Everlasting song •• Autoplay

 :: A votre disposition :: Fosse des présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 12 Avr - 2:43
Exploration •• Shifter
Ophélia Eirsdóttir



Nom : Eirsdóttir
Prénom : Ophélia
Sexe : Femme
Sexualité : Hétéromantique
Âge : 21 ans
Date de naissance : Un 17 avril
Lieu de naissance : Hermiha
Statut/métier : Soldat
Anecdotes : Tu es le titan soprano à la mélodie enchanteresse qui fut jadis, embaumé de la bonté du titan empathique (cf. musique de la présentation et l'histoire)
Feat.  Irisviel von einzbern | Fate/Zero


Who I am

Tu es un véritable mystère. La lourdeur de ton passé a complexifié ton esprit pourtant jadis indolent et candide. Ton énigmatisme jaillit à travers tes paroles qui sont souvent rudes à comprendre car elles paraissent déstructurées même utopiques pour un monde écartelé de la faim d'innombrables titans. Une aura charismatique naturelle te colle à la pulpe et transparaît gracieusement le calme dont tu fais preuve. Tu respires le lyrisme qui te suinte par le moindre pore de l'épiderme. On a l'impression que tu es de temps en temps prisonnière de ton monde et que ta réflexion frôle, se mêle à la divagation. Tu as vu et vécu tellement d'événements par le passé qu'il est normal que ta quintessence en soit complètement bouleversée. Tu possèdes cette maladive tendance à tenter de percevoir plus loin que les apparences ce qui te propulse au sein d'une multitude de situations dangereuses. Ce défaut de comparaître légèrement détachée face au danger hurlant en face de toi te gangrène douloureusement.

Tu es impliquée dans tes desseins qui diffèrent de ceux de l'humanité qui ne s'arrête qu'à la menace des titans et ne se pose pas la question de celle de l'être humain envers lui-même, victime de la ferveur de son obscurantisme. Les ultimes paroles de ton père sont rejouées en boucle la nuit lorsque les cauchemars s'amusent à te tourmenter. Tes questionnements intérieurs sont vivaces et épuisants. Tu dissimules bon nombre de faits, à commencer par ta nature de titan shifter qui est susceptible de t'opposer à une panoplie de risques, parfois injustes. Tu préfères avoir l'oreille attentive et offrir des sourires cristallins à tes camarades qui eux aussi, supportent le poids de leurs envies personnelles. Souvent peut-être celles de libérer l'humanité de la férocité titanesque.

Le doucereux de ta personnalité s'effrite pourtant et brutalement en cas de nécessité. Les entraînements au corps à corps et l'exploration en dehors des murs ont témoigné de ton sérieux et d'une certaine froideur déstabilisante. Tes fréquentations qui ont possédé cette tendance à t'aliéner à la délicatesse constante en sont ressorties violemment surprises car ta douceur est capable de s'évanouir pour pouvoir décimer les titans et réaliser tes objectifs tantôt professionnels que personnels. Tu es cependant secrètement affligée, déchirée entre les désirs de l'humanité et ceux de ton défunt père. Mais la balance semble pencher avec progressivité en sa faveur. Cette faveur que tu lui accorderais certainement plus tard pour apaiser l'amertume de son trépas qui continue de te hanter. Ses seuls vestiges demeurent au sein d'une montre à gousset renfermant un petit portrait familial dessiné que tu gardes précieusement.

Story of my life

Une mère aimante qui te réchauffa du délice de ses plats et un père la plupart du temps enfermé dans son bureau sans doute inondé de fioles et autres verreries servant à ses expériences et de paperasses à propos des murs. Lorsqu'il en sortait à chaque repas, ses bras t'étreignaient spontanément puis s'enroulaient autour de la taille de sa femme. Il vous témoignait de l'amour sincère et vous couvrait toujours de doux compliments. Il ne cessait de clamer haut et fort que vous étiez les deux femmes de sa vie. Il possédait cette tendance presque gênante à toujours te surprotéger car tu étais sa petite fille adorée, l'unique alors que tu étais déjà vieillie de dix années. Dix longues années à être contrainte de vivre à l'intérieur de l'enceinte du mur Sina avec ta famille. Ce soir-là, la conversation avait été comme d'habitude, vivante et passionnante. Ton père clama une énième fois à l'instar de tous les précédents diners qu'il était persuadé que sa théorie à propos de la construction des murs était véridique avant de te demander de chanter pour lui ce que tu adorais. Il aimait beaucoup te dire que ta voix lui redonnait de l'énergie. Ta mère lui adressa un petit sourire accompagné d'un léger soupir. Elle le pensait un peu illuminé et beaucoup trop obsédé par ces défenses primordiales mais elle l'aimait plus que tout et l'encourageait parfois. Tes prunelles luisaient systématiquement d'émerveillement à chaque fois que ton paternel ressassait son hypothèse. Il avait été et serait toujours ton héro, à faire tout son possible pour trouver la clé de la liberté de l'humanité. Il croyait dur comme fer que l'Homme n'aurait jamais été capable de créer des murs aussi imposants seul. Il avait toujours été admirateur de ces forteresses et s'était davantage mis à les étudier, quitte à en faire une obsession. Il en était venu à la théorie que les murs étaient peut-être faits de titans et ne pouvait pas s'empêcher d'en être pratiquement persuadé.

Tes douze ans furent annonciateurs du désir de ton père de t'entraîner au corps à corps. Il t'avait fait comprendre que savoir te battre te serait fortement utile un jour. Ta mère te lança un regard un peu inquiet le premier jour où ton entraînement débuta. Elle était au courant des grands espoirs que ton père avait placés en toi et qu'il te révélerait après tes dix-huit ans. Un lourd fardeau que tu porterais peut-être seule. Quatre ans de ta vie semblèrent s'écouler à la vitesse de l'éclair. Ces années durant lesquelles tu mordis la poussière à cause de ton paternel qui était strict envers toi. Il se montrait sans pitié et te poussait à chaque fois dans tes derniers retranchements pour pouvoir te faire apprendre et perfectionner les techniques de corps à corps qu'il avait lui-même héritées de son père. Ta consistance physique n'avait jamais été autant mise à rude épreuve qu'à part durant ces quatre fameuses années. Ce fut éreintant, difficile et douloureux mais tu parvins à répondre à cette attente de ton père. L'année suivante se solda par des événements funestes. Le titan colossal anéantit le premier mur puis le second, laissant le reste des autres titans envahir la ville et semer la désolation sur leur passage. Vous qui viviez derrière le mur Sina étaient le moins exposés aux risques et pourtant, la terreur s'était emparée de vous. Vous pouviez ressentir le tremblement des pas de cette horde de titans se rapprochant de plus en plus du dernier mur restant et ces hurlements de désespoir et de souffrance, emportés par la brise. Un maximum d'habitants fut contraint de se réfugier derrière le mur Rose. Le calme revint mais ne dura que cinq années car le mur Rose fut à son tour détruit par le titan cuirassé. La tragédie d'il y avait quelques années se répéta cruellement et les survivants se confinèrent derrière le mur Sina cette fois-ci. Une tentative de reboucher le trou béant du mur Rose fut un succès grâce et contre toute attente à un titan shifter. Une nouvelle menace vit le jour avec cette découverte. Des humains étaient en effet capables de se transformer en titans. Ils pouvaient se fondre au sein de l'humanité et la sécurité certaine n'était plus tout garantie. C'était ce que pensaient de nombreux soldats.

Les années continuèrent à s'écouler. Tu atteignis finalement la majorité et ton père t'avoua enfin désirer t'emmener à l'extérieur du mur Sina pour t'exposer la pièce finale de la théorie de toute sa vie qui était basée sur la capacité de cristallisation du titan cuirassé. Une idée qui t'enchanta malgré la menace des titans errant au dehors de la forteresse et la peur. Ta curiosité, celle de voir "l'autre monde" que tu ne connaissais pas, celui de l'extérieur était plus forte que tout. Ta mère s'interposa cependant. Elle était contre cette idée de son mari qui lui parut suicidaire. Elle ne voulait pas risquer de perdre les deux joyaux de sa vie. Tu la convainquis de vous laisser partir et lui promis de revenir le plus rapidement possible, avec cette véhémente lueur de désir de découvrir l'inconnu embrasant chacune de tes prunelles, celle si déstabilisante qu'on avait du mal à la supporter de son propre regard. Ta mère céda finalement, à contre-coeur néanmoins. Les deux seuls chevaux que vous possédiez furent sellés sur le champ. Ta mère s'empressa de préparer quelques vivres au cas où qu'elle fourra dans un sac. Ton père alla rapidement dans son bureau pour aller chercher quelques objets qu'il dissimula vivement dans les poches de son pantalon. Il revint dans la cuisine et enfila le sac sur le dos. Des embrassades très émotionnelles eurent ensuite lieu entre les trois. Elles durèrent quelques minutes. Ton père regarda l'heure sur sa montre à gousset et esquissa un sourire confiant. Vous étiez à l'heure. Vous montâtes finalement et vous élançâtes au grand galop en direction du mur Sina. Ta mère continua à vous contempler vous éloigner de plus en plus en priant le Seigneur pour que votre retour à tous les deux soit sain et sauf.

Quelques soldats montaient la garde du passage menant à l'extérieur qui était ouvert ce soir-là. Ton père s'était bien informé et savait qu'ils attendaient un retour d'un des bataillons d'exploration à cette heure-ci. Ton père t'ordonna de charger ta monture avec lui. Vous forceriez votre passage. Les soldats qui finirent par vous distinguer hurlèrent de vous arrêter. Voyant que vous continuâtes à galoper, ils vous menacèrent avec leurs fusils mais ne tirèrent pas de peur de vous tuer par erreur. Vous parvîntes ainsi à pénétrer à l'extérieur de la forteresse et ton père en profita pour assommer l'un d'entre eux en lui assénant un violent coup au niveau de la nuque sur son passage. Le reste des soldats s'empara de leur monture respectives pour pouvoir vous rattraper. Vous arrivâtes à peine à l'extérieur que vous croisâtes le bataillon qui était de retour. Son dirigeant se rendit rapidement compte de la situation et quelques uns de ses soldats lui demandèrent d'avoir l'autorisation de vous poursuivre eux aussi mais il refusa de l'accorder et stoppa même ceux qui s'était mis à vous rattraper. Il ne voulait pas risquer d'avoir de nouvelles pertes dans son bataillon pour des civils désireux de se jeter de plein gré au beau milieu de la "fosse" à titans. Il clama même d'une voix tempérée à son escouade que vous ne survivrez pas plus d'une journée à l'extérieur car il s'agissait de l'Enfer.

Heureusement que c'était la nuit pour vous. Les titans ne se déplaçaient pas dans l'obscurité. La lueur de la pleine Lune était assez forte et éclairait suffisamment pour pouvoir vous permettre de galoper sans encombre. Vous galopâtes ainsi pendant des heures. Vous aviez toute la nuit devant vous. Une fois une petite et peu dense forêt atteinte vous ralentîtes la cadence, trottâtes puis fîtes marcher au pas vos chevaux. Vous vous arrêtâtes un peu plus tard et les attachâtes à un arbre. Tu t'émerveillas instantanément devant la nature qui s'offrit à toi. Il te passa autour du bras un bracelet en argent joliment décoré de gravures réalisé par ses propres et t'expliqua que la petite vis sur le côté pouvait être tirée et que tu devrais le faire lorsqu'il te donnerait le signal. Il s'empressa ensuite de t'enlacer tendrement et tu te lovas instinctivement contre lui. Tu te sentais en sécurité dans ses bras. C'était ce que tu croyais car tu ne te rendis pas compte qu'il avait sorti discrètement une seringue de sa poche pour pouvoir vivement la planter dans ta hanche. La soudaine et lancinante douleur qui t'assaillit te fit vivement écarquiller les yeux de surprise et couiner de douleur tandis que tu tentas de le repousser violemment. Il resserra néanmoins l'étreinte pour te forcer à rester contre lui et essaya de te rassurer en te caressant les cheveux.

•• Ugh ! Pa ... pas ... Qu'est-ce que tu fais ? ... Soupiras-tu douloureusement en tremblant dans ses bras.

•• Shhh ma chérie, tout va bien. C'est un sérum que j'ai réussi à créer grâce aux informations qu'un ami scientifique très proche m'a révélé car nous partageons le même objectif lui et moi. Te répondit-il en enlevant doucement la seringue de ton corps et la jetant au sol.

•• Qu'est-ce que tu m'as fait ?

Ton père brisa délicatement l'étreinte et se recula un peu pour t'offrir un doux sourire qui se voulait apaisant.

•• Fais-moi confiance. Tu sais très bien que je vous aime plus que tout ta mère et toi mais tu es mon seul espoir.

L'homme sortit cette fois-ci de sa poche un couteau et tu sursautas. Il se le planta vivement en plein dans le ventre sans prévenir et posa brutalement un genou sur le sol en grimaçant de douleur. Tu t'empressas aussitôt de le rejoindre, complètement bouleversée par ses agissements qui n'avaient strictement aucun sens à tes yeux. Ton père s'appuya contre toi tandis que le sang commença à tâcher abondamment son haut puis sa veste et tu les remontas rapidement pour empoigner instinctivement le manche de l'ustensile. La main de ton mère se posa néanmoins sur la tienne. Elle était frémissante, certainement de torpeur et les larmes te montèrent inéluctablement aux prunelles.

•• Papa je t'en supplie. Il faut le retirer sur le champ, te faire un garrot et rentrer tout de suite pour te faire soigner.

•• Ne fais pas ça. C'était la condition depuis le départ pour pouvoir avoir accès aux informations portant sur le sérum et même si j'avais refusé de commettre ce soir un suicide, on aurait fait rapidement en sorte de mettre fin à mes jours. Je ne peux pas échapper à cette fatalité. C'est une mesure à prendre pour pouvoir garder secret le plus possible l'existence d'un tel sérum. Affirma t-il en posant cette fois-ci sa main sur ta joue. Les perles nacrées dévalèrent sans précédent tes joues.

•• Non ! Je refuse de te laisser mourir. Et qu'est-ce que c'est que ce sérum à la fin. Tu n'arrêtes pas de le mentionner.

Il t'adressa un sourire puis cracha brutalement du sang. Ton coeur s'affola et tu appuyas fortement ta main tremblotante sur la sienne posée sur ta joue.

•• Papa !

•• Ce n'est rien. Ne t'inquiète pas. Tu comprendras un jour ma chérie, je te le promets. Tout ce que je peux te dire désormais c'est de devenir un soldat du bataillon d'exploration. Tu comprendras peu à peu en le rejoignant. Ces murs, je suis sûr qu'ils sont faits de titans et que la survie de l'humanité réside en eux. Ils ne doivent pas tous les tuer. Ils sont ... peut-être ... en train de  ... détruire leur ... chance de ... sauver la ... race humaine. Tu dois ... les convaincre ... ma chérie. Percer ... à jour ... la vérité ... de ces ... murs

Sa voix était devenue de plus en plus basse et sa respiration particulièrement erratique, souvent entrecoupée d'une toux ensanglantée. Tu tremblas davantage et collas ton père contre toi pour le serrer tendrement. Il avait perdu beaucoup de sang et ferma même les yeux ce qui t'alarma plus que tout.

•• Papa ! Papa ! Qui ça ils ? Les convaincre ? Mais comment ? C'est impossible ! Je ne comprends plus rien. Tout se mélange dans ma tête. Avouas-tu, affolée et désemparée.

•• Tu ... com ... pren ... dras. Je ... t'aime ... ma ... puce ... Le ... bra ... ce ... let ... Tire ...

Il avait utilisé ses dernières dernières forces pour tenter de lui révéler ses derniers mots mais ne put terminer son ultime phrase. Tu devais tirer sur la petite vis de ton bracelet mais tu ne le fis pas tout de suite. Ton corps se raidit lorsque tu sentis que le corps de ton père n'exerça plus aucune résistance, signe de la vie résidant en son sein et que sa main sur ta joue retomba lourdement au sol. Tes larmes redoublèrent d'intensité, coulèrent à flots tandis que tu le serras de toutes tes forces contre toi.

•• Je t'aime aussi Papa ! Je t'aime tellement !

Tu regardas ton bracelet, ton père toujours collé à toi et tu fronças les sourcils, partagée entre l'affliction et le désir de réaliser ses dernières volontés. Tu tiras ainsi sans réfléchir sur la vis en question. Son mécanisme se déclencha à la bordure aiguisée et dentelée qu'il renfermait et rétracté en son sein du côté de ta peau se relâcha violemment et s'ancra sans pitié dans ta chair. Un puissant hurlement de ta part retentit à travers toute la forêt. Une nuée d'oiseaux la quitta, prise de panique. Tu te sentis tout à coup beaucoup plus grande et le corps de ton père parut si réduit à côté de la taille de ton pied droit. Tu portas rapidement ton regard sur tes mains et compris sur le champ que tu étais devenue un titan. Tu hurlas de désespoir, perdue et encore attristée de la mort de ton père. Plus capable de réfléchir correctement, tu t'enfuis au loin en abandonnant tout, chevaux, vivres et ton père bien aimé dont la dépouille se fera sans doute dévorer une fois le jour levé. Tu allas te réfugier un peu plus profondément dans la forêt et déversas tes larmes toute la nuit jusqu'à finir par t'évanouir de fatigue, épuisée plus moralement que physiquement. Endormie, tu pensas que tout ce malheur n'était qu'un horrible cauchemar et que tu retournerais à ta vie normale en te réveillant. De lourds tremblements répétés du sol brisèrent ton sommeil et te forcèrent à te réveiller. Tu étais malheureusement toujours sous cette forme titanesque et lorsque tu levas, tu pus apercevoir au loin entre les arbres, des jambes en train de se déplacer. Des titans, plus grands et plus petits que toi se dirigeaient droit vers toi. Ils semblaient être attirés par toi et tu t'enfuis dans la direction opposée. En sortant de la forêt, tu constatas être prise au piège car une autre horde venait également de ce côté-ci. Tu n'avais plus d'échappatoire et de nouvelles perles lacrymales coulèrent lentement sur tes joues. C'était la fin pour toi également. Tu ne pourrais jamais réaliser les désirs de ton cher et défunt père. Malgré le coeur battant à t'en exploser la poitrine, tu fermas les yeux et te mis instinctivement à chanter. Tu ne vis pas cet apaisement progressif que ces titans affamés de ta chair ressentir. Leurs pas s'étaient ralentis et le premier qui t'atteignit au bout de longues minutes t'enlaça doucement. Tu frissonnas à ce contact répugnant et crispas les yeux, prête à recevoir le premier coup de mâchoire. Mais il ne fit étrangement rien. Il se contenta de se blottir calmement contre toi. Le stress de voir arriver ta mort ne se fana pas pour autant. Il était toujours aussi intense et s'accrut au fur et à mesure que les titans s'agglutinèrent contre toi sans t'infliger la moindre blessure. Des pas beaucoup plus puissants que les autres cependant ne tardèrent pas à se fracasser contre le sol. Tu ouvris doucement les yeux et te figeas davantage, mortifiée devant l'imposance de ce titan haut de 9 mètres de haut et à la peau moka. Il dévasta cruellement tous les titans accolés contre toi et poussa un terrible hurlement. Le sang jaillit de toutes parts, tâchant ton visage pétrifié d'effroi et lorsqu'il eut fini son massacre il s'immobilisa pour te contempler. C'en était trop pour toi et tu t'évanouis soudainement mais il te rattrapa avant que ta tête ne heurtas le sol et te porta dans ses bras jusqu'à un autre endroit plus sûr.

Lorsque tu te réveillas, tu le vis de nouveau, assis à côté de toi et tu te redressas violemment. Tu jetas un regard furtif ailleurs. Tu voulais t'enfuir. Il te semblait dangereux, très dangereux et ne ressemblait physiquement pas aux autres titans. Il était lui aussi comme toi, capable de se transformer en cette créature. Il leva sa main carnassière et l'approcha de ton visage. Tu fermas et crispa les yeux. Tu étais si effrayée que tu eus l'impression que ton coeur ne tarderait pas à se rompre une bonne fois pour toute. Tes prunelles s'écarquillèrent cependant de surprise car il frotta délicatement le sang resté sur ton visage pour le retirer puis te caressa la joue. Il avait été en vérité profondément touché par la pureté et la beauté de ta voix. Il avait agi par instinct pour te sauver. Il se leva et te tendit sa main. Tu hésitas quelques secondes même si tu étais en proie à la déstabilisation. Il était différent, beaucoup trop différent des autres titans ... Ta main attrapa lentement la sienne et tu fus relevée à ton tour. Vous marchâtes durant des heures. Tu ne savais pas où il était en train de t'emmener. Votre route croisa celle de nombreux titans normaux qu'il écrabouilla avec aisance. Il s'arrêta finalement en face d'un autre titan anormal et engagea un terrible combat. Il en ressortit vainqueur au bout de longues heures grâce à son hurlement particulièrement douloureux aux oreilles mais blessé au bas ventre gauche. Il frappa violemment la dépouille inconsciente de son pied pour l'écraser sans pitié et récupéra la bouillie ensanglantée qu'il te tendit. Tu te retins de vomir mais il insista en grognant et tu préféras lui obéir. Il était peut-être capable de te tuer toi aussi si tu lui refusais quoi que ce soit. Tu dévoras à contre-coeur cette chair écoeurante puis le tout le reste. De la fumée commença ensuite à s'échapper de ton corps titanesque et tu repris soudainement conscience dans celui humain qui était située sous la chair de la nuque de celui du titan. Tu étais en vérité à l'intérieur de lui et eut comme réflexe de déchirer la chair au-dessus de toi pour t'en extirper. Tu voulais sortir de cette chose. Ayant retrouvée forme humaine et de retour à l'air libre, tu tombas sur le corps effondré de ton titan car tu étais épuisée. L'autre te récupéra doucement d'une main et te colla contre son torse immense. Il t'avait de nouveau sauvée et aidée ...

Tu t'étais une énième fois endormie et lorsque tu émergeas, tu te rendis compte que tu étais allongée contre le cou du titan. Tu tentas doucement de descendre ce qui le réveilla et il te déposa sur le sol. Tu allas voir sa blessure qui avait entre temps guéri et posa ta minuscule main sur l'endroit jadis tourmenté.

•• Je ne sais pas pourquoi tu m'as autant sauvée et aidée mais je te remercie du fond du coeur. Je suis désolée pour ta blessure même si elle est guérie à présent. Je ne comprends pas vraiment ce que tu me veux mais je dois retourner chez moi derrière le mur. Je dois réaliser les dernières volonté de mon père et découvrir si des titans font réellement partis du mur restant. Ramène -moi à mon cheval, je t'en prie ...

Il aurait très bien pu refuser et t'obliger à rester avec lui mais son regard se perdit de longues minutes vers le tien et tu reculas par réflexe lorsqu'il porta sa main vers toi. Elle te prit et te posa sur son épaule gauche. Il se mit à courir et tu manquas de tomber mais il te retint. Deux journées entières s'étaient écoulées depuis votre escapade à l'extérieur ton regretté père et toi. Tu espérais que ton cheval était toujours en vie. Tu esquissas un sourire une trentaine de minutes plus tard en voyant que c'était le cas. Tu te serras doucement contre la joue du titan et le remercias chaleureusement. Tu étais toujours un peu méfiante vis à vis de lui mais il n'était pas si effrayant par rapport aux autres. Lorsque tu fus déposée au sol, tu calmas ta monture, affolée par la présence de la créature. Tu posas ton regard sur l'endroit où se trouvait la dépouille de ton père. Elle avait complètement disparu. Il ne restait plus que du sang, la seringue et sa montre à gousset. Tu détachas ton cheval et te dirigeas avec lui vers l'objet que tu recueillit entre tes mains. Tu l'ouvris et retins tes larmes en découvrant un petit dessin vous représentant ta famille et toi à l'intérieur. Tu refermas la montre et l'enfilas comme un collier. Tu l'embrassas rapidement puis tu sortis les vivres et donnas à boire à ton cheval. Tu bus à ton tour et te mis en selle. Le titan te montras du doigt la direction à prendre et tu le remercias encore une fois. Tu partis aussitôt au grand galop tandis qu'il te suivit de loin, sans doute pour garantir ta sécurité. Des heures et des heures s'épuisèrent et tu parvint finalement à apercevoir au loin le mur. Une petite troupe de titans se trouvait à côté de l'entrée fermée et tu te mis à hurler pour qu'on t'ouvre la porte. Celui qui t'avait sauvée se mit à courir et hurla, menaçant pour faire diversion et attirer vers lui les titans. Quelques soldats en haut du mur te virent arriver au grand galop et t'ouvrirent sur le champ. Mais un titan parvint à y glisser de justesse sa main et les humains tirèrent sur lui pour le forcer à se dégager. Rien n'y  fit et heureusement que le titan empathique, un surnom que tu lui avais attribué, l'attrapa et le tira par les jambe pour le jeter vers autres titans. Ils s'éloigna du mur et fondit sur eux en hurlant de nouveau. Il ne poursuivit néanmoins pas le combat et préféra s'élancer au loin. Les soldats ne semblèrent pas remarquer qu'il les avait aidés. Certains titans anormaux leur paraissaient tellement complexes et impossible à prévoir les intentions. Ils descendirent rapidement pour te rejoindre et te demandèrent comment tu avais pu survivre à l'extérieur et depuis combien de temps. Tu ne leur répondis pas et simulas un stress intense puis t'évanouis réellement de soulagement. Au réveil, tu étais dans ton lit et ta mère te prit dans ses bras sans que tu n'eus le temps de réagir. Tu l'enlaças tendrement et accompagnas ses larmes des tiennes. La mort de ton père était encore très difficile à supporter. Ta mère te rassura et tu en fis de même pour elle. Elle t'avait apporté un bon repas dont tu t'en délectas sans retenue. Elle s'empressa ensuite de te demander ce qui vous étiez arrivés et tu fus obligée de lui mentir pour ne pas l'inquiéter davantage. Tu lui racontas que vous passâtes deux jours à galoper régulièrement pendant la journée pour échapper aux titans. Vous pûtes vous reposer le soir mais sur le chemin du retour, vous fûtes attaqués par des titans et ton père fit diversion. Il s'était sacrifié pour te sauver. Tu terminas ta longue tirade en lui avouant qu'il n'avait pas eu le temps de te parler de son cher projet mais que tu pus grâce à lui profiter de la beauté du monde extérieur malgré la présence des titans. De nouvelles larmes coulèrent ...

Quelques semaines plus tard, tu décidas de devenir une recrue pour faire partie plus tard des rangs du bataillon d'exploration. Tu pus te perfectionner encore au corps à corps, appris la manoeuvre tridimensionnelle et de nombreuses informations sur les titans tel que leur point faible situé à l'arrière de leur nuque qui était également le tien sous ta forme titanesque durant trois années. Tu devins finalement une soldate à l'âge de 21 ans et tu pris soin de te ressaisir et de faire disparaître ta peur des titans en combat ce que tu réussis au bout de quelques mois seulement. Entre temps, un autre titan anormal sema la discorde, un titan qu'on surnomma le titan féminin qu'on parvint à capturer ...

Eh, toi là !

Pseudo : Kaktus
Âge : Plus que la majorité
Comment avez-vous découvert le forum ? : Le hasard ♥
Des questions/suggestions ? : Un petit MP a été envoyé ♥ Le titan empathique sera peut-être un prédéfini qui sera le cousin d'Ophélia si j'ai pas la flemme /KREV Il y a des fautes dans l'histoire, j'ai eu la flemme de relire ~
Code du règlement : Validé et oui je suis un sadique, je t'aime aussi ♥ 8D Quel sadique à me faire faire un retour quoi xD
Petit mot pour la fin ? : Love ♥

Code by Frosty Blue de never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 769
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Qui ça ?
Mer 12 Avr - 11:32
Hello miss, bienvenue sur le forum. ♥

Je m'occupe de toi dans la journée, mais je dois te dire d'abord deux choses : J'adore ton vava (très bon choix de personnage) et puis j'adore la musique. Voilà. C'est dit. ♥

J'éditerais sans doute ce message ! ;D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 12 Avr - 16:05
Coucou merci encore ♥

Je suis contente que ma référence féminine te plaise. Je suis hyper difficile donc c'est super que mes goûts soient appréciés. Pareil pour la musique ♥ J'espère que la fiche te conviendra x)

Bon courage pour l'histoire H E I C H O U ♥ Un petit cadeau de remerciement pour ton magnifique code du règlement 8D
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Levi Ackerman
Bataillon d'Exploration •• Caporal-Chef
avatar
Missives : 769
Soldat depuis le : 03/04/2017
Vieillesse : 25
Localisation : Qui ça ?
Mer 12 Avr - 17:09
Bon finalement j'aurais pas à éditer le message. xD

Donc je passe ! après avoir vaincu l'histoire, et j'aime beaucoup ta fiche ! J'ai pas vu spécialement de fautes, sinon vu la taille de l'histoire, encore ça passe. Tu as un bon style d'écriture, ta fiche se lit rapidement. J'ai bien aimé la partie où Ophé devient un titan, la manière dont tu le décris. Donc c'est pour ça, je t'annonce que tu es validée miss. ♥

N'oublie pas de recenser ton avatar, de faire ton coin rp/relation, et puis commencer à rp. ♥

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Shadow Rebirth :: A votre disposition :: Fosse des présentations-
Sauter vers: