RSS
RSS


Le groupe du BATAILLON et des SHIFTERS sont fermés pour les OCs, merci de privilégier un autre groupe !
Encore beaucoup de personnages du manga libres !
Pleins de prédéfinis attendent d'être adoptés, n'hésitez pas. ♥
A partir de maintenant, tout personnage métisse se verra refusé pour garder une certaine logique avec la "rareté" de ces personnes, exactement comme les asiatiques. Merci de votre compréhension !

 :: ∆ Mur Rose :: Klorva Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission : Surveillance de la Garnison || Nanaba & Levi

avatar
Missives : 110
Soldat depuis le : 12/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Partout et nulle part
Voir le profil de l'utilisateur




Haytham
Maître du Jeu •• Troll Master
Mer 5 Juil - 15:45
détails
Mission : Surveillance de la Garnison
sous-titre
Ʃkaemp はは ™

Héhéhé, aujourd’hui nous allons nous intéresser à nos pochtrons de service. Cela dit, si tu t’es senti visé, je n’y peux rien. Enfin, vous l’aurez compris, je parle bien entendu de la Garnison, cette chère Garnison, réputée pour garder nos murs mais également pour forcer un petit peu sur la bouteille. Ce qui est amusant, c’est que chacun à son petit « truc », et ce corps d’armée-là… Ce n’est pas bien glorieux. Ce n’est pas une fierté de boire comme un trou, mais cet avis ne sera pas partagé.

Enfin ! Quand ces hommes boivent, ils ont tant à raconter… Ou pas après tout. Ils peuvent être bavards, mais pas dans le sens qu’on veut et on se retrouve avec un ivrogne qui te raconte toute la vie de son chien ou de sa fille et tu te retrouves comme un con. Bref, bon courage à ceux qui choisiront d’aller espionner ces pochtrons. N’allez pas boire avec eux même si… Ce serait extrêmement drôle.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Missives : 597
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 24
Localisation : Fuck yeah
Voir le profil de l'utilisateur




Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
Ven 7 Juil - 14:18
Surveiller la GarnisonYou spend your days counting the hours you're awake
And when night covers the sky you find yourself doing the same
It's a burden you've been burying in spite of all your prayers
As the light turns off inside your heart do you remember
What it's like to care
( Rise Against → Injection )
« Il faudrait surveiller la Garnison. La Brigade est déjà sous surveillance mais on oublie parfois nos amis proches des murs. »

Voilà ce qu’on t’a dit comme ordre de mission. Observer la Garnison, les surveiller, voir s’ils sont aussi blancs qu’ils ne le laissent paraître.

« Cause toujours, tu m’intéresses. », lui as-tu répondu.

Parce qu’à part picoler et décuver dans un coin, tu te demandais très sérieusement à quoi ils servaient. Surveiller l’extérieur des murs… A bien y réfléchir, les seuls qui ont une vie palpitante ce sont les soldats du Bataillon. Après tout ils sortent, ils prennent l’air et ils se font joyeusement tuer dans de grands bain de sang. Que du bonheur. Cette mission, on te l’a donné la veille, donc tu as eu toute la nuit pour y réfléchir. Déjà, penser aux soldats. Tu en as croisée une il n’y a pas si longtemps que ça… Swann de son petit nom si tes souvenirs sont exacts. Eh bien elle avait fui son poste pour faire autre chose, en mentant délibérément. Tu levas les yeux vers les chaises vides qui sont tout autour de la table de l’endroit où tu habites. Seul. Le silence pèse.

Puis lentement, des gouttes viennent taper contre la fenêtre. D’abord doucement, puis de plus en plus fort. Tu écoutes ce son qui arrive à t’apaiser, puis tu fermes les yeux en passant une main dans tes cheveux, repoussant les mèches de devant tes yeux, sans rien dire. Que dire, de toute façon ? Si ce n’est parler aux murs de ton habitation. Et encore, les murs ont des oreilles. Y a-t-il un seul endroit où personne ne pourrait écouter les conversations ? Tu en doutais, sincèrement. Alors le mieux encore était de ne pas parler. Car même en parlant avec ses camarades, il y avait des chances d’y avoir une taupe. C’est malheureux de soupçonner tout le monde, pour savoir quand est-ce que la prochaine attaque aurait lieu. Savoir qui planterait son poignard dans le dos des autres. Il n’empêche, de là à vouloir surveiller la Garnison, c’est qu’il y a vraiment une situation de crise. Tu levas tes yeux gris pour observer la pièce éclairée. Relativement vide, équipée du minimum. Une table, des chaises, un canapé et un fauteuil moyennement neuf, une étagère avec quelques affaires dessus. Des souvenirs, d’autres trucs qui ne servaient à rien.

Tu bâillas. La nuit n’allait pas tarder à tomber, alors tu observas l’extérieur en silence. Personne n’est dehors avec un temps pareil, ce qui n’est pas étonnant. C’est un coup à attraper la mort cette histoire. Ca te fait chier, presque littéralement, de savoir qu’il faut que tu espionnes la Garnison. Tu n’arrivais pas à te sortir cette idée de la tête. Même évoquer la possibilité qu’ils trahissent le Bataillon était difficilement envisageable. Encore la Brigade, cela ne t’étonnait guère, mais les protecteurs des murs, c’est difficile à croire, à envisager, à imaginer. Bref c’est impossible à tes yeux. Pourtant, pourtant aucun d’entre vous n’est à négliger. A ce stade, tout le monde peut prévoir son petit coup d’état dans son coin pour ensuite bien niquer les autres. La vie au sein des murs commence à devenir extrêmement tendue. Plutôt compliqué de voir en qui on peut avoir confiance. Du moins chez les jeunes. Entre vieux de la vieille, vous vous comprenez et il serait idiot de vous trahir les uns les autres. C’est ce que tu pensais. Tu penses beaucoup de choses, mais est-ce qu’au final tu as un bon jugement ? Qui sait, après tout.

Cette nuit-là, tu ne dormis qu’une heure, peut-être deux à tout casser mais sans plus. Préoccupé par beaucoup trop de choses.

Le lendemain, tu te rendis au QG de Trost pour savoir avec qui tu serais envoyé pour cette fameuse mission de surveillance. Il est fort probable que ce soit des inquiétudes infondées, et qu’il ne faille pas plus s’inquiéter pour ces choses. Qu’il faudrait simplement renforcer la méfiance pour la Brigade; c’en devient presque normal à force de les soupçonner. Tu appris par la même occasion que tu ferais équipe avec Nanaba. C’est un soldat plus au courant que toi qui te prévint de cette information. Ah pourquoi pas ? Ca te changerait, après tout, jamais tu n’avais fait équipe avec elle depuis le début, ou alors tellement rarement que tu ne t’en souvenait plus tout simplement. Donc tu n’étais pas mécontent de ce choix, bien au contraire. Lorsqu’on vous assigna tous les deux, tu te contentas de hocher la tête et de sortir pour attendre ta coéquipière d’une journée. Tu devais avouer que ce n’était pas trop mal, parce que tu ne connaissais pas trop Nanaba, et au final même si tu la tiens en estime parce qu’elle fait parti de ces vieux de la vieille, ce ne serait pas trop mal si vous faisiez connaissance, histoire d’en savoir un peu plus sur ses propres collègues. Enfin, tu n’étais pas un modèle non plus de celui dont on connaît tout. Après tout rien que ta venue dans le Bataillon est obscure, donc tu n’es pas le genre à balancer ta vie au premier venu comme ça.

D’ailleurs, Nanaba, tu as eu du mal à savoir si c’était un homme ou une femme de part son physique plutôt androgyne. Pas comme Hanji où elle… Elle non plus en fait on en sait rien. Bien que tu saches que c’est bel et bien une femme, c’est sûr qu’avec son comportement et son manque de féminité, on peut se poser des questions. Remarque dans le Bataillon, toutes les femmes présentes ne sont en aucun cas féminine, ni coquette, ni quoi que ce soit d’autre qui y ressemble de près ou de loin. Tu secouas la tête. Tu n’en revenais pas de penser à ce genre de choses, signe que tu es plus fatigué que tu ne le laisses paraître, que tu ne sembles le croire. Pour que ton esprit dérive aussi loin, il y avait quelque chose qui clochait. Ton manque de sommeil sans doute, ou les derniers évènements t’ont cassé, sens fatigue du terme. Bah, surveiller des personnes n’a rien de bien palpitant, Nanaba et toi n’alliez pas courir à droite et à gauche en théorie. La journée devrait être plutôt calme. Plus qu’à attendre ta coéquipière d’une journée pour partir.
© 2981 12289 0

______________________________


That bastard… Once I get the chance,
I’ll kill him straight away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: ∆ Mur Rose :: Klorva-
Sauter vers: