmi ceux qui voulait se cacher pour faire éclater quelque chose au grand jour. Mais quoi ? Kristopher ne le savait pas. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il devait devenir quelque chose d'autre qu'une Ombre parmi les ombres pour le trouver. Un spectre, voilà ce qu'il devait devenir. Un spectre errant entre les mondes, sans se faire remarquer, sans se faire voir. Rejoignant un groupe de personnes discutant en silence, il observa les alentours. Attendit. Un spectre parmi toutes ces présences.

Mais le spectre vit-il réellement l'Ombre ? Un homme, visiblement, ou ce qui devait être un homme, en capuche, avec un fusil, portant l'uniforme des Licornes. De par sa démarche, il respirait l'assurance. Quelque chose qui lui était familier.  

Ce jour pluvieux... Une ombre qui venait lui parler...


Un pli entre ses sourcils, se demandant si l'individu l'avait aperçu, Kristopher se mouva parmi la foule, allant de groupe en groupe, de la manière la plus discrète possible. Il devait le suivre. Pourquoi porter un capuchon ? Quelqu'un de suspect ferait ce genre de chose. Non, il devait continuer de le suivre. Ce n'était pas normal. Il faisait chaud, qui plus est.  

Le Spectre suivant l'Ombre des ombres...

HRP:
 

Or is it winter ? /paf
Revenir en haut Aller en bas
Historia Reiss
Bataillon d'Exploration •• Soldate
avatar
Missives : 23
Soldat depuis le : 03/06/2017
Vieillesse : 18
Jeu 24 Aoû - 19:34


War is coming

L’inquiétude de la blonde grandissait à mesure que la foule se faisait plus épaisse. Tout ce monde… tant de civil, de membres de la Garnison, mais surtout… Tant de soldats de la Brigade. Toutes ces personnes-là étaient contre eux, ils n’étaient décidemment pas en bonne posture, à croire que le sort s’acharnait contre eux. Peu de membres du Bataillon s’étaient présentés, seuls Levi, Nanaba, Ymir et elle étaient sur les lieux. Même si la blonde n’aimait pas l’idée d’être en infériorité numérique, elle devait bien reconnaître qu’être si peu nombreux serait dans un sens pratique ; moins ils étaient, moins il y avait de chance qu’ils soient reconnus.

Les directives du Caporal étaient simples ; rester calme et ne pas attaquer sans bonne raison et surtout débusquer le coupable, ou du moins trouver des indices. Ce serait déjà une bonne avancée. La déesse les écouta silencieusement et attentivement afin de n’en perdre un mot. S’ils étaient peu nombreux, il fallait d’autant plus être efficace, et cela commençait dès maintenant. Le brun prit une pause dans son discours et son regard sembla se poser sur quelque chose, chose qui attira également le regard de Christa qui chercha à observer elle aussi le personnage. Il s’agissait d’un homme en capuche et portant un fusil. Il semblait fixer en souriant le petit groupe de soldat que le Bataillon constituait. Voilà qui était étrange… cet individu était suspect, le mieux était de le suivre discrètement afin d’en savoir plus sur son identité et ses intentions. Levi récapitula rapidement les objectifs de la mission et donna un horaire de rendez-vous : 15h. La soldate avait un peu de temps devant elle afin de mener ses recherches. Durant ce temps, l’homme capuché avait pu disparaître de son champ de vision et était probablement déjà loin. Mince. Il serait bien retrouvé par l’un des membres du groupe… du moins, la blonde l’espérait.

Elle se mit donc en quête d’information et partit seule de son côté, marchant doucement, observant chaque visage, chaque tenue et cherchant à imaginer le visage de l’assassin afin de pouvoir le coller sur celui de l’une de ces personnes. Pas de trace de l’homme au fusil pour l’instant. La déesse se faufilait parmi les civils et parfois même quelques soldats ; l’avantage d’être de petite taille, c’est que l’on est rapidement pris pour un gosse et donc pas considéré comme suspect...
yuuki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Haytham
Maître du Jeu •• Troll Master
avatar
Missives : 133
Soldat depuis le : 12/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Partout et nulle part
Lun 18 Sep - 11:30
War is coming | ConclusionL’heure tourne.
Tic.
Tac.
Les minutes passent et ne se ressemblent pas, tout semble s’accélérer maintenant.

Je souris, un sourire discret, presque imperceptible sous la capuche de ma veste tandis que je remonte tranquillement la foule. Mon grand regret a été de ne pas trouver l’homme que je voulais. Il n’est pas venu, ce qui me déçoit énormément mais je sais que les occasions seront nombreuses après ça, je ne m’en fait pas pour autant. Ils vont tous dans une direction, je les suis tranquillement en passant entre les personnes les plus lentes aussi agilement qu’un chat. Je n’ai pas de temps à perdre, me retrouver bloquer à cause de deux péquenauds en visite ne m’intéresse aucunement.

Je me dirige droit vers la petite estrade, là où ça commencera. Je souris. Parfait, pile ce qui me fallait. Je ne demande pas mieux. Les conseillers ne sont pas là. Uniquement des soldats de la Brigade qui me font signe lorsque je passe. Ca ne les perturbe pas plus que ça que j’ai le visage couvert. Eux tout ce qu’ils voient, c’est la licorne brodée sur ma veste et mon attirail de soldat. Ils s’arrêtent là et ne voient pas plus haut que leur nez. Je grimpe avec agilité sur l’estrade, mon mouvement attire quelques regards curieux.

Sans doute se demandent-ils ce qui arrive à ce soldat pour qu’il aie un excès de zèle pareil. Je souris de nouveau en les regardant, m’assurant que ma capuche couvre bien mon visage.


« Citoyens ! »

La foule se rapproche lentement, la curiosité dans le regard.

« Je me prénomme Haytham. »

Un vague sourire étire mes lèvres alors que je parcours l’assemblée des yeux.

« Les nobles, ceux qui ne le sont pas, n’avez-vous jamais rêvé d’un monde où il n’y a ni roi ni royauté ? Ni frontière sociale ? On taxe les riches, on taxe les pauvres et pourquoi ? Pour financer les bons à rien du Bataillon ? Pour payer l’oïsiveté de la Brigade ? Payer les coups à boire de la Garnison ? On nous prend plus qu’on ne nous donne et nous ne sommes pas plus protégés ! »

Des murmures se font dans la foule. Certains approuvent, d’autres non et semblent assez sceptique. « Pourquoi dit-il ça ? » ; « Qui est-ce ? » ; « Qu’est-ce qu’il veut ? », voilà les questions que j’arrive à distinguer dans le brouhaha montant. Les soldats de la Brigade se sont tous tournés vers moi. Certains semblent paniqués, d’autres confus, et l’un d’entre eux s’approche.

« Qu’est-ce que tu fais ? Tu es devenu fou ! »

« Fou, hein… Mais si je ne le suis pas, qui le sera ? »


Je marque une pause, attendant que les murmures se taisent.

« La Brigade est incompétente, aveugle et bonne à rien ! Vous voulez une preuve ? Je suis celui qui a tué ces deux soldats en accusant éhontément le Bataillon et tout le monde n’y a vu que du feu ! Voyez comme notre système est pourri, il suffit de commettre un crime et d’accuser un autre que tout le monde déteste pour que les choses se passent ! Mais pourquoi détestez-vous le Bataillon ? Parce qu’ils envoient vos fils et vos filles à la mort ? Ne sont-ce pas eux qui, justement, veulent sacrifier leur vie à une noble cause, celle de reconquérir le territoire perdu ? Combien d’entre-vous a déjà vu un titan ? »

Maintenant le silence se fait. Même les soldats de la Brigade ne réagissent plus et m’écoutent. Ont-ils pris conscience que j’expose la vérité, et qu’ils sont vraiment des ânes ? Je ne saurais le dire, mais je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin.

« Personne hein… Ou alors ils ne veulent pas se montrer… Parce que parmi vous se cachent des soldats du Bataillon qu’encore une fois, personne n’a remarqué… Pourquoi suis-je le seul à faire attention ? Pourquoi suis-je le seul qui veut un semblant de vérité dans tous ces mensonges ? Tout le monde vous ment depuis le début ! Depuis toujours ! Il n’y a aucune once de vérité ! Moi j’expose les faits, j’expose la réalité, ce que je vois sous mes yeux ! Je ne me contente pas de mensonge, la vérité ne tardera pas à éclater au grand jour de toute façon… Alors réfléchissez. »

« Ne soyez pas aveugle. Vous pouvez changer les choses, mais pour ça il faut arrêter de se bercer d’illusion ! Tous ces pauvres au sein de Rose, tous ces gamins qui crèvent de faim dans les souterrains, ce n’est pas normal ! Tandis que vous vous pavanez en vous demandant quelle partie de la dinde vous allez manger au soir… Tss… Pitoyable… C’est le mot. »


Des gardes du Roi se sont précipités dans ma direction.

« Arrêtez cet homme ! »

J’active mon équipement tridimensionnel pour partir rapidement avant que les gardes ne me rattrapent. Je souris. Je vais vite. Je leur montre qu’ils ne pourront pas m’attraper… Et je disparais dans les rues de Mitras après avoir causé cette discorde au sein de la foule. Nul doute que ça parlera. Et nul doute que l’homme que je cherchais dévoilera ces informations au grand jour.

CONCLUSION POUR LA BRIGADE :

Ils ne savent plus où donner de la tête. Les soldats s’agitent dans tous les sens, ne sachant plus quoi faire tandis que les gradés sont complètement débordés. Ils doivent calmer la population présente avant qu’ils ne tentent quoique ce soit de stupide et qu’ils pourraient amèrement regretter. Ils ont entendu, comme la population, ce nom. Haytham. Qui s’est montré avec l’uniforme de la Brigade. Plus rien n’est à comprendre, et ils doivent tirer ça au clair rapidement, ainsi que calmer la foule en démentant tout ce qu’Haytham a dit.

CONCLUSION POUR LA GARNISON :

Ils n’ont pas eu le temps de voir les soldats du Bataillon qui, déguisés en civils, se sont hâtés de partir dès qu’Haytham a clamé haut et fort son identité ainsi que son long monologue. Alors ils aident malgré eux la Brigade à calmer la population même si maintenant, ils doivent partir à leur tour pour aller donner les informations à leurs supérieurs. Ils sont sûrs d’une chose : les choses vont désormais bouger.

CONCLUSION POUR LES CIVILS :

Taharka a pu fuir dès qu’il a senti que ça sentait le vinaigre, il a vu ce qu’il voulait voir et maintenant le plus prudent c’est de partir avec les informations qu’il voulait, à savoir l’identité d’Haytham et ce qui se trame. Du moins ce qui semble se tramer.

CONCLUSION POUR LES RELIGIEUX :

Pas vraiment perturbé par ce qu’il se passe de part leur calme olympien, ils ne se sont pas laissés déstabilisés par la scène. Bien au contraire, cet homme, Haytham, a suscité leur intérêt avec ce qu’il a dit. Il n’a pas parlé des religieux, peut-être parce qu’il ne sait pas ce qui se trame réellement chez ces derniers ou alors il est au courant mais n’en parle pas délibérément. Ils sont bien plus intéressés par les mystères entourant cet homme que la discorde qu’il a essayé de semer au sein de tous ces hérétiques.

CONCLUSION POUR LE BATAILLON :

Levi a préféré donner l’ordre de rentrer après la tirade d’Haytham, surtout lorsqu’il a balancé que des soldats du Bataillon se cachaient parmi les civils présents. Il faut qu’ils se tirent de ce guet-apens tout de suite et ne pas se faire attraper avant que les portes ne se referme et qu’ils ne se retrouvent bloqués. La Brigade a commencé à s’agiter. Pourquoi ? Les quelques membres du Bataillon ont vu ce qu’il s’est passé. Cet homme qui est allé provoquer la royauté en exposant l’entière vérité et qui s’est maintenant volatilisé.

Ils ont pu sortir avant que les portes ne se ferment après avoir laissé filer quelques hommes et femmes qui sont partis rapidement pour ne pas être enfermés également.[/spoiler]
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Solar event
» New site Event - Le site internet pour tous vos évènements
» pas de solar event 2011 :-(
» travel event (touratech days) 17, 18, 19 juin
» [18 Septembre 2010] Belgium Allianz Event By Night(Belgique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: † Se fier à ce mur, c'est comme pactiser avec le diable :: ✘ Sina's Districts :: ∟ Mitras ┐-
Sauter vers: